Voir la fiche complète du film : Rampage : Sniper en Liberté (Uwe Boll - 2009)

Rampage : Sniper en Liberté

Une véritable boucherie sortie tout droit du cerveau d’un homme déjanté qui, quant il veut bien s’en donner la peine, peut pondre des films plus sérieux et bien meilleurs que ses précédentes élucubrations vidéoludiques.
Publié le 22 Juillet 2010 par Punisher84Voir la fiche de Rampage : Sniper en Liberté
8

« Bowling for Uwe Boll »

A sa manière, Uwe Boll est un grand réalisateur. Car il a toujours réussi à faire des films incroyables... de médiocrité. Malgré la poisse (en est-ce vraiment ?), il est toujours arrivé à imposer sa marque : une violence et un je m’en foutisme qu’on a toujours su sans concessions, mais toujours avec une certaine retenue, comme si quelque chose l’empêchait de vraiment décoller. En bref, ses films sont bien mauvais mais ils dégagent tous une énergie que l'on sent emprisonnée. A l’heure ou j’écris ces lignes, je n’ai pas encore vu Seed, Stoic et Postal, mais j’ai toujours espéré de voir enfin un vrai bon film d’Uwe Boll. Il aura fallu attendre le Festival International du Film Fantastique de Bruxelles en 2010 pour que mon rêve se réalise enfin. Car Rampage est tout simplement une bombe. Une bombe bourrée de défauts mais une bombe quand même.


Vous allez en prendre plein la figure !

Personnellement, j’ai rarement vu un réalisateur aussi décomplexé avec son film. Il se lâche complètement et n’hésite pas à choquer tous azimuts. Avec un tel sujet, nous étions en droit de nous attendre à un minimum. Ce Rampage va beaucoup plus loin que nos traditionnelles attentes de fans. En elle-même l’histoire ne choque pas : il s’agit de la revanche d’un jeune (excellent Brendan Fletcher) contre la société qui l’entoure. Pête-t-il un cable ? C’est ce que le politiquement correct aimerait nous faire croire. Le plus « déstabilisant » est bel et bien le traitement imposé par Uwe Boll car avant toute chose, celui-ci arrive à nous faire croire que les actions du personnage principal sont belles et bien des conséquences de la société qui ne tourne pas rond. Et non lui-même qui pète une durite ! La merde vendue dans les fast-food, les gens qui se plaignent sans cesse mais qui n’agissent jamais, les promesses d’un boulot qu’on ne trouve pas... La liste est encore longue. Le film en montre un minimum mais de manière tellement brute et explicite qu’il en devient véritablement effrayant.


Mesdames…

La violence purement gratuite existe-t-elle vraiment ? Voilà une des questions posées par Rampage. Il fait partie de ces films qu’il faut voir sans tenir compte des nombreuses critiques qui l’entourent.


Ca va chier grave !

Choquant et gratuit, Rampage l’est bel et bien, mais il n’est pas pour autant idiot. Uwe Boll a fait de l’excellent boulot sur le plan technique et plusieurs séquences sont à noter au panthéon des scènes les plus mémorables du cinéma de genre. Le passage du commissariat qui explose est vraiment incroyable. Mais le réalisateur sait aussi être drôle tout en étant dramatiquement crédible. Qui ne se souvient pas de la scène du bingo ?


Visuellement, la qualité est au rendez-vous.

Comme vous l’avez constaté, je fus très emballé lors la projection, au point que j’en oublie de parler des défauts du film ! Car il n’y a pas d’Uwe Boll Movie sans couacs à moins de vivre dans un rêve. Rampage est un panier à salade qui n’arrête pas de tourner. Beaucoup de pistes et de personnages secondaires dont le bout du tunnel est la mort. La psychologie du film, si on peut appeler ça ainsi, est un bric à brac qui part dans tous les sens sans jamais vraiment aboutir. Un parti pris parfois gênant faisant partie intégrante du cœur du long-métrage. Un long « bla-bla » d’introduction qui nous permet de platoniquement ressentir la sueur de Bill Williamson. Le film n’arrive pas à éviter certaines inégalités au niveau de l’interprétation. Perfectible, elle n’en demeure pas moins minime tant l’impact de l’ensemble est puissant. Un coup de poing dans la tronche qu’on aime ou pas mais un uppercut qu’on ne peut oublier de si tôt. John Merrick est vraiment moche et pourtant tout le monde l’aime (rires). Comme le disent si bien d’autres de mes collègues Rampage, c’est Elephant de Gus Van Sant version Uwe Boll.

Autres critiques

The River
À nouveau associé à une série télévisée, le nom de Steven Spielberg en tant que producteur a du mal à faire rêver. En 2011, la déconvenue de Terra Nova aurait pu refroidir ses ardeurs sur le petit écran. Mais l'illustre cinéaste ne se démonte pas face à l'échec. C'est ainsi qu'il récidive avec The river . Un projet ambitieux qui mêle aventures et horreur. À la base du concept ?...
Conjuring : les Dossiers Warren
On ne présente plus James Wan, grand talent du cinéma de genre révélé dans les années 2000 par la plus célèbre saga du torture-porn, Saw . Fort heureusement pour lui, il s'en détourne assez rapidement pour se tourner vers des films plus intimistes, mais non dénués d'ambitions. Après Insidious en 2010 qui avait partagé la communauté (il en ressortait tout de même un métrage à l'...
Trinity Blood
Après avoir subi l'Armageddon, les humains sont contraints de cohabiter avec leurs plus féroces ennemis : les vampires. C'est dans ce contexte incertain que le père Nightroad est chargé de résoudre des enquêtes qui viseraient à rompre cette fragile entente. L'histoire de Trinity blood est à l'origine un roman adapté en manga, puis vint cette série animée. Les vampires et la religion ne font pas...
My Amityville Horror
Tout semble avoir été dit sur le 112 Ocean Avenue. Du massacre des DeFeo à la fuite soudaine de la famille Lutz, Hollywood a surexploité le sujet jusqu’à en dénaturer les faits réels. Entre les objets possédés et autres manifestations paranormales, on nous a servi un peu tout et n’importe quoi. Bien que non dénué de reproches, le remake avait au moins le mérite de revenir aux origines...
Zoo

Zoo

Les attaques animales font la joie (et aussi la tristesse) du survival animalier. Un genre qui connaît bien des déconvenues depuis son émergence. Si certaines références sont adaptées de romans (Peter Benchley pour Les dents de la me r), le lien entre les deux supports culturels est plus que ténu, voire inexistant. Pourtant, James Patterson et Michael Ledwige s’approprient le concept avec Zoo ,...