Voir la fiche complète du film : Intelligence (Alrick Riley, Stephen Williams - 2014)

Intelligence

Un mélange chaotique entre L’homme qui valait trois milliards et Person of interest qui pèche par orgueil. La faute à un détachement rapide des protagonistes et un patriotisme omniprésent des plus irritants. Une distraction plaisante et néanmoins basique dans ses fondamentaux.
Publié le 12 Mai 2015 par Dante_1984Voir la fiche de Intelligence
6

Depuis les années 2000 et avec la série 24, on assiste à la glorification des autorités, particulièrement des services secrets des Etats-Unis. L’une des nombreuses conséquences du 11 septembre? Toujours est-il qu’il en ressort une volonté évidente à raviver la flamme patriotique et à redorer le blason de certaines institutions telles que la CIA. Si 24 parvenait à échafauder des intrigues travaillées tout en conservant un certain équilibre pour ne pas sombrer dans le patriotisme désintéressé, Intelligence se montre bien peu perspicace au vu de son titre. L’audimat est-il la seule cause de l’arrêt de la série au bout d’une unique saison? Pas sûr...

Le concept de départ n’est pas pourtant dénué de qualités. Une opération militaire secrète donne naissance à un nouveau type de soldat capable d’accéder à tous les réseaux et l’ensemble des données recueillies de par le monde pour résoudre des situations urgentes. En cela, l’on assiste à une sorte de mix de L’homme qui valait trois milliards et Person of interest. Des moyens, des objectifs et des épisodes qui se suivent sans se ressembler (chacun étant indépendamment compréhensible des autres), Intelligence possédait le potentiel pour proposer une série l’image de son patronyme en faisant preuve d’astuces et de bon sens.

Toutefois, le traitement accordé au sujet principal laisse peu de place à la surprise et préfère se concentrer sur un faux suspense de circonstance. L’omniscience de Gabriel devrait résoudre les enquêtes avant même qu’elles surviennent, mais certains éléments lui échappent, un peu comme si l’on choisissait au hasard les indices essentiels du superflu pour parvenir à la conclusion. Malgré le danger des situations, il en découle un climat trop confortable qui privilégie l’encensement du secret et de la patrie avec un développement trop manichéen pour naviguer en ces eaux troubles. À titre de comparaison, Homeland se révèle bien plus ambigu et chargé en symboliques.

En contrepartie de cette impression que rien ne peut atteindre les protagonistes, la progression se montre nerveuse avec des affrontements énergiques dotés d’une mise en scène immersive et propre. La part d’action allouée aux différentes histoires n’empiète pas sur la réflexion avec une exposition des capacités de Gabriel en corrélation avec son environnement. En ce sens, les effets spéciaux offrent une véritable cohérence lorsqu’on plonge dans la psyché de Gabriel pour retracer un souvenir; à moins que les écrans du réseau s’invitent dans son champ de vision pour entrevoir l’ensemble des données en l’espace de quelques secondes.

Les personnages confirment ce sentiment mitigé évoqué plus haut. Malgré quelques blessures du passé, ils se montrent trop distants au regard des épreuves qui les attendent, et ce, en dépit de leur extrême compétence. Héroïsme et patriotisme vont de pair pour donner corps à des caractères rigides et froids, presque mécaniques. Les comportements ou les réactions de chacun sont prédéterminés en fonction des actions afin de ne pas froisser l’idéal américain, ainsi que les bonnes mœurs. L’on se détache donc rapidement du sort de ces soldats d’élite (on se contente d’obéir aux ordres sans discuter), même s’ils ne sont pas détestables.

Au final, Intelligence possède certaines qualités qui la rendent appréciable en termes de divertissement basique. Néanmoins, la multitude de sous-intrigues (le fil rouge est quasiment absent) délaisse l’ambivalence de telles opérations au bénéfice d’une fibre patriotique quasi permanente, voire exaspérante, au fil des épisodes. L’efficacité au service du spectaculaire prévaut sur le réalisme et l’originalité. Il demeure tout de même quelques trouvailles sympathiques pour exposer les capacités surhumaines de Gabriel et une progression sans temps mort et assez varié. Une série correcte dans son ensemble sans être transcendante.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Gilgamesh
« La fin du monde marque le début d'une nouvelle humanité », tel est le postulat de départ de Gilgamesh . Si ce thème cher à la science-fiction ne cesse d'alimenter le cinéma en nanar ou, plus rarement, en curiosité à découvrir ( Southland Tales ), l'animation japonaise aime également exploiter le filon de différentes manières. Sortie la même année, Texhnolyze offrait un monde post-apocalyptique...
Père Noël Origines
En général, on idéalise l’image du père Noël sous la forme d’un vieux bonhomme bedonnant et affable à la barbe blanche bien fournie, du moins est-ce là le cliché qu’entretient l’imaginaire collectif. Toutefois, l’on se penche rarement sur les origines du mythe pour découvrir des intrigues peu reluisantes ou qui entacheraient cette icône dénaturée au fil du temps par le matérialisme. Juha...
Reeker 2: no Man's Land
Le premier Reeker était un bon petit film, agréable à regarder et rempli de bonnes idées, mais contenant quand même quelques défauts relativement gênants. Les principaux étaient un humour parfois lourd et un léger manque de maitrise dans la gestion du mystère entourant son meurtrier. Le twist final expliquait en partie de ce qu'était réellement le tueur (le fameux Reeker du titre) mais une foule...
La Nuit du Loup-Garou
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Né du viol d'une servante par un prisonnier dément, un orphelin est condamné par une terrible malédiction. Après s'être attaquée avec succès aux relectures de Dracula et Frankenstein , la Hammer se lance, au début des années 60, dans de nouveaux projets. Après les mythes de La Momie (1959) et de Jekyll et Hyde (1959), le célèbre studio...
Béhémoth - Le Monstre des abîmes
De toutes les productions SyFy sorties, Maneaters Series a exploité le survival animalier sous toutes ses formes. Bien que modestes, certains films ont créé la surprise avec une approche relativement honnête du genre, comme l’a démontré L’instinct du chasseur . Insectes, félins, rapaces, dinosaures, requins et autres prédateurs se sont succédé sous la caméra de cinéastes plus ou moins...