Voir la fiche complète du film : Cloud Atlas (Andy Wachowski, Larry Wachowski, Tom Tykwer - 2012)

Cloud atlas

Un film complexe, alambiqué et exigeant qui offre une multitude de pistes de réflexions sur ses thématiques, mais s’apprécie également comme un rêve éveillé où la logique devient un concept secondaire, voire abstrait. Autrement dit, on ne sait pas trop dans quelle direction nous emmène ce voyage aussi improbable qu’ambitieux.
Publié le 25 Janvier 2015 par Dante_1984Voir la fiche de Cloud Atlas
8

Il est parfois des œuvres indéfinissables qui, après les avoir parcourues, marquent un grand point d’interrogation dans notre esprit. Sans être particulièrement mauvaises, elles ont tous les apparats d’OVNI dans le monde culturel, tellement leur histoire laisse perplexe. Parmi celles-ci, le roman de David Mitchell trouve une place de choix avec sa profusion d’intrigues et de personnages qui s’entrecroisent à des époques et en des lieux disparates. Il paraissait peu probable de voir un jour cet ouvrage adapté au cinéma au vu de sa construction décousue, voire insaisissable. C’était sans compter sur les Wachowski qui avaient besoin d’un nouveau projet après le flop monumental de Speed racer...

 

Contrairement à son modèle littéraire, le film alterne à intervalles constants les différentes histoires au fil de sa progression. Presque trois heures sont nécessaires pour développer chaque séquence avec toujours ce sentiment déconcertant lorsque l’on tente de déceler le fil rouge, du moins un point commun. Tant le cadre, l’époque, le contexte, les personnages, leurs importances et leurs aspirations, la justification au sein même du récit principal sont autant d’éléments qu’il faut essayer d’assimiler pour saisir le sens d’un projet aussi extravagant qu’incompréhensible. La complexité n’est pas qu’une façade, mais un moteur destiné à perdre le spectateur dans les méandres d’une multitude d’intrigues aux qualités versatiles.

Il en découle un montage anarchique qui ne dispose d’aucune cohérence. Bien sûr, l’on parvient à distinguer des thématiques communes, comme la rédemption, la notion de liberté individuelle et globale, les erreurs du passé et leurs conséquences sur les futurs possibles… Cloud atlas regorge d’analyse, d’introspection et de réflexions en tout genre, quitte parfois à se contredire dans ses propres affirmations. Le pluralisme est de rigueur avec un aperçu tout aussi généraliste que personnel de l’humanité. Les origines, les croyances et les protagonistes sont autant d’outils mis à disposition des cinéastes pour souligner la diversité et la différence dans toute sa splendeur. De ce point de vue, on a droit à une richesse presque insondable.

Cette exubérance se trouve également dans les mondes créés. Qu’il s’agisse du XIXe siècle, des années 1920, 1970, du présent, du futur ou d’un lieu à la date incertaine, chaque époque jouit d’un rendu qui lui est propre, ce qui facilite un tant soit peu le travail du spectateur pour resituer les événements à la bonne place. Malgré le statut de production indépendante, le budget de 100 millions de dollars (un paradoxe qui s’explique par la frilosité des studios hollywoodiens et le nombre conséquent d’investisseurs) permet d’obtenir des effets spéciaux bluffants pour donner vie aux différentes scènes. Mention particulière pour Néo-Séoul et à l’île de Zachry qui disposent de design originaux, soignés et crédibles dans leurs explorations.

Rarement un casting se sera impliqué avec autant de talents et de diversité pour une multitude de rôles. L’on pourrait penser qu’il suffit d’un look aux antipodes, de brimer ses traits, pour interpréter une même âme qui voyage de corps en corps, mais il n’en est rien. En effet, celle-ci évolue au fil de ses réincarnations et peu se révéler tantôt détestable, avide et cruelle ; puis se montrer plus compatissante et honnête. Cette inconstance propre à l’homme démontre une difficulté évidente pour composer non pas un, mais plusieurs rôles. A ce niveau, le travail effectué sur la caractérisation s’avère encore plus alambiqué et poussé que sur les intrigues.

L’ambition démesurée de Cloud atlas dépasse sans doute l’œuvre elle-même et laisse perplexe sur les impressions que le film dégage. La faute à une confusion permanente qui exigent plusieurs visionnages pour tenter de saisir toutes les subtilités que dissimulent la multitude d’histoires. Les Wachowski n’ont pas faibli devant l’effort en nous offrant une fable empreinte de poésie, mais se perd en chemin en laissant de trop grandes largesses quant aux aboutissants. Ode à la diversité et réflexion sur l’humanité, ainsi qu’à sa complexité intrinsèque, Cloud atlas est une odyssée peu commune dans le monde du cinéma. Risquée, audacieuse et anticonformiste, cette production conserve une certaine part de mystères lorsque le générique de fin se déroule.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Black Swan
Nina est une jeune danseuse étoile ambitieuse dont l’unique but est d’atteindre le sommet de son art. Lorsqu'elle obtient le rôle-titre du Lac des cygnes, elle est ravie. Pourtant, le travail harassant et une « concurrente » semblent se liguer contre elle. Elle commence à entrevoir des visions pour le moins inquiétantes. Son personnage le hanterait-il au point de la tourmenter dans la réalité ?...
Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
La Mutante des Mers
La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d' Edward L. Cahn . N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez . Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai...
Dracula 3D
L'adaptation entreprise par Dario Argento pour le grand écran du célèbre roman de Bram Stoker est un ratage quasi complet. C'est un constat qu'il faut faire d'emblé si l'on veut pouvoir en tirer un peu de satisfaction, refusant d'accepter totalement le bourbier progressif dans lequel, celui que l'on nomma autrefois "le maître de l'horreur", s'empêtre plus profondément avec chacun de ses derniers...
Tape 407
Alors que les faux documentaires pullulent dans les contrées cinématographiques (remercions, ou pas, le succès de Paranormal activity), ce sous-genre de la culture horrifique peut se décompenser en deux catégories : les films un rien inventifs, à l'ambiance travaillée et respectueuse du public ; d'un autre côté, les petits opportunistes sans la moindre once de talent pensant qu'il...