Voir la fiche complète du film : Penny Dreadful (J.A. Bayona - 2014)

Penny Dreadful

Cette libre adaptation des plus grands mythes de la littérature de l’époque victorienne se révèle des plus convaincantes tant elle s’attarde à créer un univers cohérent et singulier à tous les niveaux.
Publié le 8 Janvier 2015 par Dante_1984Voir la fiche de Penny Dreadful
8


S’il faut citer des mythes littéraires, alors l’Angleterre victorienne est l’un des viviers les plus prolifiques en la matière. Ses histoires et ses personnages marquent les générations au fer rouge avec leur lot d’adaptation au fil des décennies. Cinéma, romans inédits, séries ou bande dessinée, l’influence de cette époque ne cesse d’inspirer les auteurs et artistes à travers des fresques souvent dépeintes avec talent (quand on ne sombre pas dans le pastiche). Aussi, il n’est guère surprenant de voir une nouvelle série débarquer avec le Londres de 1891 comme toile de fond. Néanmoins, lorsque les plus grandes figures du fantastique se rencontrent sur la même pellicule, les a priori se transforment en promesses…



Le système n’a rien de novateur et a pu être observé sur des longs-métrages tels que Van Helsing. Seulement, le traitement est ici beaucoup plus sombre et homogène, à tel point que la complémentarité entre les différents univers s’effectue sans heurt. Le contexte et le cadre aidant, on s’éloigne sensiblement des histoires originales sans pour autant les dénaturer. Il ne faut donc pas espérer une adaptation fidèle et engoncée dans une trame rigide. Au lieu de cela, on découvre une intrigue aux ramifications multiples qui feront se croiser le docteur Frankenstein, Dorian Gray, le professeur Van Helsing ou des vampires que l’on devine proches d’un certain Dracula ; sans doute la présence de Mina Harker n’y est pas étrangère.

Le titre s’appuie sur une anecdote intéressante et évocatrice de cette pluralité. Le Penny dreadful proposait des histoires à tendance horrifiques décomposées sous forme de feuilletons qu’il fallait suivre à chaque parution. Une sorte des Contes de la crypte avant-gardiste peu connue du grand public. Bien que la ligne directrice soit assez nette (retrouver Mina Harker), les épisodes peuvent être abordés indépendamment sans nuire à la compréhension générale, même si certains détails, ainsi que l’évolution des protagonistes pourront échapper aux spectateurs les moins assidus. Il en ressort un scénario qui se construit avec habileté sur une multitude de mythes (possession, vampires, esprits…). Le tout forme un mélange cohérent et singulier.


Penny dreadful jouit d’un rendu de premier ordre. Tant la réalisation que les effets spéciaux sont convaincants au possible. On ne lésine pas sur la violence quand il s’agit d’en découdre tout en s’efforçant de développer une atmosphère propre à l’époque victorienne. Entre la découverte de l’aristocratie londonienne, des quartiers malfamés, on évolue sur différentes strates de la société avec un contraste toujours flagrant, voire indécent. Étant donné que l’on se trouve dans le domaine du fantastique, la place allouée aux séances de spiritisme et d’exorcisme ou la chasse aux vampires, permettent de varier les plaisirs tout en dynamisant la progression. Quant à la reconstitution, elle démontre un travail des plus soignés.

Un équilibre assez délicat à trouver puisque les protagonistes disposent d’un passif et de caractères conséquents. Outre un épisode rétrospectif pour comprendre les motivations de certains d’entre eux, les relations jouent presque constamment sur les ambivalences que laissent transparaître les différents personnages via un comportement, un geste ou une mimique subtile. On vaque de contradictions en surprises à chaque retournement de situation opportun. Sans doute, le casting talentueux n’y est pas étranger pour leur donner vie grâce à une composition irréprochable.

Au final, Penny dreadful se présente comme une série atypique. Étonnante dans le traitement d’histoires célèbres et intemporelles, il n’en demeure pas moins un univers singulier où chaque parcelle des chefs d’œuvre évoquée trouve sa place aux côtés de ses homologues sans jamais choquer. Grâce à une interprétation sans faille, une caractérisation poussée, un cadre soigné et une ambiance pessimiste à souhait, on tient là une intrigue immersive bien qu’un peu courte. Il en ressort une plongée concluante dans un monde à mi-chemin entre réalités historiques (une reconstitution crédible) et la littérature fantastique du XIXe siècle. Autrement dit, les amateurs friands de cette époque seront comblés.

 

Saison 2 : 8/10

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Wer

Wer

Il est clair que Le Loup-Garou de George Waggner a pris un coup de vieux. Toutefois, ce classique du cinéma de monstres a laissé derrière lui une descendance riche pour les amateurs de cette mythologie toujours aussi intrigante. Pour le plaisir de ces derniers, Wer vient ajouter sa pierre - pas bien lourde cela dit - à l’édifice de la lycanthropie cinématographique. Cette créature mythique...
A Christmas horror story
Quand Noël approche, les rues s’illuminent, les chaumières se remplissent de cadeaux plus ou moins utiles et quelques métrages tendent à raviver l’esprit de Noël par le biais d’histoires niaises et/ou larmoyantes. Enfin presque, puisque le genre horrifique ne déroge pas à la règle et nous offre son lot d’atrocités qui se déroulent pendant les fêtes de fin d’année. Dans cette veine, la dernière...
VHS

VHS

Le film à sketches est un principe assez simple et sympathique. Il propose d'insérer plusieurs petites histoires ou saynètes au sein d'un fil rouge, afin de faire connaître différentes sensations au spectateur. Parmi les plus connus on peut citer Creepshow de George A. Romero et ses deux suites plutôt dispensables. Aujourd'hui, ce genre qui, sans être délaissé, n'a pas su proposer quelque chose d...
L'Emprise du mal
Dans les années 2000, l’Espagne nous avait offert des talents et des films qui font à présent partie des plus belles perles du cinéma de genre. Depuis, ce déferlement d’excellence semble s’être amoindri. La vague se retire et laisse dans son sillage des productions plus ou moins passables, voire carrément dispensables. Qu’il s’agisse de l’horreur, du...
Shark : Le monstre de l'apocalypse
Les années 1970 et 1980 ont vu pléthore d’étrons aquatiques qui ont tenté de surfer sur le succès des Dents de la mer . Une surexploitation qui a contribué à ce que le survival animalier sombre très vite dans les affres de la médiocrité. Le cinéma italien ne déroge pas à la règle avec des films peu marquants, voire à éviter comme Le tueur de monstres , La nuit des requins ou La mort au...