Voir la fiche complète du film : Magic Magic (Sebastián Silva - 2013)

Magic Magic

Un film où les genres se succèdent cahin-caha dans une histoire confuse et inutile. Outre l’approche pédante du réalisateur, le scénario est vierge d’intérêt et d’une utilité douteuse. Ennuyeux au possible.
Publié le 21 Mars 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Magic Magic
2
Il est parfois des films avec lesquels on ne sait pas trop à quoi s’attendre. Un cinéaste peu connu, une histoire qui ne paie pas de mine et pourtant, l’on souhaite découvrir ce genre de métrage en espérant y déceler une petite perle rare boudée par le grand public, à tout le moins passer une bonne soirée en compagnie d’une surprise agréable. Magic magic semblait rentrer dans ces considérations. Sans doute était-ce dû au titre, à l’affiche, au casting ou sa présence à la quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2013 et faisant partie de la sélection officielle à Sundance 2013, le film de Sebastian Silva se targuait d’une modeste et néanmoins intrigante réputation.


Il va pleuvoir, les oiseaux volent bas.

D’ailleurs, les influences de ce dernier sont claires : Roman Polanski et L’exorciste avec un brin d’humour (!). Rien que ça ! On peut très bien avoir des modèles ou des références pour construire son propre projet, mais se focaliser entièrement sur ceux-ci en espérant faire aussi bien, voire mieux, c’est la catastrophe assurée. On sent dès les premières minutes que l’histoire aura du mal à se poser. Panorama du cadre trop inconstant, première approche avec les protagonistes confuses et peu avenantes (une danse langoureuse de Michael Cera, brrr !) et des passages qui oscillent en permanence entre les langues. Un premier constat brouillon qui se confirmera par la suite, mais ce n’est là que le point de départ vers un long, très long moment d’un film qui ne raconte strictement rien.

Le premier quart d’heure prend les apparats d’un road-movie déroutant (sans faire de mauvais jeu de mots). Une bande d’amis en vacances, une petite nouvelle et un environnement naturel préservé. À cet instant, l’on songe à un énième survival ou slasher made in Chili. Pourquoi pas ? Les productions chiliennes sont plutôt rares et se comptent sur les doigts d’une main lorsqu’il s’agit de franchir nos frontières. Seulement, Magic magic s’essaiera à tous les genres sans jamais se poser. Tour à tour thriller paranoïaque, épouvante, horreur, sans oublier un soupçon de fantastique, on passe du coq à l’âne sans jamais trouver le ton adéquat ou le liant qui fera du film un objet incongru et singulier.


Zéro, vous me recevez ? On se fait ch...

Bien entendu, les genres précités sont établis dans les intentions. Dans la réalité, on ne frissonnera à aucun moment. Pas d’angoisse, de sentiments de pesanteur ou de dégoûts à l’horizon. Le seul élément qui se dégage de ces 96 interminables minutes est l’ennui. Multiplications de séquences inutiles avec des dialogues tout aussi miséreux, narration contemplative des plus irritantes, le cinéaste ne parvient jamais à instaurer un semblant d’atmosphère au sein de son intrigue. Un scénario plat et prévisible qui n’est même pas maîtrisé. Clairement inspirer (plagier ?) d’une histoire vraie, on a droit à tout et n’importe quoi, comme la tentative de viol par un chien, un piètre harcèlement moral ou, point d’orgue de la violence, l’exécution pure et simple d’un pauvre petit perroquet !

Quand bien même l’on souhaite une approche réaliste et posée, bifurquer dans les quinze dernières minutes vers une vague crise de possession et d’exorcisme sur fond de chamanisme achève de décrédibiliser l’ensemble. De plus, cette conclusion alambiquée qui renie ce qui a été amorcé précédemment, se permet de s’interrompre brutalement en se moquant ouvertement du courageux spectateur qui serait parvenu jusqu’au bout de ce calvaire. À l’image du film, le dénouement se montre bâclé et d’une facilité déconcertante, comme si l’on se débarrassait d’un objet encombrant ou qu’il n’y avait plus assez de bobines pour terminer le métrage.


A la une, à la deux... On attend encore !

