Voir la fiche complète du film : The Strangers (Hong-jin Na - 2016)

The Strangers

Entre le thriller et l’horreur, The Strangers contente tous les publics en quête d’une intrigue complexe où les explications tiennent uniquement à leur appréciation. Un film volontairement sibyllin qui entretient une atmosphère crépusculaire sur fond de folklore coréen. Sublime.
Publié le 16 Juin 2018 par Dante_1984Voir la fiche de The Strangers
9

Comme l’attestent Old Boy, Memories of Murder ou J’ai rencontré le diable, le cinéma coréen est réputé pour ses polars de grande qualité. D’ailleurs, Hong-Jin Na a déjà fourni deux efforts incontournables en la matière avec The Chaser et The Murderer. Après six années d’absence, le réalisateur revient avec ce qui s’annonce comme un thriller du même acabit: The Strangers. Derrière un titre aussi vague qu’énigmatique, ce nouveau métrage ne se contente pas de réitérer les fondamentaux du genre. Il les exploite dans un cadre différent et nullement restreint par des codes narratifs classiques. Ce qui s’avance comme une enquête somme toute conventionnelle recèle autant de surprises que de tension...

J'ai rencontré le diable ?

À l’instar de ses précédents films, la progression se montre contemplative et méticuleuse dans l’exposition des faits. Le cinéaste est un conteur né qui aime prendre son temps pour raconter ses histoires. En l’occurrence, le développement s’axe sur une introduction qui favorise la présentation des protagonistes. Le contexte, lui, s’attache à dépeindre une ambiance désenchantée dans une petite bourgade coréenne où la banalité côtoie un quotidien routinier. Et c’est dans l’émergence des meurtres que les habitudes vont être ébranlées. On assiste à des investigations policières soignées et passionnantes. Celles-ci tiennent lieu de repères pour comprendre le mobile et étayer des pistes viables.

Dès lors, une curieuse épidémie de folie touche les habitants. Est-ce en relation avec les crimes ? Quelle est la nature de cette hystérie collective ? Le mystère est évoqué, les explications suggérées, mais jamais explicites. On ne parlera pas d’une volonté à flouer la véritable teneur de l’histoire, mais d’une approche beaucoup plus nuancée qui préfère laisser libre cours à l’interprétation du spectateur. De fait, les révélations avancées ne seront jamais catégoriques. Prononcées à demi-mot, celles-ci laissent planer une aura de mystères et de mysticisme dans le sillage de l’enquête. En somme, le récit joue davantage sur une manipulation de la perception des faits et, par extension, de la réalité présentée.

Le chaman coréen en pleine séance d'exorcisme...

Car, progressivement, le spectateur sombre dans le fantastique, voire l’horreur. Cela passe par une exploration du folklore local avec tout ce qu’il recèle en matière de mythes et de superstitions. Fantômes, possessions démoniaques, chamanisme, sorcellerie... Outre un étalage exhaustif, on remarquera un syncrétisme à peine voilé avec le christianisme. La présence d’un diacre, la citation en début de métrage, ainsi que d’autres allusions concourent à mieux nous déstabiliser. Le résultat est probant tant on se retrouve partagé entre le réflexe de rationaliser et celui de se laisser porter par des événements sibyllins difficilement discutables. En cela, l’empathie avec les protagonistes est totale.

Preuve en est avec la traque du Japonais à travers la forêt, les rituels pratiqués ou encore le modus operandi du criminel. Certes, le cinéma asiatique aime à brouiller la frontière entre le paranormal et le réel, mais peu de metteurs en scène réussissent à un tel résultat. A fortiori quand on privilégie la sobriété à l’esbroufe. Cette façon de procédé trouve son point d’orgue dans un dénouement d’une rare ambiguïté. Le travail effectué en amont sur la perception du récit parvient à une conclusion qui traduit toute la complexité du scénario. Là encore, on ne décèlera pas forcément de réponses limpides et formelles, mais un chapelet de suggestions à même de confirmer ou d’infirmer certaines hypothèses.

Personne n'en sortira indemne...

Au final, The Strangers est un thriller horrifique aux ramifications tentaculaires. Nanti d’une trame élaborée et ensorcelante, le film de Hong-Jin Na est une démonstration magistrale en matière de mise en scène et de narration. En suivant un cheminement patient, l’intrigue ne cesse de nous étonner dans son évolution et sa manière de triturer les fils de la réalité. Il en résulte une lecture à plusieurs niveaux qui trouve autant d’explications rationnelles que surnaturelles. Et c’est cette absence de dogmatisme, tant dans les questions de croyance que dans l’appropriation de l’histoire, qui contribue à préserver tout le mystère qui entoure The Strangers. Un film original d’une qualité rare.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Lorax, Le
À Thneedville, tout est artificiel, même l'air ! Les arbres et la nature n'existent plus ; ce qui ne semble nullement gêner ses habitants. Ted, un ado comme les autres, se met en tête de trouver un arbre pour conquérir le coeur de la belle Audrey. Pour cela, il va devoir se rendre hors de la ville et rencontrer un bien curieux personnage : le gash-pilleur. Le Lorax. Derrière cette appellation...
Douce Nuit, Sanglante Nuit 2
En 1984, Douce Nuit, Sanglante Nuit s'offre une petite place dans le paysage très prisé des slashers. On se souvient d'un film modeste, parfois longuet, mais assez honnête dans l'ensemble. Il semblait presque inévitable qu'une suite surgisse quelques années plus tard (trois pour être précis). On n'aura pas droit au syndrome de l'increvable et voir Billy s'extirper de...
Riddick
Pitch Black était un bon petit film de SF porté par une histoire sympathique, une réalisation à l'avenant et un personnage ultra-charismatique incarné par Vin Diesel : le célèbre Riddick, criminel nyctalope de son état. Ce dernier était tellement réussi qu'un film exclusivement centré sur ses déboires avait ensuite vu le jour. Malheureusement, les Chroniques de Riddick était moins...
Une Hache pour la Lune de Miel
Ayant repris avec succès la salon de haute couture de sa mère, John Harrington, jeune, riche et célèbre, semble être le plus heureux des hommes. Cependant, derrière un sourire de façade, se cache un dangereux tueur en série. Après avoir délaissé le cinéma fantastique gothique de ses brillants débuts ( Opération Peur , son dernier chef d'oeuvre en la matière, date de 1966), Mario Bava s'...
Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes
Cette critique contient quelques spoilers Après trois Détour Mortel qui semblaient avoir épuisé le filon jusqu'à l'os, on ne s'attendait pas à voir revenir nos psychopathes congénitaux pour une quatrième aventure. Il faut dire qu'après un premier opus très réussi, une suite un peu deçà et un troisième opus sympathique mais flirtant parfois avec les limites du grotesque, on pouvait se demander...