Voir la fiche complète du film : Krampus (Michael Dougherty - 2015)

Krampus

Le mythe de Krampus revisité dans une fable contemporaine qui aime à inverser les codes de la morale pour mieux déstabiliser le spectateur. Pas foncièrement étonnant dans le fond, il en ressort tout de même un film d’horreur soigné et efficace tant dans son discours que dans sa manière de le présenter.
Publié le 28 Décembre 2016 par Dante_1984Voir la fiche de Krampus
7
Noël

La période des fêtes de fin d’années est souvent l’occasion de se retrouver, de laisser de côté les petits tracas du quotidien. L’entraide, le partage, la convivialité... Bref, autant de sentiments mielleux et hypocrites pour un «événement» qui démarre dès septembre et n’a d’autres buts que de pousser à son paroxysme un consumérisme déjà exacerbé. Une considération cynique? Plutôt réaliste qui rejoint la savoureuse introduction de Krampus. Une sorte de règlement de comptes dans les allées des grands magasins absolument délectable qui évoque également le Black Friday. Si l’on dénombre pas mal d’étrons horrifiques sur Noël, Krampus parvient-il à surprendre?

Ah, les fêtes de Noël et les voisins bruyants du dessus...

Il aura fallu huit ans à Michael Dougherty pour revenir derrière la caméra. Responsable de Trick’r Treat (où il explorait le mythe d’Halloween), il se penche sur un conte de Noël pas comme les autres. Dès les premières images, on peut apprécier l’approche décalée et sans concession. Et c’est sur ces deux piliers que reposeront les bases de l’intrigue. À travers un visuel léché et une excellente photographie, Krampus distille avec une certaine habileté son parfum de Noël où la chaleur des foyers contraste avec les rigueurs de l’hiver. En ce sens, le réalisateur aime à alterner les impressions contradictoires, notamment quand la tempête se propage dans les maisons.

Une manière de saupoudrer le métrage d’une angoisse savamment dosée où l’invité d’honneur (le père Noël) répond aux abonnés absents pour mieux céder la place à son homologue maléfique. Dès lors, il découle une grande vulnérabilité, pour ne pas dire impuissance, à affronter les affres de la tempête tout en guettant les créatures qui se terrent dans l’obscurité et la neige. Car à travers un jeu du chat et de la souris somme toute linéaire, Michael Doughtery inverse les codes non pas d’un genre (il se complaît à merveille dans l’horreur), mais de la morale et des bonnes mœurs. Celui qui offre prend. Ceux qui apprécient les festivités les subissent. De refuge, le foyer devient un lieu de perdition...

Si c'est lui qu'il l'offre, comment refuser ?

Au-delà de ces considérations sous-jacentes et néanmoins bien présentes, Krampus ne s’entiche pas d’une surexposition des personnages et des faits, quitte à user de quelques poncifs narratifs. Dans l’ensemble, l’intrigue n’est en rien surprenante. Elle suit une progression bien délimitée sans s’écarter du droit chemin. Pour autant, elle demeure énergique et varie les situations, même sans sortir de la maison. Le grenier, les couloirs, le salon... Toutes les pièces offrent des perspectives réjouissantes grâce à une parfaite gestion des espaces. Quant aux plans extérieurs, ils prennent de véritables allures de contrées désolées qu’on aurait aimé voir plus présents.

Mais qu’en est-il du Krampus? Cette créature mythique a fait l’objet d’un soin tout particulier, notamment avec son physique imposant et anthropomorphe. D’ailleurs, on peut le rapprocher d’un démon avec ses cornes et ses pattes de bouc, ainsi que les chaînes qu’il traîne. Comme le père Noël, il est également accompagné de toute une joyeuse clique aussi macabre qu’étonnante. Les elfes, la créature de la neige (que l’on ne voit jamais), le clown musical dévoreur d’enfants, sans oublier les maléfiques petits bonshommes en pain d’épices! On a l’impression d’assister à une procession de freaks que ne renieraient pas certaines parades.

Cette année, il vaut mieux être sage et croire au Père Noël.

Au final, Krampus est un film d’horreur qui, sans être fondamentalement surprenant, remplit son office. Soutenu par une réalisation intéressante, une histoire entraînante et une ambiance habilement détournée, Krampus tord les idées reçues sur Noël sur fond de sarcasmes et d’un humour noir dosé avec parcimonie. Il en ressort une excellente transposition du mythe de Krampus dans un contexte contemporain. On remarquera la présence d'un intermède en films d’animation étonnant qui n’est pas sans rappeler d’autres univers tortueux. On lui reprochera seulement d’exposer des personnages interchangeables et vite agaçants (les bons, comme les moins bons) et d’offrir un épilogue chaotique qui aurait pu être raccourci. En dehors de cela, Krampus demeure appréciable à plus d’un titre, notamment pour son atmosphère et ses propos sans langue de bois sur Noël.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Dragonball : Evolution
Dire que cette adaptation live du manga culte d’ Akira Toriyama s’est faite désirer est un doux euphémisme. En effet, cela faisait presque une dizaine d'années que des rumeurs couraient sur un possible long métrage et que des légions de fans s’excitaient à la moindre image "fake" débarquant sur le net. L’annonce officielle par la FOX de la mise en chantier du projet a donc logiquement attisé l’...
Sphère
Le psychologue Norman Goodman (Dustin Hoffman) est conduit en hélicoptère au beau milieu de l’océan pacifique pour ce qu’il croit être un accident d’avion. Lorsqu’il arrive sur place, il constate qu’il n’y a non seulement aucune trace d’un accident d’avion quelconque mais que plusieurs navires de guerre sont présents sur le même site. Il est rapidement conduit auprès d’Harold C. Barnes (Peter...
Zombie Island Massacre
Avant de commencer toute critique acerbe de ma part, il faut remettre les choses dans leur contexte : Zombie Island Massacre est une production Troma qui date de 1984. Outre le fait que le film ait pris un petit coup de vieux, il est important de faire un petit retour sur Troma. Boîte de production lancée dans les années 70 par un certain Lloyd Kaufman, la Troma, fauchée comme les blés va...
The Thing
Quand l'annonce d'un remake/prequel du mythique chef d'oeuvre de Big John Carpenter a été proclamée, beaucoup ont crié au scandale. Je ne fais pas partie des gens qui s'amusent à défoncer un métrage avant de l'avoir vu et de me faire une propre opinion, mais pour le coup, je me suis dit que cela allait être très difficile de passer derrière le film de 1982, tant il reste...
Bronson
Nicolas Winding Refn, jeune metteur en scène danois, a, depuis la sortie en salles de Bronson, acquis un véritable statut de cinéaste. Après avoir réalisé un des films noirs les plus sombres et nihilistes de ces dernières années (la trilogie Pusher ), Refn a décidé de poursuivre dans la veine radicale et subversive, mettant en scène Bronson , l’histoire du « prisonnier anglais le plus violent de...