Voir la fiche complète du film : Opération destruction (Christian Sesma - 2016)

Opération destruction

Un film catastrophe pénible et laborieux qui privilégie l’humour déplorable de protagonistes sans intérêt au divertissement basique auquel il aurait pu prétendre. Plus qu’un film fauché, une véritable gageure cinématographique, même pour les amateurs rompus à l’exercice.
Publié le 28 Octobre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Opération destruction
2

Tout comme le survival animalier est inépuisable en idées absurdes pour mettre en exergue les requins, le film catastrophe est intarissable pour exploiter à outrance l’apocalypse. Après les astéroïdes, le réchauffement climatique et la folie autour du 21 décembre 2012, les trublions du genre détournent les codes au profit d’une approche délirante du mythe de la boîte de Pandore. D’emblée, on devine que cette vision saugrenue et fauchée sera une pénible occurrence cinématographique. S’il ne s’agit nullement d’une production Asylum ou SyFy, Doomsday Device dégage le parfum méphitique d’une bobine bon marché à l’opportunisme clairement affiché.

L'apocalypse sera psychédélique ou elle ne sera pas

Parce que les légendes ont toujours un fond de vérité, le scénariste et réalisateur a jugé bon de trouver un récit à dormir debout pour attester de sa vaine initiative. On plonge dans le Japon féodal où l’histoire de l’illustre Oda Nobunaga est détournée de la plus insidieuse des manières. Non satisfait de massacrer une telle figure historique, l’intrigue enchaîne sur un contexte contemporain qui se rapproche de l’urban fantasy au rabais. Les aspects fantasmagoriques étayent alors une mythologie bancale autour d’une présence immortelle acoquinée avec des mafieux, sans oublier un milliardaire mégalomaniaque en mal de pouvoir et de reconnaissance.

Très vite, la relique sacrée est considérée comme la boîte à surprises où les catastrophes naturelles mitraillent à tout-va les villes ciblées. D’incohérences en stupidités mal placées, on assiste à une déferlante d’effets spéciaux aussi ridicules qu’improbables. La destruction des immeubles, les éclairs tombés du ciel ou les formidables fonds verts, annonciateurs d’une confrontation «mémorable», sont autant d’éléments qui enfoncent le film dans les affres de la nullité de bas étage. Si l’ensemble est réalisé par-dessus la jambe, l’enrobage spectaculaire initial déplore un manque de moyens flagrant et encore plus d’ambitions. Quant à parler d’imagination ou d’une quelconque originalité...

Le selfie de la fin du monde !

Si l’intrigue multiplie les péripéties sans vraiment s’intéresser à la cohérence ou à la fluidité de la progression, il n’en demeure pas moins que l’on s’ennuie ferme. Est-ce dû à l’interprétation d’un casting perdu dans leurs considérations personnelles? À moins qu’il ne s’agisse de cet humour à l’emporte-pièce qui suinte de chaque réplique? À ce titre, l’atmosphère comique qui émane des séquences, comme des dialogues, est en total contraste avec un sujet foncièrement sombre, à tout le moins pessimiste. Ici, c’est dans une ambiance bon enfant que s’évertuent des enquêteurs incompétents et une partenaire inattendue.

Soit dit en passant, il serait judicieux d’expliquer au cinéaste qu’un ronin est un samouraï sans maître. Spécificité que la personne concernée ne possède pas. Enfin, au point où le niveau de débâcle est tel, on ne peut exiger un soin sur les détails alors que les principaux éléments de l’histoire sont déjà à la rue. Fusillades et règlements de compte se déroulent sans que quiconque soit touché, tandis que les investigations de base sont d’une rare bêtise. On use de subterfuges et de prétextes douteux pour faire avancer un récit inintéressant au possible. Quant au parallèle avec la boîte de Pandore, on n’en restera qu’au stade des allusions en sollicitant la culture du spectateur.

Boîte de Pandore Vs Force verte

Au final, Doomsday Device tient plus du navet que du film catastrophe. La comparaison n’est pas antinomique, mais elle se révèle particulièrement opportune pour dépeindre la qualité générale d’une telle production. Au-delà du simple ennui et de la connerie omnipotente que l’histoire génère, on s’inflige des trucages en carton du plus mauvais effet. Le tout servi par une brochette d’acteurs fatigués dont le sens de l’humour est aussi pénible qu’embarrassant. Eu égard à Corin Nemec, on est bien loin des facéties de Parker Lewis. De tout temps, la fin du monde a fasciné et effrayé. Vraisemblablement, Doomsday Device en profite sans vergogne, privilégiant le mauvais goût au bon sens. L’intérêt étant englouti par un trou noir de médiocrité.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Amityville : La maison du diable
Aux yeux d’un public non averti, comme des amateurs de phénomènes paranormaux, Amityville est l’un des plus célèbres cas de maisons hantées au monde. Partant d’un fait divers sordide, puis de l’emménagement de la famille Lutz, la « maison du diable » a défrayé la chronique et continue de partager les partisans de l’arnaque et ceux de la hantise avérée. D...
Time out
Adulé pour Bienvenue à Gattaca (son premier long-métrage), Andrew Niccol est un réalisateur peu prolifique (seulement quatre films en quatorze ans de carrière), mais dont la filmographie est d'une qualité certaine, pour ne pas dire rare. Après un magistral Lord of war en 2005, sans doute le meilleur rôle de Nicolas Cage soit dit en passant, le réalisateur revient à la science-fiction avec...
Club Dread
Pour tous les fans de films d'horreur, le slasher est un genre bien particulier. Il s'agit de mettre en avant un tueur psychopathe, de préférence masqué, et qui tue avec une violence inouïe et avec une arme plus ou moins originale. Ainsi, on connait la saga Halloween ou Vendredi 13 , ou bien plus récemment la saga Scream . Parfois, l'horreur est tellement poussée loin que cela vire au grand...
The forbidden door
Avant que le très lénifiant Modus anomali parvienne à se frayer un chemin jusque dans nos salles obscures, Joko Anwar avait réalisé Pintu terlarang , thriller horrifique passé complètement à la trappe, faute de distributeurs internationaux. Tout comme la Malaisie, l’Indonésie est connue pour l’émergence de son cinéma de genre qui apporte une touche de fraîcheur en regard des productions...
Death valley
Si l’on excepte l’incontournable Walking dead et les animes japonais, le zombie et la série TV sont un mélange plutôt rare. Cette créature en décomposition est davantage à l’aise sur grand écran. Pourtant, l’on a eu droit à Dead set , mini-série savoureuse tournant en dérision la télé-réalité de fort belle manière. Plus récemment, le projet avorté de Zombieland et son...