Voir la fiche complète du film : Jack l'Eventreur (Jesús Franco - 1976)

Jack l'Eventreur

Jack l'Eventreur vu par Jess Franco et Klaus Kinski. Le produit fini est assez mou du genou et l'on s'ennuie ferme malgré une volonté évidente du réalisateur de créer une ambiance glauque.
Publié le 1 Janvier 2008 Voir la fiche de Jack l'Eventreur
5
Tueur en série

Scotland Yard est sur les dents depuis qu'un maniaque sévit dans les ruelles de Londres. S'attaquant aux prostitués, il met en échec la police...

La version de Jess Franco de Jack l'Eventreur est dans l'ensemble assez décevante. La présence en tête d'affiche de Klaus Kinski n'arrange pas vraiment les choses puisque l'acteur se révèle peu convaincant dans le rôle de Jack l'Eventreur. Il faut dire que le scénario ne lui laisse pas vraiment le choix (et sans doute trop de liberté) : entre une scène où il prend du thé et articule deux ou trois mots face à une vieille ménagère qui cherche à se faire ramoner la cheminée et une poursuite interminable entre lui et une prostituée dans des bois où il fait clair comme en plein jour avec des tonnes de fumée artificielle dans les arbres... La volonté de créer une ambiance de la part de Franco est bien là, certes. Las, c'est malheureusement maladroitement fait. Au même rayon, on retrouve une mise en scène peu inspirée et un rythme en dents de scie tout au long du métrage, le spectateur a du mal à s'y retrouver...

De la violence, du gore ou de la fesse ? On retrouve ces trois ingrédients en effet. Le problème n'émane pas des "ingrédients" mais de leur "dosage". Pour la violence comme pour le gore, il faut patienter une bonne heure pour voir l'éventreur en action. Et cela vaut son pesant de cacahuète : après avoir courru dans les bois enfumés, il coince une prostituée contre un arbre, la poignarde au bide et la viole. Par miracle, elle survit (!) assez pour arriver jusqu'à l'antre de Jack l'Eventreur. Elle ne décedera qu'après s'être fait arracher un nibard par ce bon vieux Kinski... Tout cela étant naturellement mal joué, mal filmé et peu effrayant (et encore moins captivant).

On s'ennuie ferme devant le film de Franco et rien n'est là pour nous divertir un tant soit peu. En revanche, on a tout le temps de s'attarder sur le pitoyable jeu d'Andreas Mannkopff, l'acteur (le terme est osé vu sa prestation) qui interprète avec une conviction inébranlable le rôle de l'inspecteur Selby, en charge des meurtres de Jack l'Eventreur. Et si encore il était le seul à jouer comme un pied... La plupart des acteurs fournit le minimum syndical (et encore...) mais le spectateur n'est pas dupe (il est surtout déçu). Kinski avait les épaules pour camper un très bon Jack l'Eventreur mais, allez savoir pourquoi, il passe un peu à côté du personnage, sans lui insuffler ce grain de folie qu'il aurait pu brillamment lui prêter...

Jack l'Eventreur, version Jess Franco, est sans nul doute l'une des plus médiocres variations sur le célèbre meurtrier de White Chapel. On lui préferera de loin la version (plus récente, certes) des Frères Hughes, From Hell, ou encore celle un peu moins connu mais tout aussi géniale sous la forme d'un téléfilm de David Wickes, Jack l'Eventreur, avec Michael Caine.

Autres critiques

Ghost in the shell - Stand alone complex
En 2030, la section 9 est chargée des missions les plus dangereuses et de contrecarrer le cyberterrorisme pour veiller à la sécurité et au bien-être de la société. Toutefois, l'émergence d'un pirate informatique surnommé le Rieur risque de leur compliquer considérablement la tâche. Est-il besoin de présenter le manga culte de Masamune Shirow qui a donné naissance à deux longs-métrages qui...
Scream 4
Attention, cette critique contient un élément révélant la fin du film, situé entre les deux balises rouges. Plusieurs années se sont écoulées depuis les meurtres commis par Ghostface à Woodsboro. Sidney Prescott est enfin parvenue à tourner la page et retourne dans sa ville natale pour le lancement de son premier roman, Out of Darkness. C’est à ce moment précis que le tueur au masque renaît de...
Krampus - The Reckoning
Le détournement des fêtes de Noël au profit d’un spectacle gore n’est pas né d’hier. En lieu et place des psychopathes affublés d’un peignoir rouge et d’une barbe blanche, le cinéma de genre aime à exploiter certains mythes. Les années2010 auront été marquées par Saint , DTV relativement sympathique qui dévoilait le véritable visage de Saint-Nicolas. Depuis, c’...
Quiet Ones
Dans les années 70, Joseph Coupland, professeur renommé à l'université d'Oxford, essaie de soigner la jeune Jane Harper, orpheline suicidaire qui prétend être possédée par une certaine Evey. De retour aux affaires depuis près de dix ans, la cultissime firme Hammer s'attaquait ici au found footage, sous-genre horrifique à la mode depuis le Projet Blair Witch . A Oxford, passionné par la...
X-Files - le film
X-Files… Un nom qui fait toujours frissonner un grand nombre d’amateur de fantastique. Une série culte qui a été LE phénomène télévisuel des années 90. Neuf saisons, une pluie de récompenses aux Emmy Awards et aux Golden Globe, des scénarios extraordinaires et un duo principal qui est entré dans l’Histoire de la télévision. N’ayons pas peur des mots, X-Files fait partie des meilleures séries...