Voir la fiche complète du film : House II : La Deuxième Histoire (Ethan Wiley - 1987)

House II : la Deuxième Histoire

Orientée comédie à peine horrifique et n'entretenant aucun lien avec le premier House, cette "Seconde Histoire" s'avère assez moyenne dans l'ensemble.
Publié le 4 Février 2011 par JulienVoir la fiche de House II : La Deuxième Histoire
5

Le premier film tourné par Sean S. Cunningham avait le mérite d'être des plus symathiques, et l'affiche de cette Seconde Histoire avait le mérite d'être réussie et dans l'esprit du premier film. Hélas, le film se révèle très moyen et plusieurs éléments fâcheux en font un spectacle à peine divertissant. Voyons cela plus en détail dans les lignes qui suivent...

Premier élément décevant : exit le personnage de Roger Cobb. On se trouve avec de nouveaux personnages et une maison qui est bien moins inquiétante que dans le premier film (il faut dire que la déco intérieure est assez ratée). L'histoire démarre en 1961, avec un couple contraint d'abandonner leur bébé à une autre famille afin qu'il survive au fantôme qui hante leur demeure. Ce dernier est à la recherche d'un crâne et compte bien sur le couple pour l'obtenir. Peu coopératifs, ils se font descendre par le fantôme adepte du six-coups. On se retrouve ensuite 25 années plus tard. Le petit orphelin (Jessie) a grandit et revient dans la demeure familiale avec sa copine du moment. Il découvre très rapidement des choses étranges sur ses ancêtres et plus particulièrement sur son arrière-arrière-grand-père qui porte le même prénom que lui. Jessie apprend que ce dernier, un cowboy du Far West et explorateur à ses heures perdues, avait découvert un crâne magique sensé donner la vie éternelle et renfermer les secrets de l'univers (rien que ça!). Jessie décide d'embarquer son pote zinzin qui a débarqué entre temps (sorte de Jim Carrey du pauvre) et d'ouvrir la tombe de son ancêtre. Mais ce dernier n'est pas aussi raide mort que prévu et son ancien acolyte avec qui il s'était brouillé à cause du crâne compte bien mettre la main dessus...

Côté histoire, nous ne sommes pas spécialement dans le domaine de l'horreur ou même de l'épouvante mais plutôt du côté fantastique à la disney. Le coup du cowboy-zombie ainsi que celui du crâne magique est assez difficile à rendre "crédible" dans un film d'horreur. Mais House 2 est loin de son prédécesseur et joue la carte de la comédie fantastique sans vergogne, à grand renfort de créatures pseudo-marrantes (un bébé ptérodactyle, une chenille-chien...). Pourquoi pas me direz-vous ? En effet pourquoi pas à condition de changer un peu le titre du film qui laisse plus présager une suite au premier House qu'une comédie fantastique (plus fantastique que marrante d'ailleurs).

D'un point de vue technique, le film accuse pas trop mal le poids des années (malgré une mise en scène sans surprise) et pour un film du milieu des 80's, le rendu n'est pas si mal. Le rythme est soutenu grâce aux nombreuses péripéties du tandem Jessie/Charlie (le héros et son sidekick). Des aventures pour le moins farfelues puisque, afin de retrouver le crâne (qu'ils se font dérober sans arrêt - un côté répétitif assez gênant dans le film d'ailleurs), nos deux compères vont se perdre dans une jungle de studio pas trop mal foutue, affronter un homme de cromagnon foutrement balèze (faut dire que c'est pas n'importe qui, c'est Kane Hodder himself !), visiter un temple aztèque, se retrouver au far west... Bref, on est loin de Roger Cobb seul perdu dans la maison à la recherche de son fils et ruminant ses démons du passé...

Au final, House 2 reste un petit film pas trop mauvais dans l'ensemble, à condition de le traiter de la même manière que l'on traite régulièrement Halloween 3, à savoir comme un film n'ayant quasiment aucun rapport avec la série à laquelle il est censé appartenir. Pris de ce point de vue, le film d'Ethan Wiley n'est donc pas trop mal. On aurait quand même préféré une vraie suite à House...

Autres critiques

Vampires suck : Mords-Moi Sans Hésitation
Il est une chose qu'on peut se demander concernant Jason Friedberg et Aaron Seltzer : mais comment font-ils pour encore convaincre des producteurs de leur donner de l'argent? A l'instar d' Uwe Boll , le duo de réalisateurs/scénaristes nous pond catastrophe sur catastrophe et continue, malgré tout, à nous abreuver de parodies toutes moins drôles les unes que les autres. Vous avez...
Battleship
Notre planète est assaillie par une horde de vaisseaux spatiaux qui s'échoue au large de l'archipel d'Hawaï. Une flotte américaine en manoeuvre dans la zone va devoir repousser l'invasion. C'est donc avec trois bouts de ficelle en guise de scénario que Hasbro reprend le célèbre jeu de société pour en faire un blockbuster complètement décérébré. Tout comme leur licence phare...
Christmas evil : Un Noël en Enfer
Les slashers prenant place pendant la période de Noël sont davantage connus pour leur propension à jouer de surenchère, quitte parfois à sombrer dans le grand-guignolesque. À quelques exceptions prêtes, les itérations dans un tel domaine ne sont pas forcément flatteuses, et ce, en considérant les limites d’un genre peu porté sur la qualité de l’intrigue. Même en minimisant ces...
Scar 3D
Les producteurs et les gérants des salles de cinéma ont eu il y a quelques décennies la bonne idée de vouloir faire des films en 3D, dans l'espoir mensonger de faire vivre de nouvelles sensations aux spectateurs et dans l'espoir véritable de faire des rentrées d'argent conséquentes. Ce sketch a commencé dans les années 80 avec des films comme Vendredi 13 Meurtres en 3D ou encore Les Dents de la...
Zoo

Zoo

Les attaques animales font la joie (et aussi la tristesse) du survival animalier. Un genre qui connaît bien des déconvenues depuis son émergence. Si certaines références sont adaptées de romans (Peter Benchley pour Les dents de la me r), le lien entre les deux supports culturels est plus que ténu, voire inexistant. Pourtant, James Patterson et Michael Ledwige s’approprient le concept avec Zoo ,...