Voir la fiche complète du film : Sea Fever (Neasa Hardiman - 2019)

Sea Fever

En s’appuyant sur une rigueur narrative évidente et une atmosphère soignée, Sea Fever s’avance comme un huis clos maritime maîtrisé. Toutefois, le film affiche quelques maladresses qui altèrent un constat plutôt positif. La faute à une trame attendue, des personnages aux réactions trop mesurées et, devant un tel contexte et sujet, à une paranoïa guère développée au fil du récit. Une œuvre ambitieuse, mais perfectible, qui mérite néanmoins le coup d’œil, ne serait-ce que pour s’éloigner de banales attaques « spectaculaires » par un traitement plus précautionneux.
Publié le 13 Mai 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Sea Fever
6
Bateau

Tout huis clos maritime se distingue par le paradoxe entre la promiscuité d’un navire et les étendues d’eau à perte de vue. Sous forme de thrillers, de récits fantastiques ou de films d’horreur, la survie est bien souvent au centre des enjeux narratifs. Pour cela, différents traitements sont possibles, comme un naufrage, l’irruption d’un vaisseau fantôme ou, en l’occurrence, l’assaut d’une créature inconnue. Aussi, il n’est pas rare que l’on puisse rapprocher ce type d’environnement et d’ambiance avec des incursions spatiales. Le contexte et le potentiel présentent de nombreuses similarités. Preuve en est avec Abyss de James Cameron qui concilie craintes et émerveillement.

 

Il s’agit d’ailleurs d’une des caractéristiques de Sea Fever. La première plongée sous-marine laisse augurer ce tiraillement des valeurs avec la découverte d’une espèce non identifiée et la menace qu’elle suscite, toute considération de gabarit écartée. En cela, le film de Neasa Hardiman parvient à retranscrire la fascination que l’on porte à l’océan tout en gardant à l’esprit sa froide hostilité à l’égard des hommes. On songe à la manifestation nocturne de phytoplanctons bioluminescents, puis à la découverte d’un navire « abandonné » avant que le récit n’aboutisse à un dénouement ponctué d’obsessions et d’enchantement, à la lisière d’allusions fantasmagoriques, voire surnaturelles.

Au même titre que la photographie, la mise en scène se révèle soignée. Elle explore les méandres du bateau avec suffisamment de variété pour ne pas ancrer la narration ou le spectateur dans une routine redondante. Il est relativement facile de se repérer avec une construction des espaces cohérente entre les chambres, le pont ou les lieux de vie commune. Malgré des moyens somme toute modérés, la qualité visuelle du film est indéniable. Cela vaut également pour les effets spéciaux particulièrement convaincants et le design de la créature (à mi-chemin entre les aliens d’Abyss et les monstres issus du panthéon lovecraftien). À aucun moment, on ne la verra dans son entièreté. Ce qui accentue sa connotation sibylline.

 

On apprécie aussi cette rigueur toute scientifique pour étayer l’étude de cette espèce. Cela passe par le comportement de prédation, ainsi que sa reproduction. Sous forme de parasites, les larves permettent alors de rendre l’infestation d’autant plus éprouvante. Il est dommage que cet aspect écarte toute paranoïa quant à la suspicion de contamination. Pour les protagonistes, la situation est majoritairement prise avec circonspection. Le contexte n’exacerbe qu’en de trop rares instants les relations au sein de l’équipage. De même, la modification du comportement des personnes infectées ne s’insinue guère dans la folie.

Il n’y a donc aucune ambiguïté en mesure de générer un sentiment d’oppression ou de méfiance réciproque. Il faut se contenter de quelques phrases insensées dans le contexte. L’amalgame avec la « fièvre des mers » n’est jamais exploré. Il en découle une approche passive de la part du spectateur. Le tout est bien amorcé, mais manque d’éléments immersifs pour parfaire l’expérience. Quant au côté superstitieux, comme la couleur de cheveux de la principale intéressée, il sert essentiellement de remplissage. Alternant des phases de contemplation à des séquences plus « dynamiques », la progression reste fluide, sans pour autant sortir d’une zone de confort déterminée à l’avance.

 

Au final, Sea Fever constitue une petite surprise qui n’est pas dénuée de qualités. Le film de Neasa Hardiman présente une réalisation soignée. L’atmosphère maritime s’équilibre entre une hostilité latente (sous la surface de l’eau) et un émerveillement propice au caractère mystérieux du cadre et de la créature. Le souci de cohérence dans le comportement animal et son existence même est également à mettre en avant. Il est d’autant plus dommageable que l’ensemble reste assez prévisible et n’approfondit pas suffisamment certains éléments essentiels, comme la psychose qui plane autour de l’infestation parasitaire. Il en découle un traitement linéaire qui ternit un bon a priori général.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Le Dernier Maître de l'air
Il n'y a pas si longtemps, chaque nouveau film de M. Night Shyamalan déclenchait une vive attente chez les spectateurs et la plupart des critiques de cinéma. Ce temps semble désormais révolu puisque outre le désamour des critiques depuis Le Village , Shyamalan doit aussi faire face à la défection du public. Il faut dire que ledit Village , ainsi que le film suivant, La Jeune Fille de l'...
Dark Side
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Ethan, un journaliste divorcé, est harcelé par son propriétaire véreux, qui souhaite raser son immeuble. Un soir, deux hommes tentent d'entrer chez lui par effraction. Acteur britannique abonné aux seconds rôles, Cary Elwes avait changé de registre avec le premier épisode de la série des Saw , en 2004, s'ouvrant une seconde partie de carrière...
Club Dread
Pour tous les fans de films d'horreur, le slasher est un genre bien particulier. Il s'agit de mettre en avant un tueur psychopathe, de préférence masqué, et qui tue avec une violence inouïe et avec une arme plus ou moins originale. Ainsi, on connait la saga Halloween ou Vendredi 13 , ou bien plus récemment la saga Scream . Parfois, l'horreur est tellement poussée loin que cela vire au grand...
Quiet Ones
Dans les années 70, Joseph Coupland, professeur renommé à l'université d'Oxford, essaie de soigner la jeune Jane Harper, orpheline suicidaire qui prétend être possédée par une certaine Evey. De retour aux affaires depuis près de dix ans, la cultissime firme Hammer s'attaquait ici au found footage, sous-genre horrifique à la mode depuis le Projet Blair Witch . A Oxford, passionné par la...
Fanatique
**Attention, cette critique contient de nombreux spoilers.** Sept étudiants séjournent un week-end sur une petite île afin d'y étudier la faune locale. Ils sont accueillis sur place par leurs hôtes, un couple de cinéphiles sympathique mais quelque peu insolite. Le slasher, sous-genre horrifique rendu célèbre dès la fin des années 70, avec le succès des franchises Halloween et Vendredi 13 ,...
Sea Fever
Réalisateur:
Durée:
89 min
6.33333
Moyenne : 6.3 (3 votes)

Thématiques