Voir la fiche complète du film : World invasion : Battle Los Angeles (Jonathan Liebesman - 2011)

World invasion : Battle Los Angeles

Grossier, maladroit et surtout lamentable à contempler tant la campagne de recrutement fait peine à voir. Étalage nauséabond d'un patriotisme exacerbé, <b>World invasion - Battle Los Angeles</b> est une sombre fumisterie. Ne vous laissez pas berné par de belles images ou des effets spéciaux clinquants, l'histoire n'est qu'une propagande bas de gamme offerte par l'armée américaine : de la violence et pas un sou de jugeote.
Publié le 30 Octobre 2011 par Dante_1984Voir la fiche de World invasion : Battle Los Angeles
4
Extra-Terrestre
Sur la côte ouest des États-Unis, des extraterrestres préparent l'invasion de notre planète. La bataille fait rage dans les deux camps, même si le rapport de force est disproportionné. Dans la tourmente, une équipe de commandos ultra-entraînés est envoyée dans les rues de Los Angeles pour faire le ménage.

Jonathan Liebesman possède une filmographie assez restreinte, mais intéressante. La suite du remake de Massacre à la tronçonneuse ou plus récemment le surprenant huis clos Killing room. Au vu de ce qui avait été amorcé par la campagne de promotion, notamment les différentes bandes-annonces, il s'était installé une petite attente pour ce nouveau projet. Une invasion extraterrestre qui n'a rien de très original, mais que l'on sentait proche des protagonistes. Une démarche novatrice de la terrible menace qui nous arrive du ciel. Seulement, c'était avant de voir l'intégralité du film et, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on tombe de haut.


Nous ne sommes pas en Irak, mais bien aux Etats-Unis.

« Le monde est en guerre » telles sont les premières paroles sur lesquelles World invasion - Battle Los Angeles débute. Plus qu'un avertissement, c'est un constat dépeint avec amertume. Une ville en proie au chaos où s'affrontent les flammes, les explosions et autres dangers de la vie quotidienne. Le bruit du rotor assourdissant, les cris, les déflagrations, pas de doutes, nous sommes en guerre. La mise en scène s'attache particulièrement à retracer cette invasion de la manière la plus réaliste qui soit. Depuis District 9 et Monsters, on a l'impression que ce procédé est en passe de devenir une constante à Hollywood.


Le marine américain dans toute sa splendeur.

Certes, l'ambiance est au rendez-vous. L'immersion est et demeure sans conteste le point fort du film. Les angles de caméras sont ajustés de telles sortes à accompagner les commandos dans leur mission. Investissement d'un bâtiment, embuscade dans une ruelle ou planque sur un toit, les situations se suivent et ne se ressemblent pas. À cela, on peut saluer la variété de l'action compte tenu d'un environnement urbain assez restreint tant il est réduit à l'état de ruines. Une proximité qui confère à l'ensemble une certaine intimité. On a l'impression d'être un témoin à part entière des événements qui se déroulent sous nos yeux.


Si ce n'est pas malheureux de devoir encourager sa progéniture à prendre les armes.

Malheureusement, les artifices de façade ne parviennent nullement à dissimuler les nombreux défauts du film et du scénario. Ne nous y trompons pas, en dépit de son réalisme et son atmosphère, World invasion n'a qu'un seul et unique but : celui de promouvoir l'armée américaine. Engagez-vous qu'il disait ! Au lieu de se concentrer sur l'histoire ou les conséquences de l'invasion sur notre société, Jonathan Liebesman se complaît dans un patriotisme puéril qu'il ne prend même pas la peine de camoufler ou, du moins, l'atténuer. Les États-Unis sont les plus forts ! Les États-Unis n'ont peur de rien ! Les États-Unis sauveront le monde ! Eh oui, sans eux nous sommes cuits.


Ennemi en vue !

Malgré la légèreté du ton emprunté, l'ensemble est très sérieux dans ses propos. Le message aurait pu être amusant avec une approche parodique ou une bonne dose d’auto-dérision (comme l'avait si bien fait Starship troopers), mais, il est univoque tout au long du récit. Non seulement, cela irrite au plus haut point, mais il monte crescendo dans la promotion de l'armée et, en particulier, des marines. Cela va du jeune garçon qui salue le soldat (au passage le père l'encourage à devenir un marine), à l'héroïsme suicidaire pathétique en passant par l'incontournable esprit d'équipe qui régit tellement bien ce corps de métiers.


