Voir la fiche complète du film : Christmas evil : Un Noël en Enfer (Bob Hardison, Rich Robinson - 2006)

Christmas evil : Un Noël en Enfer

Un slasher qui n’en est pas vraiment un et tient plus du Home Invasion mal fagoté. Atmosphère lénifiante et règlements de compte à l’emporte-pièce supplantent le carnage auquel on est en droit d’attendre. Fastidieux et désagréable au possible.
Publié le 3 Décembre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Christmas evil : Un Noël en Enfer
1
Noël

Les slashers prenant place pendant la période de Noël sont davantage connus pour leur propension à jouer de surenchère, quitte parfois à sombrer dans le grand-guignolesque. À quelques exceptions prêtes, les itérations dans un tel domaine ne sont pas forcément flatteuses, et ce, en considérant les limites d’un genre peu porté sur la qualité de l’intrigue. Même en minimisant ces critères d’exigence, on peut également constater quelques déplorables initiatives qui relèvent plus du gaspillage de pellicule que d’une création artistique. Encore que l’adjectif soit, en pareille situation, beaucoup trop encenseur. Christmas Evil a tout d’un slasher fauché, tant au niveau du budget que de l’inspiration.

La déco de Noël dans toute sa splendeur

On ne s’étendra guère sur le prétexte qui sert d’histoire (et de liant) à cette succession de séquences passablement idiotes. Un groupe d’anciens potes se réunissant sur le tard pour Noël, des motivations soi-disant cachées, un inconnu dont on devine déjà la psychose avant même qu’il n’apparaisse à l’écran... On croit avoir là tous les ingrédients d’un mauvais slasher, sauf qu’il n’en est rien! Il ne suffit pas d’aligner une bande d’individus décérébrés et de les confronter à un tueur en mal de victimes pour se targuer d’une telle appellation. Car, sous ses pâles apparats horrifiques, Christmas Evil relève davantage du huis clos ou du thriller type «home invasion».

Pour en arriver à ce constat, il faut s’infliger les règlements de compte auxquels s’adonne cette palanquée de pseudo-acteurs. On ressasse les erreurs et les bourdes du passé. On se montre hostile envers le petit nouveau. On complote pour tenter de rafler un pactole qui n’existe pas. Si le film est déjà court (70 minutes poussives), on s’ennuie ferme du début à la fin. On ne peut même pas parler d’une entame ou d’une introduction des personnages tant le rythme demeure amorphe d’un bout à l’autre. Il n’y a aucune gestion de la tension, aucune maîtrise de l’évolution d’une situation censée aller de mal en pis. Et il est inutile de parler d’un intérêt décroissant pour la chose.

Ce ne sont pourtant pas des lumières...

Même dans son absence totale d’idées ou de la manière dont on peut diriger un film, les cinéastes (car ils sont bien deux pour réaliser une telle bobine) nous infligent des cadrages catastrophiques. Incapable de mettre à minima en valeur l’intérieur d’une bicoque qui ne se pare nullement des atours de Noël. Les décorations festives se cherchent encore. Quand on comprend que l’intérêt de la chose lorgne en dessous de zéro (il n’y a pourtant pas de neige ni de verglas), on essaye de repérer les éléments censés évoquer cette période de l’année. Hormis deux ou trois bricoles accrochées çà et là, on peine à retrouver une ambiance typique, à défaut d’être immersive.

Et les meurtres? Là encore, on se complaît dans l’imposture la plus flagrante. Il faut attendre les cinq dernières minutes pour que l’hécatombe commence et ne s’achève même pas! Après avoir patienté plus que de rigueur, les morts escomptées se comptent sur les doigts d’une main et sont d’une rare platitude. Une intoxication médicamenteuse, un coup de couteau mal placé et, en guise d’épilogue, un kidnapping qui nous partage entre frustration et soulagement. D’un côté, l’amateur d’hémoglobine reste sur sa faim. De l’autre, on parvient enfin au terme d’un pénible huis clos qui n’a décidément rien pour lui. Pas même l’excuse de pallier à des contraintes budgétaires que d’autres productions réussissent à contourner.

Quand on vous dit de ne pas abuser des mauvais films !

Au final, Christmas Evil possède un sous-titre prédestiné. Le Noël qui sent le sapin est avéré, encore faut-il insuffler un minimum de décorum pour laisser croire qu’on se situe en fin d’année. Le film aurait pu s’appeler«Easter Evil» que cela n’aurait rien changé. Entre des dialogues d’une pauvreté navrante, un casting jamais dans le ton, un scénario famélique bon pour les orties et une progression indolente, le film de Rob Hardison et Rich Robinson est une véritable épreuve. Difficile de le qualifier de slasher puisque les codes du genre sont bâclés, voire absents. Point d’approche horrifique ni d’une quelconque volonté de fournir une production potable, Christmas Evil se solde par un long et pénible moment cinématographique.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Fanatique
**Attention, cette critique contient de nombreux spoilers.** Sept étudiants séjournent un week-end sur une petite île afin d'y étudier la faune locale. Ils sont accueillis sur place par leurs hôtes, un couple de cinéphiles sympathique mais quelque peu insolite. Le slasher, sous-genre horrifique rendu célèbre dès la fin des années 70, avec le succès des franchises Halloween et Vendredi 13 ,...
Toxic Shark
Insatiable quand il s’agit de décliner le requin sous ses formes les plus bizarres et idiotes, les producteurs versés dans le survival animalier persistent envers et contre tout à sombrer dans l’absurde. Si l’opportunisme d’un tel produit ne floue personne, on s’étonne toujours des nouvelles trouvailles pour prétexter l’irruption du squale dans des eaux déjà...
Battleship
Notre planète est assaillie par une horde de vaisseaux spatiaux qui s'échoue au large de l'archipel d'Hawaï. Une flotte américaine en manoeuvre dans la zone va devoir repousser l'invasion. C'est donc avec trois bouts de ficelle en guise de scénario que Hasbro reprend le célèbre jeu de société pour en faire un blockbuster complètement décérébré. Tout comme leur licence phare...
Byzantium
** Attention, cette critique contient des spoilers.** Une jeune fille et sa mère sont contraintes de fuir régulièrement, poursuivies par les membres d'un groupe visiblement très influent. Discret depuis plusieurs années, le cinéaste irlandais Neil Jordan retrouve l'univers vampirique, près de vingt après Entretien avec un Vampire . Privilégiant sans conteste la fable sociale et humaniste aux...
Berserk - L'âge d'or Partie 2 : La Bataille de Doldrey
Doldrey : une forteresse imprenable, aux mains des Chuder. Située aux confins de Midland, auquel elle appartenait autrefois, elle est gardée par les unités d'élite de la cavalerie du légendaire Général Boscogn. Rien ni personne ne semble en mesure de la faire vaciller. Pourtant, sa chute mettrait un terme à la Guerre des Cent Ans. Alors que les armées de Midland ont échoué maintes et maintes...