Voir la fiche complète du film : Il varco (Federico Ferrone, Michele Manzolini - 2019)

Il varco

Le point de vue choisi par les réalisateurs pourra rebuter certains spectateurs, mais l'expérience est à tenter
Publié le 29 Avril 2022 par GeoffreyVoir la fiche de Il varco
5

La guerre et ses horreurs est certainement l’un des thèmes les plus usités au cinéma depuis sa création. On ne compte plus les œuvres à s’y être intéressées de façon plus ou moins originales, du simple film de guerre propagandiste au chef-d’œuvre réflexif quant à la condition humaine, sans oublier, bien sûr, la tonne de documentaires. A ceux-ci, il conviendra dès lors d’ajouter cet IL VARCO réalisé par les Italiens Federico Ferrone et Michele Manzolini sur base de documents d’archives.

Le film s’ouvre sur un carton présentant le contexte historique : nous sommes en plein été 1941, l’Allemagne nazie envahit Union soviétique et l’Italie se prépare à envoyer ses premiers soldats sur le front ukrainien. S’ensuivent quelques images d’archives auxquelles vient enfin se superposer la voix du narrateur. Et c’est là que le dispositif va poser un dilemme au spectateur : embarquer à bord ou rester sur le bas-côté. Car la voix (celle de l’écrivain et musicien Emidio Clementi) va accompagner tout le film afin de lier les images et de proposer une narration comme si les images étaient celles vues par un soldat envoyé au front. C’est donc une histoire tout à fait fantasmée (la vie, les rêves et les désillusions d’un jeune soldat fasciste) à laquelle nous allons assister par le biais d’images réelles.

Et il faut admettre que le matériel d’archives recueilli par les deux réalisateurs est incroyable. S’il ne fallait retenir qu’une chose d’IL VARCO, ce serait ça. Que ce soit la scène de danse lors de la Nuit de Sant'Elia située dans un village de Borșa en Transylvanie, où l’armée s’arrête un jour avant de repartir pour le front, de simples moments de vie ou encore la scène des chants de chorale entonnés par les prisonniers de l’Armée rouge, tout témoigne à merveille de la réalité de l’époque, ainsi que de son atmosphère mortifère.

Là où le bât blesse, c’est dans le point de vue choisi par les réalisateurs, celui, inventé, d’un jeune soldat fascite, donc. Comme écrit plus haut, le dispositif pourra rebuter certains spectateurs, dont j’ai malheureusement fait partie. À mon grand regret, je ne suis jamais entré dans le film, me contentant de regarder défiler les images en ayant le sentiment de passer à côté de l’expérience. Une expérience que je vous encourage toutefois à tenter via le joli DVD édité par Blaq Out (un DVD qui a en outre le bon goût de proposer, en bonus, un autre film de Federico Ferrone et Michele Manzolini, Le Train pour Moscou).

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Frayeurs
Réalisateur majeur du cinéma transalpin, Lucio Fulci a fourni certains des efforts les plus remarquables (et parfois méconnus) dans le domaine horrifique des années 1970 et 1980. Avec L’Enfer des zombies , il offrait la réponse européenne au Zombie de Romero. À bien des égards, Frayeurs s’avance comme un tournant dans sa carrière. Film charnière à la croisée des cultures et second...
Les Portes du Temps
Une belle affiche, un pitch très excitant, un trailer qui donne fichtrement envie de voir le film et pour finir, le toujours excellent Christopher Eccleston en grand méchant, bref tous les ingrédients étaient réunis pour obtenir un grand film. C'est donc avec confiance et impatience que l'on aborde cette adaptation du roman de Susan Cooper mais après 1h30 il nous faut malheureusement...
Le rituel
Qu’il s’agisse de littérature ou de cinéma, se faire un nom dans le domaine horrifique n’est guère chose aisée. Des écrivains intemporels tels que Graham Masterton, Clive Barker, James Herbert ou Stephen King occupent une place essentielle dans la démocratisation et la réussite du genre. Parmi les «nouveaux» auteurs à l’excellente réputation, on peut évoquer...
Aquaslash
Sous-genre horrifique particulièrement en vogue dans les années 1980, le slasher a bénéficié d’un engouement indéniable avec des figures mythiques telles que Jason Voorhees ou Michael Myers. Hormis quelques exceptions notables, comme la saga Scream , ce type de productions se cantonne majoritairement à des itérations dans le domaine du DTV et du bis. Au fil des décennies, on ne compte plus...
Le Fils du Mask
Réaliser une suite au Mask de Chuck Russell ? Diantre, que voilà un pari culotté ! Il faut dire que le film original n'appelait pas franchement à une séquelle et que les risques de tomber dans le ridicule ou le grotesque étaient nombreux. Si Chuck Russell était parvenu à évoluer sur le fil du rasoir, toujours sur la corde raide entre cartoon et réalité, pour livrer au final un très bon...
Il varco
Avec
Durée:
5
Moyenne : 5 (1 vote)

Thématiques