Voir la fiche complète du film : Il varco (Federico Ferrone, Michele Manzolini - 2019)

Il varco

Le point de vue choisi par les réalisateurs pourra rebuter certains spectateurs, mais l'expérience est à tenter
Publié le 29 Avril 2022 par GeoffreyVoir la fiche de Il varco
5

La guerre et ses horreurs est certainement l’un des thèmes les plus usités au cinéma depuis sa création. On ne compte plus les œuvres à s’y être intéressées de façon plus ou moins originales, du simple film de guerre propagandiste au chef-d’œuvre réflexif quant à la condition humaine, sans oublier, bien sûr, la tonne de documentaires. A ceux-ci, il conviendra dès lors d’ajouter cet IL VARCO réalisé par les Italiens Federico Ferrone et Michele Manzolini sur base de documents d’archives.

Le film s’ouvre sur un carton présentant le contexte historique : nous sommes en plein été 1941, l’Allemagne nazie envahit Union soviétique et l’Italie se prépare à envoyer ses premiers soldats sur le front ukrainien. S’ensuivent quelques images d’archives auxquelles vient enfin se superposer la voix du narrateur. Et c’est là que le dispositif va poser un dilemme au spectateur : embarquer à bord ou rester sur le bas-côté. Car la voix (celle de l’écrivain et musicien Emidio Clementi) va accompagner tout le film afin de lier les images et de proposer une narration comme si les images étaient celles vues par un soldat envoyé au front. C’est donc une histoire tout à fait fantasmée (la vie, les rêves et les désillusions d’un jeune soldat fasciste) à laquelle nous allons assister par le biais d’images réelles.

Et il faut admettre que le matériel d’archives recueilli par les deux réalisateurs est incroyable. S’il ne fallait retenir qu’une chose d’IL VARCO, ce serait ça. Que ce soit la scène de danse lors de la Nuit de Sant'Elia située dans un village de Borșa en Transylvanie, où l’armée s’arrête un jour avant de repartir pour le front, de simples moments de vie ou encore la scène des chants de chorale entonnés par les prisonniers de l’Armée rouge, tout témoigne à merveille de la réalité de l’époque, ainsi que de son atmosphère mortifère.

Là où le bât blesse, c’est dans le point de vue choisi par les réalisateurs, celui, inventé, d’un jeune soldat fascite, donc. Comme écrit plus haut, le dispositif pourra rebuter certains spectateurs, dont j’ai malheureusement fait partie. À mon grand regret, je ne suis jamais entré dans le film, me contentant de regarder défiler les images en ayant le sentiment de passer à côté de l’expérience. Une expérience que je vous encourage toutefois à tenter via le joli DVD édité par Blaq Out (un DVD qui a en outre le bon goût de proposer, en bonus, un autre film de Federico Ferrone et Michele Manzolini, Le Train pour Moscou).

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...
Ghost Game
Tiens, un film asiatique avec des fantômes. Un de plus... C'est que depuis le succès de Ring 1er du nom, on en bouffe jusqu'à plus soif ( The Grudge, Réincarnations, Dark Water , et j'en passe) et si les qualités sont souvent présentes, il devient franchement dur de s'exciter sur ces productions qui s'empilent à n'en plus finir. Toutefois le pitch de Ghost Game pouvait s'avérer excitant avec sa...
Solitaire - Eaux Troubles
Solitaire est le deuxième film du réalisateur australien Greg McLean , après un Wolf Creek percutant et effrayant. Seulement le film est-il aussi réussi que Wolf Creek ? S'attaquant au genre animalier, McLean s'essaye à un nouveau thème dans le cinéma de genre et il le fait avec une certaine réussite. Plongeons dans les eaux sombres australiennes et confrontons-nous à un vilain croco. Swimming in...
Deep Water
Qu’il soit géant ou d’une taille tout à fait normale, le scorpion est un arachnide peu exploité dans le domaine du survival animalier. Hormis de timides (et très dispensables) incursions telles que Stinger , Deadly Stingers ou Scorpius Gigantus , la préférence va clairement du côté des araignées. Sur la base d’une histoire de l’écrivain thaïlandais S. P. Somtow, Deep Water...
Kill Dead Zombie!
Nous sommes tous influencés par les choses que l'on voit, que l'on vit ou que l'on écoute et lit. Il en ressort alors un conglomérat d'idées que l'on essaye de façonner, de défaire et de refaire pour être original ou sortir de cet amas une petite pépite totalement inédite et jamais vue. Mais en décortiquant cette petite pépite, on peut se rendre compte à quel auteur, quel réalisateur on a pris...
Il varco
Avec
Durée:
5
Moyenne : 5 (1 vote)

Thématiques