Voir la fiche complète du film : La Fiancée de Dracula (Jean Rollin - 2002)

La Fiancée de Dracula

Quid de Jean Rollin, le Maître du fantastique vampirique à la française, à travers sa première confrontation avec le plus célèbre vampire de tous les temps : Dracula !
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de La Fiancée de Dracula
6
Vampire

De nos jours, un étrange professeur (émule vieillissant du célèbre Van Helsing), et son assistant, traque Dracula dans Paris. Celui-ci est en quête de sa promise, gardée précieusement dans un monastère.

Cinéaste à part dans l'univers du cinéma français, unique véritable spécialiste du fantastique, qu'il a plus ou moins associé à l'érotisme pour diverses raisons (obligations financières pour certains tournages ou choix artistique dans d'autres cas), Jean Rollin a au moins le mérite de ne laisser personne indifférent, entre ceux qui lui vouent un culte et ceux qui l'exècrent, purement et simplement. On peut aussi se situer entre ces deux courants radicaux, en tentant d'analyser plus en détail l'univers de Rollin, qui présente déjà la caractéristique d'être cohérent, de son début de carrière (dès la fin des années 60) à aujourd'hui (son prochain film mettra en vedette l'ex-hardeuse Ovidie). La plupart des critiques snobent surtout Rollin depuis son passage dans le milieu du X, mais cette période prouve aussi la fidélité du réalisateur pour un cinéma Bis qui lui doit quelques perles, avec Brigitte Lahaie en muse diaphane. Surtout apprécié durant les années 70, où il livra certains films fascinants (Les Démoniaques, Fascination), il tomba dans l'oubli durant les années 80, avant de revenir au goût du jour il y a une dizaine d'années, restant fidèle à sa thématique de prédilection : le vampirisme lesbien (Les Deux Orphelines Vampires). Mais revenons en à cette version du Dracula de Stoker par Rollin.

Il semblait logique qu'un jour ou l'autre, Rollin, amoureux des femmes vampires dénudées, adapte le roman sanglant mais, à bien des égards, charnel, de Stoker. De tout temps, les femmes avouent être terrorisées mais aussi séduites par le personnage de Dracula (cf la période faste du Prince des Ténèbres, avec Lugosi dans les années 30 puis Lee dans les années 60, avant que Coppola lui redonne une seconde vie sous les traits d'Oldman). Pourtant, plutôt que de nous proposer une banale nouvelle mouture du roman si souvent remanié pour le Septième Art, Rollin préfère passer le personnage principal au second plan, préférant privilégier un contexte surréaliste qui, de nos jours, déstabilisera plus d'un spectateur. Car Rollin offre à Dracula de nouveaux décors : une plage, un monastère, la mer, afin de rendre Dracula plus abordable, voire plus humain... D'ailleurs, le jeu du comédien qui l'incarne y est il volontairement modeste en ce sens ?

Rollin nous dévoile aussi une galerie de personnages secondaires forts savoureux, issus autant des contes pour enfants (l'ogresse) que des oeuvres plus picaresques (le nain, les nonnes dépravées). Devant la caméra, on retrouvera avec plaisir Brigitte Lahaie (dans un petit rôle satanique), et Magalie Aguado, ogresse libidineuse et mystérieuse, à des années lumière de son rôle le plus connu (celui d'Annette dans la série pour ados Premiers Baisers, au début des années 90). Malgré cette ambiance posée avec originalité, Rollin n'excelle pas toujours derrière la caméra.

Certaines scènes, fortement décalées (surtout dans le monastère), ne parviennent pas à faire oublier certaines lenteurs et bizarreries. Le duel entre le professeur (Christopher Lee aurait excellé dans ce rôle) et Dracula ne tient pas toutes ses promesses, étant finalement mois importante que l'aspect visuel et poétique du vampirisme selon Rollin, éternel mauvais fils du cinéma français, à l'instar d'un Max Pecas dans la comédie.

En résumé, ce métrage résume assez bien l'univers de Rollin, sans aucun doute le seul réprésentant digne d'intérêt du cinéma fantastique français. Peuplée de créatures aussi étranges que perverses, la poésie décalée de Rollin offre une vision aujourd'hui quelque peu fânée, mais toujours intéressante, du fantastique baroque, tel que la Hammer l'avait rendu célèbre, l'aspect rêveur en plus pour un Rollin qui restera donc toujours fidèle à lui-même, à travers sa filmographie, qu'il est de bon ton de ne pas dénigrer pour tout amateur de cinéma de série B qui se respecte, votre serviteur en premier lieu !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Gingerdead man 2
Le premier Gingerdead Man était un film au postulat de base amusant et prometteur, mais gâché par un manque de moyens et d'ambition assez flagrant. Pour cette suite, on pouvait donc espérer que le budget serait revu à la hausse, afin de proposer un produit un peu plus fun et audacieux. Le résultat final indique clairement que la volonté y était, mais malheureusement, une somme d'...
Making Off
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Cédric Dupuis rêve depuis des années de devenir réalisateur. Sur un coup de tête, il décide de se lancer dans la mise en scène du plus terrifiant film d'horreur de tous les temps, au grand dam de sa petite amie et de ses camarades, peu enthousiastes à l'idée de joueur les acteurs. C'est ainsi que débute un tournage de plus en plus chaotique...
The legend of Boggy Creek
Les films relatant les méfaits du bigfoot ou du sasquatch ont pris leur essor dans les années 1970. The Legend of Boggy Creek s’avance comme le fer de lance de ce sous-genre du survival animalier. Son succès a suscité bon nombre de vocations par la suite ; certaines plus dispensables que d’autres. S’appuyant sur de véritables témoignages et des faits divers, l’intrigue...
8 MM : Huit Millimètres
Tom Welles (Nicolas Cage), détective privé à l'indéniable sang-froid, est engagé par une riche veuve pour enquêter sur un film appartenant à son défunt mari, filmant un snuff movie, afin de savoir s'il s'agit d'un véritable meurtre, ou d'une supercherie. Légende urbaine la plus décriée, le snuff movie consisterait à filmer un vrai meurtre en temps réel. L'industrie cinématographique a rarement...
Freddy: Les Griffes de la nuit
**** Attention: cette critique peut contenir quelques spoilers ***** Après les reliftings de Michael Myers et Jason Voorhees , c’est sans surprise que débarque une version new look du classique de Wes Craven et de son légendaire croque-mitaine Freddy Krueger . Une occasion pour les amateurs d'horreur de se réjouir ? Peut-être bien puisque les remakes d’ Halloween et Vendredi 13 s’étaient avérés...