Les qualités esthétiques sont indéniables et également le seul intérêt du film.

Mais cela n'aurait pas été suffisant sans apporter des personnages hauts en couleur. Une brochette de vieux baroudeurs ou de novices au grand coeur qui n'ont qu'un seul but dans leur existence : botter le cul aux aliens. À message grossier, langage grossier. Un commando caricaturé et caricatural comme cela devrait être interdit. Ils ont tous leurs motivations, mais ne souhaitent que préserver la nation (on verra pour le reste du monde plus tard) au péril de leur vie. Des héros sans peur et sans reproche au physique impeccable (la guerre n'a jamais décoiffé personne, surtout lorsqu'on a les cheveux courts !) au service de leur patrie. C'est tellement touchant que l'on en verserait presque une larme.


Conciliabule chez les aliens ?

De fait, il découle de ces propos des plus douteux une glorification de la guerre. L'approche de départ sur le réalisme du conflit et sa brutalité est vite oubliée au profit d'une banalisation des affrontements. La violence est dépeinte comme « distrayante » par le biais d'un traitement très propre. Il n'y a aucune image choquante, pas la moindre goutte de sang pour venir ternir la réputation cinq étoiles des soldats américains. On pourrait presque croire que l'on se tient devant un spot publicitaire version longue pour donner envie de s'engager. C'est bien connu, une guerre peut relancer l'économie, mais pour cela il faut trouver des pigeons prêts à se faire tirer dessus.


Los Angeles, méconnaissable.

Une grande déception. Jonathan Liebesman avait toutes les cartes en main pour réaliser un film intéressant. Au lieu de cela, le plaisir initial est gâché par un message des plus superficiels. On voit simplement l'abnégation des soldats et leur propension à se ruer dans la gueule du loup sans comprendre ce qui les pousse à prendre autant de décisions folles et insensées. Paradoxalement à cette mise en scène réaliste (proche des conflits actuels au Moyen-Orient), les situations sombrent dans l'incohérence et la facilité. En somme, une succession de séquences à la fois simplistes et décousues. Et n'oubliez pas la devise des marines : « Toujours fidèle. Reculez ? Jamais ! »
A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

2001 Maniacs
Un groupe de jeunes partis en vacances se retrouvent à Pleasant Valley, une bourgade perdue du sud des États-Unis qui les accueille à bras levés. Mais cette bonne humeur apparente cache un appétit insatiable pour… la chair humaine. Considéré à tort ou à raison comme un film culte, 2000 maniacs avait au moins le mérite d'être le précurseur du cinéma gore. Aussi, le remake voit le jour...
The Walking Dead
Adaptation du célèbre comic éponyme, The walking dead nous décrit une invasion de morts-vivants à travers la planète. Rick, adjoint au shérif, se réveille dans sa chambre d'hôpital est constate l'ampleur du cataclysme qui a définitivement mis fin au monde qu'il a connu. Frank Darabont est un réalisateur avant tout passionné et passionnant de par son travail et une filmographie...
L&#039;Etrange pouvoir de Norman
Norman, un garçon capable de parler aux morts, est contraint de sauver sa ville d'une malédiction séculaire qui a ressuscité des zombies. Premier long-métrage pour Chris Butler (Sam Fell ayant déjà réalisé Souris city) dont il signe également le scénario, L'étrange pouvoir de Norman s'offre les services de la société de production Laïka (Coraline). Un studio pas vraiment connut, mais...
Milo sur Mars
Adapté d'un livre pour enfants de Berkeley Breathed , ce nouveau film du réalisateur de la sous-estimée Machine à explorer le temps version 2002 se présentait sous les meilleurs auspices: une histoire intéressante, un budget de 150.000.000$ pour la porter à l'écran, un réalisateur habitué à l'animation, le talent du studio de Robert Zemeckis ImageMovers Digital , et des acteurs sympathiques...
Piranha 3D
Attention : Cette critique contient de légers spoilers. La ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le fameux "Spring Break" et les autorités, menées par la shérif Julie (interpretée par Elisabeth Shue), ne s'attendent qu'à surveiller les débordements arrosés de cette soudaine population juvénile. Mais lorsque les shérifs découvrent un...