Voir la fiche complète du film : La Malédiction de Chucky (Don Mancini - 2013)

La Malédiction de Chucky

Un sixième Chucky qui s'attache à refaire de la poupée tueuse un boogeyman effrayant...
Publié le 31 Octobre 2013 par GeoffreyVoir la fiche de La Malédiction de Chucky
6
Poupée

Chucky. Aaaaaah... Chucky! Poupée mythique s'il en est. Quel amateur de cinéma de genre ne connait pas sa petite bouille ronde, ses cheveux roux et sa salopette de poupée "Brave Gars" ? En l'espace de cinq films inégaux, l'avatar de Charles Lee Ray a su se tailler une réputation d'icône qui n'a rien à envier à celle de Freddy Krueger et Jason Voorhees, pour ne citer qu'eux. C'est dire si l'annonce d'un sixième volet a été accueilli avec plaisir, malgré le relatif échec du pourtant correct Fils de Chucky.

Longtemps annoncé comme un reboot de la saga, ce nouvel opus s'avère au final n'être "que" une simple suite. Enfin... quand je dis "simple", ce n'est pas tout à fait exact, car à l'instar de Wes Craven qui avait voulu rendre à Freddy ses lettres de noblesse avec Freddy sort de la nuit, Don Mancini s'attache à faire de même pour sa poupée tueuse dans ce sixième volet intitulé, on ne sait trop pourquoi, La Malédiction de Chucky.


Avec Chucky, c'est à la vie...

Quand un étrange paquet arrive chez Nica, elle n'y prête pas particulièrement attention. Que pourrait-elle craindre d'une simple poupée ? Ce qu'elle ne sait pas, c'est que Chucky est bien déterminé à finir un travail commencé 20 plus tôt...


...à la mort.

Chucky est donc de retour et le moins que l'on puisse dire, c'est que le début surprend. Où sont ses balafres ? Est-ce une nouvelle poupée ? Quel est le rapport avec cette famille dans laquelle il a été envoyé ? Toutes ces questions, vous vous en doutez, trouveront une réponse dans le film, mais comme je m'en voudrais de vous spoiler, je ne vais pas trop m'attardez sur le scénario.
Sachez seulement qu'il est de qualité malgré quelques lacunes plus ou moins gênantes, et qu'il fait le lien avec les autres opus de la saga. L'histoire fait la boucle avec le premier épisode et c'est presque dommage que la fin laisse la porte ouverte à d'éventuels opus supplémentaires car la saga aurait très bien pu se conclure sur cette Malédiction de Chucky.

On notera également que Brad Dourif fait toujours partie de la fête et qu'il donne cette fois la réplique à sa fille Fiona. Tout un programme.


Fiona Dourif n'a pas encore vu son père assis derrière...

A la mise en scène, Don Mancini livre une réalisation d'un bon niveau avec des placements de caméra et des angles de vue recherchés (ah, cet excellent plan rotatif au-dessus de la table...), tout comme le scénario qu'il a lui-même rédigé et qui fait le lien, comme je l'ai déjà dit, avec les autres opus de la saga.
On pourra tout de même lui reprocher une écriture poussive par moments (dans la description des relations entre soeurs, notamment) et une tendance à faire durer inutilement certaines séquences.
Par contre, la rupture de ton est saisissante par rapport au délirant Fils de Chucky. Mancini donne l'impression de vouloir en revenir aux fondamentaux et fait le maximum pour que son film se rapproche le plus possible de l'ambiance du premier volet, à savoir Jeu d'enfants. Les meurtres se font rares, tout comme les apparitions de Chucky sous sa forme "tueuse", dirons-nous. Il ne doit avoir qu'une dizaine de répliques en tout et pour tout, ce qui ne l'empêche pas de se montrer toujours aussi caustique, cynique, méchant, vulgaire, imaginatif et sadique.


Sadique ? Si peu...


Personnellement, son temps de présence assez réduit ne m'a pas dérangé, mais il clair que les spectateurs qui s'attendent à un festival d'humour noir et de sang comparable à celui de la Fiancée de Chucky seront déçus. Vous voilà prévenus. Ce Chucky cuvée 2013 est réellement comparable à Freddy sort de la nuit qui avait, lui aussi, rebuté nombre de spectateurs à cause de sa rupture de ton trop importante par rapport au reste de la saga.


Dans ta face !

Soyons honnêtes, La Malédiction de Chucky n'est pas un chef d'oeuvre ni un grand film d'horreur. A mi-chemin entre la suite et le reboot, il n'en demeure pas moins tout à fait sympathique. C'est un film moins fun que ses prédécesseurs, contenant quelques longueurs, mais à l'atmosphère travaillée et à la réalisation soignée, le tout agrémenté d'effets spéciaux numériques qui se marient parfaitement à l'animatronique old school.

Et puis, Chucky quoi !

P.S.: Ne manquez surtout pas la scène post-générique !
 

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

L'attaque du requin à cinq têtes
Aussi improbable que cela puisse paraître, L’attaque du requin à deux têtes , production méphitique s’il en est, semble avoir lancé une franchise inutile et idiote. À l’instar de Sharknado , cette coproduction SyFy/Asylum massacre le survival animalier dans les grandes largeurs. La bêtise du concept associé à des moyens (budgétaires et mentaux) restreints suffit à fournir des...
La Tour du Diable
Une équipe d'historiens entreprend une expédition sur une île réputée maudite, suite à la découverte d'une épée antique qui pourrait cacher le tombeau d'une civilisation oubliée de tous. Mais l'île de Snape Island vient d'être le théâtre d'un terrible massacre. Le début des années 70 marque un tournant important dans le cinéma d'épouvante, avec l'apparition du gore aux Etats-Unis et du...
Douce nuit - sanglante nuit 4: l'initiation
Grâce à la magie du cinéma et son incommensurable absurdité dans certains cas, une franchise qui voit se succéder des films infâmes ne s’arrête pas en si mauvais chemin. Hormis le premier opus, Douce nuit sanglante nuit brille par sa nullité intrinsèque. Surenchère incohérente d’histoires plus maigres qu’un sucre d’orge, guirlandes d’interprètes à la ramasse, décorations de pacotilles et...
Waterworld
Dans un futur lointain, la Terre est recouverte d'eau de part et d'autre du globe. Chacun tente de survivre à sa manière tandis qu'un groupe de rebelles poursuit une jeune fille dont le tatouage indiquerait une île, véritable Eldorado. En 1995, doté d'un budget monumental, Waterworld se présente comme le Blockbuster de la décennie. Figure du moment à Hollywood, Kevin Costner était...
The River
À nouveau associé à une série télévisée, le nom de Steven Spielberg en tant que producteur a du mal à faire rêver. En 2011, la déconvenue de Terra Nova aurait pu refroidir ses ardeurs sur le petit écran. Mais l'illustre cinéaste ne se démonte pas face à l'échec. C'est ainsi qu'il récidive avec The river . Un projet ambitieux qui mêle aventures et horreur. À la base du concept ?...