Voir la fiche complète du film : Jason le Mort-Vivant (Tom McLoughlin - 1986)

Jason le Mort-Vivant

Un Vendredi 13 à classer du côté des bons films de la série. Rien d'extraordinaire mais assez fun si on est un fan du gros Jason...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Jason le Mort-Vivant
6
Zombie Cimetière Forêt

Pour Tommy Jarvies, Jason Voorhees ne fait toujours pas partie du passé. Pour s'assurer que ce monstre est bel et bien mort, il se rend dans le cimetière où est enterrée sa dépouille pour exhumer le corps. Avec l'aide d'un ami, il ouvre la tombe et découvre le corps inerte et rongé par les verts de Jason. Tommy voue toujours une haine profonde au gros et décide de lui planter une barre de métal en pleine poitrine (apparement, Tommy n'a pas remarqué qu'il y avait de l'orage, il ne doit non plus avoir vu Frankenstein). Donc, un éclair tombe sur la barre et le choc électrique entraîne le réveil de Jason. Tommy parvient à s'enfuir mais veut à tous prix prévenir la police du coin. Pris pour un fou, il est enfermé tandis que le "gros" se remet au boulot...

Jason le mort-vivant est un épisode très apprécié des fans de la saga. Qu'apporte t-il de nouveau par rapport aux précédents opus ? D'un point de vue purement "scénaristique", il faut bien le dire, il n'apporte rien de neuf au genre. Mais bon, depuis les premiers films, on a pris l'habitude de faire un peu abstraction du scénario prétexte à nous dévoiler un nouveau massacre perpétré en bonne et due forme par le gros Jason. Si l'on est donc un familier du "gros", on guette plus ses apparitions et ses meurtres qu'autre chose...

Second film pour Tom McLoughlin après le sympathique Mausoleum (One Dark Night, 1983), Jason le mort-vivant est déjà le sixième film d'une série entamé en 1980 par Sean S. Cunningham (producteur de la série des House) suite au succès du Halloween : La nuit des masques de John Carpenter. Rien de particulier à signaler du côté de la mise en scène qui reprend, à peu de choses près, le travail déjà effectué sur le précédent volet.

Evoquons, une fois n'est pas coutûme dans un Vendredi 13, les effets spéciaux. McLoughlin ne s'est pas entouré de débutants et, bien que le film ne soit pas particulièrement gore au sens "propre" du terme, signalons que Gabriel Bartalos a travaillé sur les effets du film. Il fut également présent sur Elmer, le remue-méninges (1988), Frankenhooker (1990), Leprechaun (1993) et The Creeps (1997) notamment.

Enfin, côté casting, on retrouve un parfait inconnu derrière le masque de Jason, un certain C.J. Graham (aux dernières nouvelles en 2004, il travaillerait dans un casino Las Vegas, comme quoi jouer Jason ça mène à tout!). Tommy Jarvis est interprété par Thom Matthews, qu'on a pu voir dans le rôle de Freddy dans Le Retour des Morts-Vivants (1985). Le reste du casting ne mérite pas vraiment que l'on s'y attarde (comme pour la plupart des Vendredi 13).

Bref, un sixième volet plutôt sympathique, qui nous permet de retrouver un Jason en grande forme, toujours spécialiste dans le démastiquage en règle d'ados crétins à souhait. En plus, le film n'est pas exempt de séquences humoristiques comme lors de la partie de chasse interrompue par le gros. Sans doute l'un des meilleurs volets de la série.

Et pour la petite info, le morceau qui ouvre le générique de fin, "The Man Behind the Mask", est signé par Alice Cooper en personne !

Autres critiques

Little Monsters
Si le cinéma de genre compte de nombreuses créatures peu ragoûtantes, le zombie est sans aucun doute l’une des figures horrifiques les plus représentées en terme de longs-métrages et de séries télévisées. Porté par l’iconographie mythique des films de George Romero, le mort-vivant s’est décliné sous toutes les formes possibles et imaginables. Et la comédie n’y échappe pas...
Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...
Byzantium
** Attention, cette critique contient des spoilers.** Une jeune fille et sa mère sont contraintes de fuir régulièrement, poursuivies par les membres d'un groupe visiblement très influent. Discret depuis plusieurs années, le cinéaste irlandais Neil Jordan retrouve l'univers vampirique, près de vingt après Entretien avec un Vampire . Privilégiant sans conteste la fable sociale et humaniste aux...
Insensibles
Il n'est jamais facile d'allier film d'horreur et film historique, même si cette partie demeure purement fantaisiste. Le pari est souvent risqué parce que soit l'horreur est oubliée ou reléguée au second plan, soit la partie historique est bâclée et ne sert finalement pas à grand-chose. Avec Insensibles , la donne était encore plus compliquée puisqu'il s'agit du premier film d'un jeune espagnol...
Les innocents
Dans le domaine du fantastique, certaines œuvres littéraires du XIXe siècle demeurent des classiques qui, non contents de poser les bases d’un genre, le transcendaient à travers des intrigues intemporelles. On songe à Edgar Poe, Mary Shelley, Oscar Wilde ou encore Bram Stoker. Dans la même veine, Henry James a écrit Le tour d’écrou , roman remarquable en tout point, tant dans sa prose...