On n’est pas mieux servi avec le casting que l’on a connu en bien meilleure forme (et main). Outre le fait que les personnages n’évoluent pas d’un iota, hormis la folie d’Alicia, on les croirait tout droit sorti d’un mauvais slasher. Entre l’homo refoulé des plus agaçants, le beau gosse bête comme ses pieds, la fidèle cousine au secret éventé dès son arrivée sur l’île ou l’amie aussi séduisante qu’inutile. Une approche convenue au possible avec des acteurs peut-être impliqués, mais d’une pénible complaisance à l’écran en surjouant ou en faisant le moins possible. Lorsque l’on sait que l’équipe du film a séjourné ensemble pendant l’intégralité du tournage et que le réalisateur parle d’une relation quasi incestueuse en insistant plus que de raison sur l’excitation qui régnait dans l’air, on tient là la véritable épouvante…

Il est vrai que tout n’est pas à jeter. On citera très rapidement une mise en scène pas trop catastrophique, mais surtout une photographie assez séduisante. Toutefois, cette dernière se montre bien anecdotique lorsqu’il s’agit de mettre en valeur un cadre unique mal exploité. L’île est un bon choix pour traduire l’isolement et le déclin du personnage principal, mais se cantonner à de vagues plans sur le rivage, les alentours de la demeure ou l’intérieure de celle-ci ne fait montre d’aucune audace. Encore une fois, cela reste plat et sans relief. L’atmosphère paranoïaque et angoissante ne prendra jamais. On aurait pu situer l’action dans un garage de Santiago, le résultat aurait été le même.


On doit se sentir seule dans un métrage aussi pénible.

Magic magic, c’est un peu tout et rien. Sur le papier, on a l’impression de découvrir l’héritier légitime de Polanski avec de merveilleuses intentions et un fantastique melting-pot des genres. Mais sur l’écran, le constat est tout autre. Contrairement au titre qui aurait pu laisser présager une note fantasmagorique, on nous inflige un récit brouillon, prévisible et surtout d’un ennui ravageur. Il ne se passe strictement rien. L’ambiance ne pèse ni sur les protagonistes ni sur les spectateurs. Entre la passivité de certains et une approche prétentieuse de ces thématiques (la folie, l’isolement, le barrage des langues…), on a droit à un film complaisant qui ne parvient jamais à trouver un point d’attache auquel se raccrocher. Long et pénible.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Urban cannibals - The Ghouls
Pour tourner un film, il faut quatre choses très précises : l'envie (l'envie de faire quelque chose de bien, de fort et de narrer une histoire prenante et originale), le talent (Certains réalisateurs se font remarquer dès le premier court-métrage comme Neill Blomkamp), des acteurs (difficile d'être crédible si l'on fait jouer ses potes ou sans un rôle principal charismatique) et enfin, de l'...
Primeval
De nos jours, au Burundi, dans un pays ravagé par la guerre civile, une petite équipe de journalistes américains monte une expédition pour capturer le célèbre Gustave, crocodile de près de neuf mètres de long, responsable de la mort de nombreux habitants. Adapté d'une histoire vraie, Primeval se présente comme un film de terreur animalier. Toutefois, il ne déroge pas aux codes du film d'aventures...
Sutures
Pour la petite histoire, sachez que je travaille au Ministère de la Santé Publique belge et qu'une partie de mon boulot consiste à donner un coup de main aux personnes s'occupant de la campagne Beldonor , à savoir la campagne nationale en faveur du don d'organes. Quel rapport avec Sutures me direz-vous ? J'y viens, bougres d'impatients. Apprenez donc que le sous-titre qui s...
Intracable
Rattachée à une section spéciale pistant les dérives du net, l'agent Jennifer Marsh (Diane Lane) met la main sur un site filmant la mort d'un chaton. Ce site internet, Kill With Me , propose ensuite la mise à mort d'un être humain. Plus les connexions sur le site sont nombreuses, et plus vite meurt la victime. Les thèmes du snuff et du cybercrime sont à la mode depuis quelques années...
Amityville 2 : Le possédé
Le premier film de la saga Amityville se penchait sur la période d’habitation de la famille Lutz. Arnaque opportuniste ou cas avéré de maison hantée, l’intrigue se développait sur l’influence latente de l’assassinat de la famille DeFeo. Ce dernier point étant un argument de poids pour soutenir l’aura glauque des lieux. À peine évoqué en début de métrage, ce fait...