Voir la fiche complète du film : Christmas evil : Un Noël en Enfer (Bob Hardison, Rich Robinson - 2006)

Christmas evil : Un Noël en Enfer

Un slasher qui n’en est pas vraiment un et tient plus du Home Invasion mal fagoté. Atmosphère lénifiante et règlements de compte à l’emporte-pièce supplantent le carnage auquel on est en droit d’attendre. Fastidieux et désagréable au possible.
Publié le 3 Décembre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Christmas evil : Un Noël en Enfer
1
Noël

Les slashers prenant place pendant la période de Noël sont davantage connus pour leur propension à jouer de surenchère, quitte parfois à sombrer dans le grand-guignolesque. À quelques exceptions prêtes, les itérations dans un tel domaine ne sont pas forcément flatteuses, et ce, en considérant les limites d’un genre peu porté sur la qualité de l’intrigue. Même en minimisant ces critères d’exigence, on peut également constater quelques déplorables initiatives qui relèvent plus du gaspillage de pellicule que d’une création artistique. Encore que l’adjectif soit, en pareille situation, beaucoup trop encenseur. Christmas Evil a tout d’un slasher fauché, tant au niveau du budget que de l’inspiration.

La déco de Noël dans toute sa splendeur

On ne s’étendra guère sur le prétexte qui sert d’histoire (et de liant) à cette succession de séquences passablement idiotes. Un groupe d’anciens potes se réunissant sur le tard pour Noël, des motivations soi-disant cachées, un inconnu dont on devine déjà la psychose avant même qu’il n’apparaisse à l’écran... On croit avoir là tous les ingrédients d’un mauvais slasher, sauf qu’il n’en est rien! Il ne suffit pas d’aligner une bande d’individus décérébrés et de les confronter à un tueur en mal de victimes pour se targuer d’une telle appellation. Car, sous ses pâles apparats horrifiques, Christmas Evil relève davantage du huis clos ou du thriller type «home invasion».

Pour en arriver à ce constat, il faut s’infliger les règlements de compte auxquels s’adonne cette palanquée de pseudo-acteurs. On ressasse les erreurs et les bourdes du passé. On se montre hostile envers le petit nouveau. On complote pour tenter de rafler un pactole qui n’existe pas. Si le film est déjà court (70 minutes poussives), on s’ennuie ferme du début à la fin. On ne peut même pas parler d’une entame ou d’une introduction des personnages tant le rythme demeure amorphe d’un bout à l’autre. Il n’y a aucune gestion de la tension, aucune maîtrise de l’évolution d’une situation censée aller de mal en pis. Et il est inutile de parler d’un intérêt décroissant pour la chose.

Ce ne sont pourtant pas des lumières...

Même dans son absence totale d’idées ou de la manière dont on peut diriger un film, les cinéastes (car ils sont bien deux pour réaliser une telle bobine) nous infligent des cadrages catastrophiques. Incapable de mettre à minima en valeur l’intérieur d’une bicoque qui ne se pare nullement des atours de Noël. Les décorations festives se cherchent encore. Quand on comprend que l’intérêt de la chose lorgne en dessous de zéro (il n’y a pourtant pas de neige ni de verglas), on essaye de repérer les éléments censés évoquer cette période de l’année. Hormis deux ou trois bricoles accrochées çà et là, on peine à retrouver une ambiance typique, à défaut d’être immersive.

Et les meurtres? Là encore, on se complaît dans l’imposture la plus flagrante. Il faut attendre les cinq dernières minutes pour que l’hécatombe commence et ne s’achève même pas! Après avoir patienté plus que de rigueur, les morts escomptées se comptent sur les doigts d’une main et sont d’une rare platitude. Une intoxication médicamenteuse, un coup de couteau mal placé et, en guise d’épilogue, un kidnapping qui nous partage entre frustration et soulagement. D’un côté, l’amateur d’hémoglobine reste sur sa faim. De l’autre, on parvient enfin au terme d’un pénible huis clos qui n’a décidément rien pour lui. Pas même l’excuse de pallier à des contraintes budgétaires que d’autres productions réussissent à contourner.

Quand on vous dit de ne pas abuser des mauvais films !

Au final, Christmas Evil possède un sous-titre prédestiné. Le Noël qui sent le sapin est avéré, encore faut-il insuffler un minimum de décorum pour laisser croire qu’on se situe en fin d’année. Le film aurait pu s’appeler«Easter Evil» que cela n’aurait rien changé. Entre des dialogues d’une pauvreté navrante, un casting jamais dans le ton, un scénario famélique bon pour les orties et une progression indolente, le film de Rob Hardison et Rich Robinson est une véritable épreuve. Difficile de le qualifier de slasher puisque les codes du genre sont bâclés, voire absents. Point d’approche horrifique ni d’une quelconque volonté de fournir une production potable, Christmas Evil se solde par un long et pénible moment cinématographique.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Happy Birthday : Souhaitez ne jamais être invité
Une bande d’amis – qui aiment s’appeler le « top dix » - sont confrontés à un tueur qui les a pris pour cible. Le plus troublant est que ce psychopathe semble les connaître. Se cacherait-il parmi l’un d’entre eux ? Habitué de grandes productions, dont certaines d’entre elles font figure de classique ( Les canons de Navarone , Les nerfs à vif …), Jack Lee Thompson s’essaye à un genre en vogue dans...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
The Baby
Malgré des résultats plus que mitigés, le faux documentaire continue de faire des émules. Il faut reconnaître que l’on a davantage droit à des productions laborieuses aux qualités discutables ( Area 407 …) qu’à des bobines inquiétantes qui laissent planer le doute sur l’éventuelle véracité des faits avancés. Pourtant, le succès de certaines « grosses » sagas...
Kill Dead Zombie!
Nous sommes tous influencés par les choses que l'on voit, que l'on vit ou que l'on écoute et lit. Il en ressort alors un conglomérat d'idées que l'on essaye de façonner, de défaire et de refaire pour être original ou sortir de cet amas une petite pépite totalement inédite et jamais vue. Mais en décortiquant cette petite pépite, on peut se rendre compte à quel auteur, quel réalisateur on a pris...
Trailer Park of Terror
On a tous des références. Dire le contraire serait mentir, car on a tous en tête des histoires faisant références à des films, des livres, voir même à des musiques qui nous parlent. Et bien souvent, quand on réalise un film ou que l'on écrit un livre, on a plusieurs auteurs ou réalisateurs en mémoire, en référence, et parfois même quelques films dont on s'inspire plus ou moins librement...

Sur Horreur.net