Voir la fiche complète du film : Blanche Neige (Tarsem Singh - 2012)

Blanche Neige

Un film familial qui ne révolutionnera en rien l'idée même de Blanche Neige et, plus généralement, des contes de fées. Il demeure néanmoins un moment délectable à partager entre amateurs d'histoires gentilles, un jeune public et leurs parents. Une vision extravagante et guillerette.
Publié le 10 Décembre 2012 par Dante_1984Voir la fiche de Blanche Neige
8
Miroir

L'année 2012 sera décidément sous le signe de la blancheur, de la volupté et... du manque de créativité si l'on s'en tient à un constat pour le moins éloquent : cinq adaptations du célèbre conte des frères Grimm voient le jour en cette funeste époque. Nous sommes donc en présence d'une nouvelle (les mauvaises langues diront « énième » et ils n'auront pas forcément tort) version avec un duo d'actrices truculent. À la barre, Tarsem Singh, responsable de The cell et du plus récent et décrié Les immortels. Ce dernier n'aidant pas à rassurer sur les éventuels atouts de sa vision idyllique de Blanche Neige.


Diantre ! Quels sont donc ces manants à l'étrange accoutrement ?

Comme tout bon conte qui se respecte, l'indémodable « Il était une fois... » ouvre les hostilités et nous expose rapidement le contexte dans lequel le royaume de Blanche Neige se trouve et la disparition tragique de son père. Toutefois, la narratrice n'est autre que sa belle-mère. Un choix inattendu et cocasse qui met à mal nos préjugés très proprets, très naïfs sur cette histoire. Il est inutile de résumer le récit connu de tous encore que, à l'image de cette introduction, il serait capable de vous réserver quelques surprises. Ne les gâchons pas par de navrants spoilers et poursuivons notre charmant voyage dans un royaume où il fait décidément bon vivre.

On comprend très rapidement que cette production est clairement axée vers un public familial. Le ton volontairement léger, la marâtre que l'on se plaît à détester ou les décors tape-à-l'oeil sont là pour nous le rappeler à chaque instant. Blanche neige vue par Singh, c'est un festival pour les yeux. Le château clinquant avec sa cour extravagante (servant de pion dans un jeu de toucher-coulé), la forêt et son horizon de troncs imperceptibles, la maison des sept nains et un petit détour dans le village du royaume montrent une certaine variété dans l'environnement, même si l'on conviendra qu'il n'y a rien de bien novateur.


Voulez-vous m'accorder cette danse ?

Il demeure tout de même une patte esthétique appuyée et parfaitement assumée. On nous octroie un visuel charmant où la magie des contes de fées prend tout son sens. Ceci étant dit, la phrase « accrocheuse » derrière la jaquette DVD laissant croire à une transposition de l'univers de Tim Burton est, à mon sens, parfaitement usurpée et ne s'y prête guère. Beau certes, mais pas bluffant. On dénotera également une extravagance similaire dans les costumes à la fois riches en détails (les dentelles, les frous-frous...) et colorés. L'ambiance se veut donc décontractée et délirante.

Pour convenir à cette atmosphère burlesque, Julia Roberts se donne à merveille dans le rôle de la belle-mère. Parfois un peu trop tant ses sourires entre deux répliques auraient pu figurer dans un bêtisier. Elle y prend du plaisir, mais n'oublions pas que son personnage est détestable. Certes, on éprouve ce sentiment à son égard, mais son interprétation laisse un arrière-goût attendrissant pour cette mégère maladroite et narcissique. En ce qui concerne le reste du casting, Lily Collins se révèle une Blanche-neige très indépendante et charmante. Armie Hammer incarne un prince benêt pas vraiment marquant. L'on notera la participation trop furtive de Sean Bean lors des dix dernières minutes. Dommage.


Le petit chaperon jaune.

Quant à la fidélité du conte en lui-même, on circule en roue libre. Les grandes lignes sont bel et bien présentes, mais détournées dès que c'est possible. Le prénom des sept nains et leurs caractères. La fameuse pomme. Bien évidemment, l'histoire compose également avec les exigences d'un jeune public friand de péripéties dignes de ce nom. Ainsi, l'on assistera à des combats entre des nains perchés sur des échasses et les soldats de la reine. Un jeu d'escarmouche entre la belle et le bête ou la tentative de reconversion de Blanche Neige après ses déboires royaux.

Au final, Blanche Neige vue par Tarsem Singh est un joyeux fourre-tout où romance, affrontement héroïque et complot machiavélique forme un cocktail des plus divertissants. Malgré la propension de certains acteurs à cabotiner plus que de raison, d'une trame pas vraiment exceptionnel en dépit de ses tours et détours autour du conte, cette version 2012 (parmi tant d'autres) mérite sans doute de s'y attarder pour son irrévérencieuse reine, le sympathique minois de Lily Collins et son ton enjoué. Une version honnête qui n'hésite pas à s'écarter de l'oeuvre originale pour contenter les plus jeunes.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Killer Mountain - Les Roches Maudites
Au vu de sa filmographie, Sheldon Wilson apprécie particulièrement le survival animalier, comme le démontre Kaw ou Carny . Des métrages modestes, perfectibles par leur moyen, qui réussissent néanmoins à se distinguer de la masse putride des DTV et autres ignominies inhérentes au genre. À l’évocation du réalisateur, on s’attend donc à un traitement relativement honnête compte tenu du...
Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...
Lake Alice
Au même titre qu’Halloween, Noël semble être le théâtre privilégié pour les pérégrinations de tueurs psychopathes. Du thriller au slasher, on ne compte plus les massacres en règle qui ont lieu lors des festivités de fin d’année. Hormis quelques exceptions notables ( Black Christmas en tête), les DTV et autres métrages inédits dans nos contrées se contentent d’une certaine...
Urban cannibals - The Ghouls
Pour tourner un film, il faut quatre choses très précises : l'envie (l'envie de faire quelque chose de bien, de fort et de narrer une histoire prenante et originale), le talent (Certains réalisateurs se font remarquer dès le premier court-métrage comme Neill Blomkamp), des acteurs (difficile d'être crédible si l'on fait jouer ses potes ou sans un rôle principal charismatique) et...
Hemlock grove
Tout comme les vampires et autres créatures de la nuit, les loups-garous disposent d'un capital sympathie indéniable et ont depuis longtemps inspiré la culture populaire. Le cinéma n'échappe pas à la règle, la télévision non plus. En général, les séries laissent notre bon vieux lycanthrope au second plan, notamment dans les adaptations de la bit-lit ( Vampire diaries , True blood ...). On...