Voir la fiche complète du film : Nine Dead (Chris Shadley - 2010)

Nine Dead

Un bon petit thriller à voir une fois...
Publié le 24 Juin 2010 par GeoffreyVoir la fiche de Nine Dead
6

Une visuel illuminé par le blanc, une salle de bain, une toilette, une personne enchaînée et au milieu de la pièce, un revolver posé à coté d'un cadavre baignant dans son sang. Si la jaquette de Nine Dead vous rappelle quelque chose c'est normal, tellement la tentative de filiation avec le premier Saw semble évidente. Pourtant, le film de Chris Shadley ne joue pas du tout dans la même catégorie que celui de James Wan.

C'est vrai que de prime abord on pourrait penser que Nine Dead n'est qu'un énième film de torture de plus et en apparence, les points communs avec la saga Saw sont nombreux (des personnes sont enlevées sans raison précise par un maniaque moralisateur) mais en réalité il en va tout autrement. En effet le traitement de l'histoire est radicalement différent car là où Saw gratifiait le spectateur de quelques séquences dites de "torture porn" (un terme qui ne fera son apparition qu'avec la sortie d'Hostel), Nine Dead propose une approche plus psychologique et complexe. Point de geyser de sang ou de pièges machiavéliques, le tueur n'utilise ici qu'une simple arme à feu pour ôter la vie de ses victimes. Les amateurs de boucherie visuelle peuvent passer leur chemin.


Pourquoi êtes-vous ici?

Neuf personnes qui ne se connaissent pas ont été enlevées par un homme armé et masqué. Toutes les dix minutes, l'un d’entre eux mourra s’ils ne découvrent pas leur point commun ainsi que la raison de leur présence dans cet endroit morbide. Trouveront-ils les connexions qui les relient entre eux avant que le temps ne s’écoule ? Qui des neuf survivra ?


Maman bobo!

Le concept de base de Nine Dead est franchement alléchant, vous en conviendrez. Malheureusement il pose aussi des limites très strictes en terme d'action et de lieu puisqu'à l'exception de quelques flash-backs explicatifs et de la scène d'introduction, l'entièreté du film se passe dans la cave où sont enfermés les "héros". Réussir ce type de huis-clos et tenir le spectateur en haleine jusqu'à la conclusion est difficile dans ces conditions mais Chris Shadley s'en sort avec les honneurs malgré quelques chutes de rythme assez importantes.
Sa réalisation est fonctionnelle, sans génie particulier, mais a le bon gout de ne pas verser dans la surenchère inutile d'effets de style à deux balles. Les cadrages sont corrects, tout comme le montage qui n'abuse pas des cut. Sobre et efficace en somme.
Par contre, la photographie n'est pas exempte de tout reproche, ce qui fait que l'on se retrouve parfois avec des séquences au look télévisuel, lesquelles tranchent avec le reste du métrage. C'est notamment le cas pour plusieurs scènes de l'introduction (qui montre l'enlèvement des différentes victimes), ainsi que pour l'un ou l'autre flash-back.
Toutefois dans l'ensemble, l'aspect graphique de Nine Dead est agréable si l'on excepte le masque du tueur, plus proche de Fantômas que d'un dangereux serial-killer.


Melissa Joan Hart en mode vénère...

Les personnages sont également assez réussis. Stéréotypés mais pas à l'excès (bien que le pédophile soit un peu trop maniéré à mon goût), ils sont portés par des acteurs pas toujours crédibles (le black sonne étonnamment faux) mais qui se donnent à fond. Évidemment, il n'y a aucun futur oscarisable parmi eux mais dans ce type de production, une interprétation d'un bon niveau n'est jamais négligeable. On sortira du lot le mafieux, classe et amusant à regarder même si peu réaliste, le pédophile, immonde dans ses attitudes et ses paroles, ainsi que l'avocate perfide incarnée par Melissa Joan Hart.

On reprochera par contre aux personnages leurs réactions parfois stupides. Face à la mort, ils préfèrent partir dans de grandes tirades larmoyantes et s'insulter plutôt que de chercher le lien qui les ferait sortir de là. Leur propension à garder pour eux des informations cruciales est également énervante mais cela participe sans doute à la crédibilité des personnages ("Tout le monde ment" comme dirait un célèbre docteur handicapé).


Des protagonistes de tous horizons...

Bref, tout se serait bien passé si le scénario avait été un poil plus dynamique et maitrisé. Comprenons-nous bien: celui-ci n'est pas mauvais malgré ses lacunes, c'est juste qu'il manque cruellement de suspense. L'histoire est intéressante et la mise en place des éléments l'est encore plus mais le système "toutes les dix minutes quelqu'un meurt", alléchant sur le papier, donne à l'écran des séquences répétitives. D'autant plus que les mises à mort sont bien trop banales pour surprendre ou susciter l'effroi (rappelez-vous que j'ai précisé plus haut que le tueur ne se servait qu'un simple pistolet). De fait, l'intérêt du film va en décroissant et il n'y a plus que l'envie de découvrir enfin la résolution de l'énigme qui incite le spectateur à rester devant sa télévision. Heureusement que l’intrigue concoctée par Patrick Wehe Mahoney, dont Nine Dead est le premier scénario, est d’une part bien ficelée, mais aussi bien amenée via les différentes interventions des protagonistes.

Nine Dead est donc un bon petit thriller psychologique à voir une fois. Je dis une fois car il n'est pas certain que le film survive à une seconde vision, tant son intérêt repose sur la surprise et la découverte des événements qui ont amenés les victimes à se trouver là.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

The Thompsons
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Recherchés par la police suite à une sanglante altercation avec des voleurs dans une station service, les cinq membres de la famille Hamilton quittent le territoire américain. Suite à des recherches méticuleuses, ils entendent parler d'une famille de vampires habitant près de Londres et y envoient Francis en éclaireur. Révélation du...
Cold Ground
Officier dans le domaine du found-footage est une entreprise cinématographique hautement risquée. Malgré cette propension à triturer la frontière entre la réalité et la fiction, sans oublier un potentiel d’immersion évident, le genre connaît une baisse d’intérêt notable. Cela vaut surtout pour la prolifération de productions opportunistes qui, non satisfaites de décrédibiliser ce...
Massacre au Camp d'Eté 2
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Cinq ans après une sanglante vague de crimes commise non loin de là, un camp de vacances est victime de mystérieuses disparitions en chaîne. Moins connue que son homologue Jason Voorhees, Angela est pourtant au centre de la saga des Sleepaway Camp , initiée en 1983 et toujours d'actualité (un sixième volet est prévu pour 2011). Oeuvrant à...
Gilgamesh
« La fin du monde marque le début d'une nouvelle humanité », tel est le postulat de départ de Gilgamesh . Si ce thème cher à la science-fiction ne cesse d'alimenter le cinéma en nanar ou, plus rarement, en curiosité à découvrir ( Southland Tales ), l'animation japonaise aime également exploiter le filon de différentes manières. Sortie la même année, Texhnolyze offrait un monde post-apocalyptique...
Blood on the Highway
Faisant route vers un concert réputé trash, trois jeunes gens, Carrie, Bone et Sam, se perdent et échouent à Fate, un patelin à première vue sans histoires, mais infesté de vampires. Depuis l'épatant Shaun of the Dead (2003), les parodies de films d'horreur retrouvent un second souffle. Ici, le duo de cinéastes Epstein-Rowan s'attaque donc au mythe vampirique. Revenu à la lumière par le biais de...