Voir la fiche complète du film : Paranormal Activity 2 (Tod Williams - 2010)

Paranormal Activity 2

Une famille recomposée, qui vient d'avoir un fils, décide de filmer régulièrement les premiers pas de l'enfant. Paranormal Activity 2 pourra offrir une soirée cinéma plutôt agréable, à condition de ne pas être trop regardant sur le scénario.
Publié le 24 Novembre 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de Paranormal Activity 2
5
Fantôme

** Attention, cette critique contient des spoilers.**

Une famille recomposée, qui vient d'avoir un fils, décide de filmer régulièrement les premiers pas de l'enfant. Un jour, la maison est cambriolée, et le couple se décide à installer des caméras de surveillance. Dès lors, d'étranges phénomènes se manifestent la nuit.

En 2007, précédé de bandes annonces tapageuses, Paranormal Activity débarquait dans nos salles obscures avec une réputation surfaite. Mais succès oblige, une suite se devait de voir le jour.

Donner une suite à un film à petit budget n'est jamais une sinécure. Deux solutions s'offraient alors aux producteurs : changer radicalement la donne (le cas pour le second Blair Witch) ou poursuivre dans la même voie. C'est cette seconde solution qui est ici choisie.

 

Ainsi, on retrouve les principaux éléments du premier métrage (caméras fixes dans chaque pièce, montée crescendo des phénomènes inexpliqués, images de camescopes). La surprise initiale n'étant plus de mise, il faut bien avouer que l'on s'ennuie ferme durant la première partie du film.
On retrouve néanmoins avec surprise le couple du premier volet, la femme s'avèrant être la soeur de l'héroïne du second opus, qui se présente donc comme une préquelle. Seul cet élément parvient à réhausser notre intérêt pour cette suite jusqu'ici sans réelle innovation.

Plus bavard que son prédécesseur, un peu plus lent également, Paranormal Activity 2 présente surtout un très gros défaut : il ne fait pas peur !
Là où le premier opus dégageait quelques montées d'adrénaline marquantes, cet épisode ne nous fera que sursauter par l'intermédiaire d'effets aussi rares que sommaires (les scènes de la cuisine et de la cave notamment). De plus, il est certain que ce qui faisait recette avec le premier film ne surprend plus aujourd'hui.

De sorte que même si cette saga évite un changement de style radical qui avait complètement plombé le deuxième Blair Witch, son absence de prise de risque ne fait que renforcer la sensation de "déjà vu" que l'on aura en sortant de la salle de cinéma.

Alors que l'on semblait s'acheminer vers une énième suite inutile, hormis sur le plan commercial, Paranormal Activity 2 se termine sur un point positif en associant les deux histoires.
En effet, la malédiction pesant sur l'enfant de la famille avait été déviée vers l'héroïne du premier film, Katie. A la fin du premier film (du moins dans sa version cinéma), cette dernière tuait son petit ami et disparaissait mystérieusement. On la retrouve à la fin du second film pour finir le travail exigé par le démon, à savoir récupérer l'enfant.

On peut donc féliciter cette idée assez créative de la part des scénaristes. Toutefois, on peut ensuite reprocher l'aspect bâclé de ce twist final, court et assez peu spectaculaire sur le plan visuel, donnant par contre une certaine légitimité à ce volet, et lui permettant d'éviter de prendre l'eau. De là à justifier l'annonce d'un troisième épisode pour l'année 2011...

 

Sans faire dans la nouveauté, Paranormal Activity 2 confirme la bonne santé de cette saga "low cost", série à petit budget bénéficiant d'un plan merchandising de haute tenue, qui a permis à cette franchise de faire partie des oeuvres les plus rentables de l'histoire du Septième Art.
S'il était sorti directement en DTV sans effets publicitaires, il est fort à parier que le premier volet serait resté une série B anonyme supplémentaire.

Sur le plan artistique, il faudra espérer que cette série se contentera d'être un triptyque, afin de conserver un avis critique assez favorable avec le recul.
Quoiqu'il en soit, Paranormal Activity 2 pourra offrir une soirée cinéma plutôt agréable, à condition de ne pas être trop regardant sur le scénario, l'aspect documentaire apportant toujours un semblant de réalisme relativement efficace. Mais ce qui avait fonctionné avec le numéro un ne l'est plus forcément pour cette suite, à l'instar des Rec.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Les Dossiers Secrets du Vatican
Alors qu'elle fête son anniversaire en compagnie de son père et de son petit-ami, Angela s'entaille le doigt avec un couteau. Emmenée aux urgences, son comportement change subitement. Depuis l'Exorciste , le film de possession a toujours fait recette au cinéma. Il n'est donc jamais rare de découvrir chaque année de nouvelles bobines censées apporter un second souffle à ce sous-genre horrifique...
Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...
L'Homme aux Poings de Fer
Dans un village chinois méconnu, un forgeron voit se manifester les velléités de gangs rivaux pour un convoi d'or qui ne tardera pas à arriver. Les tensions s'exacerbent d'un côté et de l'autre tandis qu'il attend patiemment son heure. Premier long-métrage du rappeur RZA (Wu-Tang clan), L'homme aux poings de fer est un projet qui lui tenait à coeur étant donné qu'il...
In the flesh
Alors que le mastodonte The walking dead monopolise l’attention avec ses légions de morts-vivants, le Royaume-Uni fait fi de ce succès presque indécent pour nous proposer sa vision de l’apocalypse Z. Conscient de ne pouvoir rivaliser avec son concurrent direct, In the flesh ne joue pas dans la surenchère ou sur le même terrain que son homologue américain. Difficile d’innover avec un thème aussi...
Vendredi 13
En 1980, le réalisateur et producteur américain Sean S. Cunningham lançait Vendredi 13 , premier opus d’une saga horrifique qui, à ce jour, compte déjà douze épisodes. Le postulat est toujours le même : des adolescents se font tour à tour massacrer à Crystal Lake, en pleine campagne, par un tueur fou connu sous le nom de Jason, qui cache les traits de son visage derrière un masque de hockey. Il...