Voir la fiche complète du film : Jack l'Éventreur (Jesús Franco - 1976)

Jack l'Eventreur

Jack l'Eventreur vu par Jess Franco et Klaus Kinski. Le produit fini est assez mou du genou et l'on s'ennuie ferme malgré une volonté évidente du réalisateur de créer une ambiance glauque.
Publié le 1 Janvier 2008 Voir la fiche de Jack l'Éventreur
5
Tueur en série

Scotland Yard est sur les dents depuis qu'un maniaque sévit dans les ruelles de Londres. S'attaquant aux prostitués, il met en échec la police...

La version de Jess Franco de Jack l'Eventreur est dans l'ensemble assez décevante. La présence en tête d'affiche de Klaus Kinski n'arrange pas vraiment les choses puisque l'acteur se révèle peu convaincant dans le rôle de Jack l'Eventreur. Il faut dire que le scénario ne lui laisse pas vraiment le choix (et sans doute trop de liberté) : entre une scène où il prend du thé et articule deux ou trois mots face à une vieille ménagère qui cherche à se faire ramoner la cheminée et une poursuite interminable entre lui et une prostituée dans des bois où il fait clair comme en plein jour avec des tonnes de fumée artificielle dans les arbres... La volonté de créer une ambiance de la part de Franco est bien là, certes. Las, c'est malheureusement maladroitement fait. Au même rayon, on retrouve une mise en scène peu inspirée et un rythme en dents de scie tout au long du métrage, le spectateur a du mal à s'y retrouver...

De la violence, du gore ou de la fesse ? On retrouve ces trois ingrédients en effet. Le problème n'émane pas des "ingrédients" mais de leur "dosage". Pour la violence comme pour le gore, il faut patienter une bonne heure pour voir l'éventreur en action. Et cela vaut son pesant de cacahuète : après avoir courru dans les bois enfumés, il coince une prostituée contre un arbre, la poignarde au bide et la viole. Par miracle, elle survit (!) assez pour arriver jusqu'à l'antre de Jack l'Eventreur. Elle ne décedera qu'après s'être fait arracher un nibard par ce bon vieux Kinski... Tout cela étant naturellement mal joué, mal filmé et peu effrayant (et encore moins captivant).

On s'ennuie ferme devant le film de Franco et rien n'est là pour nous divertir un tant soit peu. En revanche, on a tout le temps de s'attarder sur le pitoyable jeu d'Andreas Mannkopff, l'acteur (le terme est osé vu sa prestation) qui interprète avec une conviction inébranlable le rôle de l'inspecteur Selby, en charge des meurtres de Jack l'Eventreur. Et si encore il était le seul à jouer comme un pied... La plupart des acteurs fournit le minimum syndical (et encore...) mais le spectateur n'est pas dupe (il est surtout déçu). Kinski avait les épaules pour camper un très bon Jack l'Eventreur mais, allez savoir pourquoi, il passe un peu à côté du personnage, sans lui insuffler ce grain de folie qu'il aurait pu brillamment lui prêter...

Jack l'Eventreur, version Jess Franco, est sans nul doute l'une des plus médiocres variations sur le célèbre meurtrier de White Chapel. On lui préferera de loin la version (plus récente, certes) des Frères Hughes, From Hell, ou encore celle un peu moins connu mais tout aussi géniale sous la forme d'un téléfilm de David Wickes, Jack l'Eventreur, avec Michael Caine.

Autres critiques

No Dormirás
Huit ans après un premier long métrage remarqué pour son côté novateur ( The Silent House , constitué d’un long plan-séquence d’1h20, qui a eu droit à son remake US), le réalisateur uruguayen Gustavo Hernández replonge dans le cinéma de genre avec No Dormirás, un thriller bien plus psychologique que ce que laissait présager son accroche et son concept de base. La circonspection (x2)...
Blair Witch
S’il n’est pas le précurseur du found-footage, Le projet Blair Witch est parvenu à donner l’élan nécessaire à ce sous-genre pour se démocratiser. Il en résultait quelques bobines intéressantes et malheureusement de nombreuses dérives mercantiles aussi creuses qu’une coquille d’œuf vide. En général, on apprécie ou on déteste. Dans pareil cas, il n’existe pas de...
Panic Button
On ne le répètera jamais assez : étaler sa vie sur les réseaux sociaux peut s'avérer néfaste. C'est partant de ce postulat de plus en plus évident au regard de l'actualité que les producteurs John Shackleton et David Shillitoe ont eu l'idée de développer un film qui centrerait son intrigue autour de Facebook et de ses dérives potentielles. Bien sûr, on n'est pas dans The...
Slender Man
Considéré comme une légende urbaine montée de toute pièce pour une diffusion virale sur le web, Slender Man est un personnage aussi inquiétant que passionnant. La silhouette humaine élancée, d‘où son patronyme, l’absence de visage renvoyant à un anonymat dans sa forme la plus stricte... Ces caractéristiques sont ancrées dans l’imaginaire collectif sous des noms et des mythes...
Penance
Depuis Saw et Hostel , le torture-porn s’est largement démocratisé avec quelques sympathiques surprises ( The collector , Grotesque …), mais également pas mal d’étrons imbuvables ( Scar 3D , Broken …). En parallèle de cette évolution chaotique, le faux documentaire semble avoir suivi la même courbe avec une baisse qualitative encore plus flagrante. Aussi, le mélange des genres peut parfois...