Voir la fiche complète du film : La fille de Dracula (Jesús Franco - 1972)

La Fille de Dracula

Au chevet de sa mère, Luisa Karlstein apprend qu'une malédiction plane depuis plusieurs générations sur leur famille. Complémentaire des autres métrages vampiriques de Franco, la Fille de Dracula illustre assez bien le cinéma du cinéaste espagnol, entre sadisme sensuel et flou artistique, sur fond de fantastique.
Publié le 11 Juin 2018 par GORE MANIACVoir la fiche de La fille de Dracula
4
Vampire

Au chevet de sa mère, Luisa Karlstein (Britt Nichols) apprend qu'une malédiction plane depuis plusieurs générations sur leur famille. La crypte des Karlstein renfermerait le cercueil d'un vampire, Dracula.

Dans sa longue filmographie (plus de 200 longs-métrages à son actif), le cinéaste ibérique Jesus Franco s'est souvent intéressé au mythe vampirique. Il s'y attache donc encore une fois dans cette relecture de Carmilla, de Sheridan Le Fanu, saupoudrée du Dracula de Stoker.

Dernière héritière des Karlstein, Luisa va découvrir l'atroce ombre planant sur sa famille depuis des lustres : celle-ci étant la proie du célèbre Dracula (Howard Vernon). Comme toujours chez Franco, le vampire privilégie les belles jeunes femmes dénudées, que Luisa lui apporte après avoir elle même profité de quelques moments agréables avec les futures victimes.

D'entrée, la scène d'introduction plante le décor. Des yeux hypnotiques observent une femme nue dans sa baignoire. On pourrait alors se croire dans un giallo, les regards du tueur ayant fortement inspiré des Bava et des Argento à une époque où ce sous-genre transalpin faisait ses premières armes. Cependant, le cinéaste axe le reste de son intrigue sur des éléments qui lui sont chers : érotisme (souvent saphique), fantastique léger et enquête policière multipliant les suspects (du comte boiteux au secrétaire inquiétant, en passant par son étrange épouse).

1

Datant de 1972, ce film se situe dans la décennie phare de Franco. A une période riche en séries B d'exploitation, le réalisateur tourne souvent deux à trois films à la suite, utilisant les mêmes décors et acteurs afin de réduire au maximum les dépenses et d'exploiter au mieux chaque tournage. Tourné au Portugal, en même temps que les Démons et la Malédiction de Frankenstein, la Fille de Dracula dispose d'une aura latina charmante, avec ses hacienda aux couleurs chaleureuses, de somptueux paysages maritimes et des parcs superbement arborés. La découverte de la crypte est, à ce titre, la scène la plus marquante de ce métrage, les cris perçants d'une multitude d'oiseaux accentuant le caractère sauvage et impulsif du vampire.

L'autre point fort du métrage se nomme Britt Nichols. Sous ce pseudo international se cache un mannequin portugais qui oeuvra dans une dizaine de films, la plupart chez Franco, au début des années 70. Dégageant une sensualité troublante, la jeune femme ne s'en tire pas trop mal en matière d'interprétation, contrairement au méchant du film : Dracula. Grotesque dans ses mimiques, Howard Vernon, acteur fétiche de Franco, livre ici l'une des pires prestations de sa carrière, se montrant moins à son aise qu'en savant fou ou qu'en vulgaire psychopathe. Face à lui, Franco en personne s'en sort avec les honneurs dans son habituel rôle d'inquiétant second couteau. Daniel White, son compositeur fétiche, prête également ses traits à un bien discret comte Karlstein.

1

Sur une musique de piano bar répétitive et agaçante, le film alterne ensuite entre ravissement des victimes et scènes érotiques, Franco usant de gros plans scabreux et flous dont lui seul a le secret. La scène finale, avec la sempiternelle mise à mort enflammée du monstre, parait bien conventionnelle, à l'instar d'un film qui n'apportera rien aux deux personnages vaguement évoqués ici par le cinéaste.

Edité ce mois-ci par Artus en Blu-Ray, dans le cadre de sa collection Jess Franco (avec trois autres films), la Fille de Dracula a fait l'objet d'une restauration de l'image remarquable, proposant une splendide carte postale du Portugal. La piste sonore proposée (uniquement en VF) s'avère toutefois moins convaincante (surtout le doublage de quelques personnages, dont Karine).

Complémentaire des autres métrages vampiriques de Franco (les Nuits de Dracula et la Comtesse Noire), la Fille de Dracula illustre assez bien le cinéma du cinéaste espagnol, entre sadisme sensuel et flou artistique, sur fond de fantastique.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...
Caché
Après plusieurs films tournés en France, La Pianiste (2000) ou Le Temps du loup (2002) pour ne citer qu’eux, le cinéaste autrichien Mikael Haneke renouvelle l’expérience sur le territoire hexagonal avec Caché , une sombre histoire mêlant voyeurisme et torture psychologique. L’action se déroule en région parisienne mais le regard étranger apposé par le réalisateur fait apparaître la société...
Gingerdead man 2
Le premier Gingerdead Man était un film au postulat de base amusant et prometteur, mais gâché par un manque de moyens et d'ambition assez flagrant. Pour cette suite, on pouvait donc espérer que le budget serait revu à la hausse, afin de proposer un produit un peu plus fun et audacieux. Le résultat final indique clairement que la volonté y était, mais malheureusement, une somme d'...
Modus Anomali : Le Réveil de la Proie
Si le nom de Joko Anwar ne vous dit rien, c'est tout à fait normal. Ce réalisateur indonésien n'a pas franchi nos frontières francophones pour ses précédents films (Kala et Forbidden door). Aussi, il est d'autant plus surprenant de voir surgir son dernier projet dans notre pays, a fortiori dans les salles. Un thriller horrifique où un certain John Evans se retrouve en pleine forêt, amnésique et...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...

Sur Horreur.net