Voir la fiche complète du film : La Guerre des mondes (Gilles Coulier, Richard Clark - 2019)

La Guerre des mondes

Contrairement à la série de la BBC, cette nouvelle version de La Guerre des mondes s’affranchit totalement de l’œuvre culte de H.G. Wells. Ce qui constitue sans doute son plus grand défaut. On regrette également un panel de protagonistes plus ou moins agaçants et une mise en scène trop marquée dans les influences françaises et britanniques. Des écueils partiellement rattrapés grâce à une thématique apocalyptique traitée à partir de ressorts dramatiques bien amenés.
Publié le 11 Octobre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de La Guerre des mondes
6
Extra-Terrestre

Certaines œuvres sont ancrées dans l’imaginaire collectif si bien qu’elles font l’objet de variations et révisions à des intervalles plus ou moins réguliers. Hasard des plannings télévisuels, La Guerre des mondes a bénéficié de deux nouvelles adaptations sorties quasi simultanément à la fin 2019. La version de la BBC se voulait assez proche de son modèle littéraire avec une reproduction historique de qualité et un récit immersif. Aussi, la production de Canal + s’impose comme son antithèse et s’éloigne sciemment du roman, comme de ce qui a pu être fait auparavant avec le matériau de base. S’agit-il d’une vision audacieuse ou tronquée par un traitement complètement hors de propos ?

 

Si le contexte contemporain a déjà été emprunté par le film de Spielberg en 2005, la transposition s’est faite en s’appuyant sur une progression relativement semblable. Or, cette guerre des mondes s’affranchit d’emblée de toute comparaison avec les précédentes adaptations, comme avec le livre de H.G. Wells. La disparité est telle que la série aurait pu (et aurait dû) s’appeler autrement. Hormis une invasion extraterrestre éclair, il n’y a aucun point commun ou ceux-ci sont suffisamment rares pour ne pas s’y attarder. Dès lors, la présentation est trompeuse et s’écarte du schéma narratif attendu. Par ailleurs, l’entame n’est guère rassurante.

La tonalité générale laisse transparaître une passivité qui ôte toute crédibilité aux personnages. Le sentiment d’imminence se heurte à des échanges circonspects, presque indolents face à l’urgence que les évènements suggèrent. En ce sens, la caractérisation et l’interprétation sont fluctuantes selon les points de vue observés. La frontière franco-britannique s’impose alors comme une scission évidente dans la mise en scène avec des styles dissemblables très marqués. À titre de comparaison, la série Tunnel, elle-même dérivée de The Bridge, présentait une réalisation plus équilibrée dans l’alternance des séquences en France, puis au Royaume-Uni.

Au sortir de ces considérations et de cette perfectibilité apparente, la progression se révèle assez efficace dans son traitement « humain » du cataclysme. Les ressorts dramatiques fonctionnent, notamment dans le background des personnages ou encore la perte d’un ou de plusieurs survivants. La narration s’attarde grandement sur les émotions et le ressenti propres à une potentielle fin de l’humanité. En cela, le nihilisme sous-jacent concourt à développer une ambiance pesante, où il est particulièrement difficile d’entrevoir un sens à la survie. Celle-ci se focalise essentiellement sur la recherche de vivres et d’un refuge provisoire.

À ce titre, cette version a fait l’objet d’une comparaison avec The Walking Dead. Du point de vue de l’atmosphère et de l’exploration des ruines de la civilisation : pourquoi pas ? En revanche, le rapprochement s’arrête là, car La Guerre des mondes écarte toute velléité propre à la cruauté humaine. L’affrontement se tient uniquement entre les hommes et les extraterrestres ou plutôt leurs émissaires en la présence de robots canidés. Les tensions et les heurts sociaux sont l’objet de divergences, mais jamais d’une embuscade ou même d’un vol. Hormis quelques réactions égoïstes, le comportement demeure assez pragmatique en ces circonstances. Ce qui peut étonner.

Au vu du tournant emprunté, les effets spéciaux restent nettement en retrait. Exception faite du nuage dédié à l’attaque électromagnétique et des sentinelles à mi-chemin entre machine et animal, on écarte le moindre aspect spectaculaire. Il n’est même pas question de mettre en scène les tripodes. Quant à l’exploration de l’environnement, l’ensemble demeure assez convaincant avec une diversité entre le cadre urbain, prédominant, et quelques excursions en milieu rural. Pour l’un, comme pour l’autre, l’exposition des décombres, des corps et des véhicules enchevêtrés est suffisamment évocatrice pour faire illusion.

Au final, La Guerre des mondes vue par Canal + laisse perplexe. Face à la tournure de l’intrigue, il est même difficile de parler d’une libre adaptation. Malgré un début laborieux et une perfectibilité évidente dans le développement des protagonistes, la tonalité dramatique vient soutenir le réalisme latent du cataclysme. Hormis la présence des sentinelles, la cause du déclin de l’humanité pourrait se trouver dans une raison toute différente… On apprécie donc cette manière de faire évoluer les personnages dans un environnement dénué d’espoir, à tout le moins un sentiment suffisamment ténu pour exacerber la vulnérabilité de leur situation. Il est d’autant plus dommage que l’interprétation et certains comportements soient discutables. Des défauts et un parti pris qui partageront forcément le public.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Triangle
Il y a quelques années, Christopher Smith, jeune réalisateur anglais, créait la surprise lors de la sortie de son premier film, Creep , dont l’actrice principale était la belle Franka Potente, découverte dans Lola rennt . Creep , bien qu'imparfait, dégageait une ambiance particulière et faisait montre d’une belle efficacité et d’une certaine maîtrise. Se déroulant exclusivement dans une station...
Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...
Abominable
Qu’on le nomme sasquatch ou bigfoot, le mythe de ce primate géant au cœur des forêts de l’Amérique du Nord s’est démocratisé au XXe siècle, notamment avec l’émergence de la cryptozoologie. De canulars en témoignages troublants, la légende possède des variantes sur la plupart des continents. Ancrée dans la culture populaire, l’histoire est une manne providentielle...
Atomic Shark
Moins connue que ses confrères décérébrés de chez SyFy ou Asylum, la société de production Tomcat n’est pourtant pas avare en bobines méphitiques. Des métrages horrifiques montés avec trois bouts de ficelles et des idées au ras des pâquerettes. En de telles circonstances, il n’est guère étonnant qu’ils aient accouché d’un des pires films de requins jamais réalisés:...
Good Omens
Pour un roman, comme pour un film, s’atteler à un sujet aussi codifié et surexploité que l’Apocalypse relève de la gageure. Entre certaines occurrences indissociables du thème et la multitude de manières de présenter cette « fin du monde » annoncée, il est difficile de trouver le bon angle d’approche. Au début des années 1990, Neil Gaiman et Terry Pratchett...