Voir la fiche complète du film : The Strangers (Hong-jin Na - 2016)

The Strangers

Entre le thriller et l’horreur, The Strangers contente tous les publics en quête d’une intrigue complexe où les explications tiennent uniquement à leur appréciation. Un film volontairement sibyllin qui entretient une atmosphère crépusculaire sur fond de folklore coréen. Sublime.
Publié le 16 Juin 2018 par Dante_1984Voir la fiche de The Strangers
9

Comme l’attestent Old Boy, Memories of Murder ou J’ai rencontré le diable, le cinéma coréen est réputé pour ses polars de grande qualité. D’ailleurs, Hong-Jin Na a déjà fourni deux efforts incontournables en la matière avec The Chaser et The Murderer. Après six années d’absence, le réalisateur revient avec ce qui s’annonce comme un thriller du même acabit: The Strangers. Derrière un titre aussi vague qu’énigmatique, ce nouveau métrage ne se contente pas de réitérer les fondamentaux du genre. Il les exploite dans un cadre différent et nullement restreint par des codes narratifs classiques. Ce qui s’avance comme une enquête somme toute conventionnelle recèle autant de surprises que de tension...

J'ai rencontré le diable ?

À l’instar de ses précédents films, la progression se montre contemplative et méticuleuse dans l’exposition des faits. Le cinéaste est un conteur né qui aime prendre son temps pour raconter ses histoires. En l’occurrence, le développement s’axe sur une introduction qui favorise la présentation des protagonistes. Le contexte, lui, s’attache à dépeindre une ambiance désenchantée dans une petite bourgade coréenne où la banalité côtoie un quotidien routinier. Et c’est dans l’émergence des meurtres que les habitudes vont être ébranlées. On assiste à des investigations policières soignées et passionnantes. Celles-ci tiennent lieu de repères pour comprendre le mobile et étayer des pistes viables.

Dès lors, une curieuse épidémie de folie touche les habitants. Est-ce en relation avec les crimes ? Quelle est la nature de cette hystérie collective ? Le mystère est évoqué, les explications suggérées, mais jamais explicites. On ne parlera pas d’une volonté à flouer la véritable teneur de l’histoire, mais d’une approche beaucoup plus nuancée qui préfère laisser libre cours à l’interprétation du spectateur. De fait, les révélations avancées ne seront jamais catégoriques. Prononcées à demi-mot, celles-ci laissent planer une aura de mystères et de mysticisme dans le sillage de l’enquête. En somme, le récit joue davantage sur une manipulation de la perception des faits et, par extension, de la réalité présentée.

Le chaman coréen en pleine séance d'exorcisme...

Car, progressivement, le spectateur sombre dans le fantastique, voire l’horreur. Cela passe par une exploration du folklore local avec tout ce qu’il recèle en matière de mythes et de superstitions. Fantômes, possessions démoniaques, chamanisme, sorcellerie... Outre un étalage exhaustif, on remarquera un syncrétisme à peine voilé avec le christianisme. La présence d’un diacre, la citation en début de métrage, ainsi que d’autres allusions concourent à mieux nous déstabiliser. Le résultat est probant tant on se retrouve partagé entre le réflexe de rationaliser et celui de se laisser porter par des événements sibyllins difficilement discutables. En cela, l’empathie avec les protagonistes est totale.

Preuve en est avec la traque du Japonais à travers la forêt, les rituels pratiqués ou encore le modus operandi du criminel. Certes, le cinéma asiatique aime à brouiller la frontière entre le paranormal et le réel, mais peu de metteurs en scène réussissent à un tel résultat. A fortiori quand on privilégie la sobriété à l’esbroufe. Cette façon de procédé trouve son point d’orgue dans un dénouement d’une rare ambiguïté. Le travail effectué en amont sur la perception du récit parvient à une conclusion qui traduit toute la complexité du scénario. Là encore, on ne décèlera pas forcément de réponses limpides et formelles, mais un chapelet de suggestions à même de confirmer ou d’infirmer certaines hypothèses.

Personne n'en sortira indemne...

Au final, The Strangers est un thriller horrifique aux ramifications tentaculaires. Nanti d’une trame élaborée et ensorcelante, le film de Hong-Jin Na est une démonstration magistrale en matière de mise en scène et de narration. En suivant un cheminement patient, l’intrigue ne cesse de nous étonner dans son évolution et sa manière de triturer les fils de la réalité. Il en résulte une lecture à plusieurs niveaux qui trouve autant d’explications rationnelles que surnaturelles. Et c’est cette absence de dogmatisme, tant dans les questions de croyance que dans l’appropriation de l’histoire, qui contribue à préserver tout le mystère qui entoure The Strangers. Un film original d’une qualité rare.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...
Twilight - Chapitre 3 : Hesitation
« Les feux de l’amour » Le temps est venu de fusiller le nouvel épisode de la saga Twilight . La seule question est de savoir s'il faut s’acharner dessus ou rester timoré? Car si le premier film arrivait à jongler avec bon nombre d’éléments en respectant les limites de l’acceptable, la suite versait déjà trop dans la mièvrerie. Et cela continue dans cette seonde séquelle. Mais d’où vient cette...
Kingdom Come
Depuis le début du XXe siècle, la réputation et les conditions de vie au sein des hôpitaux psychiatriques ont évolué de telles manières à renvoyer une image apaisante de la maladie mentale. Des camisoles de contention aux camisoles chimiques, les apparences ont fait un bond en avant pour rendre acceptable les traitements et autres thérapies qui eux, se contentent de soigner les symptômes et...
Les Dents de la Nuit
Attention, ceci est un avertissement : Amoureux de l'humour fin et du bon goût, vous pouvez d'ors et déjà passer votre chemin. En effet, vous ne trouverez dans cette comédie vampirique que des blagues lourdes, des jeux de mots vaseux et une quantité énorme de phrases à connotation sexuelle. Pour vous le prouver, voici quelques exemples : - Une personne demande à un dentiste comment il...
X-Men Origins : Wolverine
Le passé de Logan/Wolverine ayant déjà été longuement évoqué dans X-men 2 , était-il réellement nécessaire d'y revenir une nouvelle fois? Poser la question c'est bien sûr y répondre, même si la création du plus célèbre des mutants reste un sujet en or... De plus, la volonté commerciale clairement affichée par la Fox avait déjà voué ce X-Men Origins : Wolverine à l'enfer des critiques...