Voir la fiche complète du film : Red lights (Rodrigo Cortés - 2012)

Red lights

Un thriller fantastique à l’histoire non maîtrisée qui, malgré sa réalisation, n’arrive pas à s’imposer dans le registre de la parapsychologie. Brouillon et inconstant.
Publié le 16 Avril 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Red lights
6

Il existe un inconvénient majeur lorsqu’un cinéaste se démarque par un premier métrage original et rondement mené : la volonté de le voir poursuivre son bonhomme de chemin avec le même talent. On se souvient de l’excellent Buried qui, non content de prendre une idée de départ assez basique, multipliait les contraintes pour en faire un film singulier dont l’atmosphère suffocante aura rarement aussi bien rendu à l’écran le sentiment de claustrophobie. Après s’être attelé à la rédaction du scénario d’Apartment 143, Rodrigo Cortés repasse derrière la caméra avec Red lights, un thriller fantastique sur fond d’investigations paranormales pour tenter de démasquer les imposteurs. Cette deuxième réalisation vaut-elle le détour ?


Alors ce tour de magie, de la pacotille ?

Le thème de la parapsychologie est assez large pour avoir été maintes fois décliné au cinéma sous divers angles. Télékinésie, médiumnité, photographie psychique, télépathie… chacun de ses aspects est comme une porte ouverte sur l’inexplicable et donc sur un potentiel évident pour le cinéma de genre. Toutefois, Rodrigo Cortés tend à flouer les attentes du spectateur. Son entame présente Red lights comme un film de fantômes assez banal. Des phénomènes paranormaux, une séance spiritisme qui dégénère sur fond de lumière rouge (heureusement, avec un titre pareil) et une argumentation aussi bancale que facile. Autrement dit, la première approche n’est pas forcément convaincante.

Mais ce n’est pas la suite qui contredira cet état de fait. L’intrigue se calque sur un schéma narratif assez redondant dans sa première partie : des cours sur les subterfuges des imposteurs, des enquêtes qui vont dans un sens unique, des cours… On a l’impression de tourner en rond sans jamais vraiment savoir où veut en venir le cinéaste. Certes, le principal intérêt du film se fonde sur le doute que peut éprouver le spectateur face aux phénomènes : mystification ou réalité ? Les séquences multiplient le genre d’artifices que l’on est habitué à voir sans jamais trouver une véritable originalité, ne serait-ce que dans l’approche.


Croix, croix, carré, triangle, rond...

L’atmosphère hésite constamment entre l’épouvante et le suspense. Le premier point restera au stade anecdotique avec des effets trop sporadiques et conventionnels pour saisir ou surprendre. Le second est gâché par une conclusion sans parti pris, à la limite du bâclage. Au lieu de trancher et d’assumer pleinement ses idées, le réalisateur tergiverse avant de faire pencher la balance d’un côté, puis de l’autre. L’expression « Oui, mais non en fait » colle parfaitement à cette impression d’inachevé. Certains pourraient penser que ce dénouement est inattendu, bien senti au vu des indices disséminés çà et là. Malheureusement, la révélation finale est déconcertante, voire frustrante, tant elle se retrouve écartelée entre les aspects fondamentaux de l’intrigue.

Malgré le manque de sensations et de frissons qu’elle procure, on a droit à une mise en scène assez léchée. L’exploitation des lieux, les jeux de caméra et le soin apporté à l’image sont autant d’atouts sur la forme qui permettent à Red lights de ne pas sombrer dans le domaine des navets insignifiants. La photographie tire parti de la moindre parcelle de lumière, du plus petit contraste avec un savoir-faire évident. De ce côté, Red lights remplit son office. L’ensemble de la réalisation est géré comme il se doit avec un léger bémol au niveau de la bande-son, bien trop discrète et qui ne parvient pas à marquer les esprits ou à alourdir l’atmosphère.


Le messie est vivant ! On ne l’a pas rencontré !

Le casting permet à des acteurs confirmés que l’on ne présente plus de se réunir. Seulement, la présence de Robert de Niro dans un film depuis quelques années est loin d’être synonyme d’un gage de qualité ou de valeur sûre (notamment dans Unités d’élite). L’illustre interprète du Parrain cabotine à ses heures perdues dans des séquences pas forcément maîtrisées (les spectacles de l’illusionniste). Pour lui donner le change, on retrouve un Cillian Murphy égal à lui-même (correct, mais pas inoubliable) et une Sigourney Weaver dans un rôle secondaire (contrairement à ce que l’on pourrait penser) assez conventionnel dans la construction de son personnage. On est donc loin de performances incroyables.

Au final, Red lights est un thriller fantastique décevant. L’histoire se montre brouillonne et inconstante à plus d’un titre. Malgré un suspense de façade plaisant à certains égards, l’hésitation permanente (dans les aboutissants ou le choix du genre) ne parvient à aucun moment à instaurer une ambiance, plus grave : une véritable identité au métrage. Il en ressort un goût d’inachevé flagrant, passablement correct dans l’interprétation et flatteur pour la rétine (très bonne mise en scène tout de même). Le second film de Rodrigo Cortés tente de jouer sur tous les tableaux en tâtonnant sans trouver son point d’attache. Assez facile, surtout au vu du dénouement.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Resurrection
Un groupe d’amis part en week-end dans de vertes contrées pour s’aérer la tête et faire du quad. Sur place, un endroit complètement retiré des plaisirs et du tumulte de la civilisation, ils vont tomber sur une communauté pour le moins inhospitalière. Le survival est un genre similaire au slasher. Chaque film traite, à quelques détails prêts, de la même thématique à travers un panel de...
La Fille de Dracula
Au chevet de sa mère, Luisa Karlstein (Britt Nichols) apprend qu'une malédiction plane depuis plusieurs générations sur leur famille. La crypte des Karlstein renfermerait le cercueil d'un vampire, Dracula. Dans sa longue filmographie (plus de 200 longs-métrages à son actif), le cinéaste ibérique Jesus Franco s'est souvent intéressé au mythe vampirique. Il s'y attache donc encore...
Frankenstein
Au même titre que Dracula de Bram Stoker, Frankenstein est un véritable mythe fondateur du genre fantastique. Ses thèmes, entre autres le progrès scientifique ou l’appréhension de la mort, demeurent toujours d’actualité et s’adaptent aux époques si bien que l’œuvre de Mary Shelley traverse le temps sans prendre une ride. Le cinéma a tôt fait d’accaparer un tel potentiel pour le transposer encore...
John Carter
Au XIXe siècle, John Carter refuse de s'engager dans une guerre qu'il ne reconnaît pas comme la sienne. Par un malheureux concours de circonstances, il va néanmoins se retrouver téléporté sur Mars. La planète rouge est loin d'être morte et ses habitants sont également enclins à sombrer dans des luttes intestines. Pour John Carter, la découverte se mêle à la surprise face à cet univers...
Grace
Madeline et Michael coulent des jours heureux jusqu’au jour où un tragique accident bouleverse leur quotidien. Michael ne survit pas et Madeline est contrainte d’accoucher d’un bébé mort-né. Seulement, l’enfant reprend vie inexplicablement. Dès lors, la jeune Grace démontre un appétit insatiable pour le sang humain. La thématique de l’enfance dans le cinéma de genre...