Voir la fiche complète du film : Retour vers le Futur (Robert Zemeckis - 1985)

Retour vers le futur

Le premier volet de la trilogie des Retour vers le futur. Mythique et totalement divertissante. A consommer sans modération...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Retour vers le Futur
10
Voyage dans le Temps

Le voyage dans le temps a toujours fasciné. Que ce soient les écrivains ou les réalisateurs de cinéma, les voyages temporels ont toujours eu la cote en raison de la source inépuisable d'inspiration qu'ils peuvent être. En effet, on peut tout imaginer à partir d'un infîme changement dans la ligne de déroulement de l'Histoire. Beaucoup de grands classiques du cinéma sont d'ailleurs basés sur ce thème. Citons pêle-mêle La machine à explorer le temps, l'armée des 12 singes, c'était demain, Nimitz retour vers l'enfer ou encore un jour sans fin. Et bien évidemment la série de films Retour vers le futur.

1985. Le jeune Marty McFly mène une existence anonyme auprès de sa petite amie Jennifer, seulement troublée par sa famille en crise et un proviseur qui serait ravi de l'expulser du lycée. Ami de l'excentrique professeur Emmett Brown, il l'accompagne un soir tester sa nouvelle expérience : le voyage dans le temps via une DeLorean modifiée. La démonstration tourne mal : des trafiquants d'armes débarquent et assassinent le scientifique. Marty se réfugie dans la voiture et se retrouve transporté en 1955. Là, il empêche malgré lui la rencontre de ses parents, et doit tout faire pour les remettre ensemble, sous peine de ne pouvoir exister...


Go Johnny Go go! Johnny be Good!

Premier volet de la trilogie devenue culte, Retour vers le futur se base sur la situation la plus évoquée pour expliquer les paradoxes temporels: Si on remonte le temps et qu'on change le cours des évènement, on pourrait soi-même compromettre son existence. A partir de ce postulat de départ alléchant, Robert Zemeckis est parvenu à tisser un excellent film, extrêmement bien construit et rythmé.

Car Retour vers le futur réussit un grand exploit, à savoir réunir le film de divertissement avec un sujet complexe comme le voyage dans le temps tout en restant divertissant et compréhensible par tous. Car c'est bien là le point fort de ce film: jamais on ne s'ennuie. Pas une seconde. On suit les aventures de Marty avec passion et les yeux sont rivés sur l'écran sans en décrocher une seule minute.

Le scénario est extrêmement bien construit et trépidant. Jamais il ne s'emmêle dans les méandres du temps et apparaît comme parfaitement cohérent, ce qui est somme tout relativement difficile lorsqu'on aborde les voyages dans le temps. De plus, de nombreux détails sont très savoureux pour les spectateurs attentifs dont je ne citerai que le plus évident: au début du film le centre commercial s'appelle "centre commercial des deux pins" alors qu'à la fin son nom est "centre commercial du pin solitaire". Ce qui est logique puisque Marty détruit l'un des 2 arbres dans le passé. Ceci n'est qu'un exemple parmis d'autres mais je vous laisse le soin de les découvrir.


Ah, la fameuse féérie dansante des sirènes...

Au niveau de l'interprétation, c'est tout simplement l'excellence. Lorsque l'on parle de Michael J. Fox et de Christopher Lloyd, il n'y a que leurs rôles de Marty McFly et du docteur Emett brown qui viennent directement à l'esprit (Bien que l'oncle Fétide de la famille addams soit également un très bon rôle de Christopher Lloyd). Jamais ils n'ont retrouvé de personnage qui marque autant les esprits que les 2 héros de Retour vers le futur. Ils sont tout simplement parfaits. Plusieurs répliques du Docteur Brown sont devenues cultes ainsi que le fameux "Mcfly!!!!"" lancé par Bif. Le "Doc" Brown est ainsi devenu une des plus grandes figures de savant fou du cinéma aux cotés de scientifiques tels que le docteur Frankenstein et le docteur jekyll.

Retour vers le futur apparaît d'ailleurs plus comme une véritable comédie plutôt qu'un film fantastique. Mais la force du scénario est de rester ludique et totalement sérieux à chaque instant, il n'y a que les dialogues qui soient vraiment drôles et d'anthologies. Toutes les répliques entre Marty et sa mère (ainsi que Georges, son père) sont hilarantes et pleines de sous-entendus.


Un effet spécial qui aura marqué l'Histoire du cinéma...

Robert Zemeckis nous livrait là ce qui restera probablement une de ses meilleures réalisations (Back to the future 2 sera encore meilleur mais Qui veut la peau de Roger Rabbit sera sans conteste le point d'orgue du réalisateur). Plans inspirés, rythme élevé, aucun défaut ne semble ternir ce film. Même les effets spéciaux restent très bons malgré que certains commencent à apparaître comme un peu datés (La main transparente notamment, mais il faut vraiment chipoter). La voiture qui disparaît dans une double trainée de flammes est d'ailleurs restée comme une des grandes images marquantes du film.

Le seul petit bémol serait à mettre (selon moi) à la fin ouverte qui annonce à un épisode deux et qui donne au film un aspect commercial un peu dérangeant à la première vision. Toutefois au regard de la trilogie dans son ensemble, cette fin s'inscrit dans la continuité de l'histoire mais est quelque inutile vu que l'ouverture de Retour vers le futur 2 nous la montrera à nouveau. Enfin bon, il fallait bien trouver une chute au film.

En tout cas, ce Back to the future est devenu une oeuvre culte et c'est amplement mérité. Heureusement, les suites resteront de ce niveau et en feront une des meilleures trilogies du cinéma.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

The Monster Project
Sans sombrer dans l’euphémisme, le found-footage est un genre parsemé de déclinaisons inégales qui, bien souvent, ont tendance à le niveler par le bas, parfois au point de le décrédibiliser. Du côté des occurrences notables dotées d’un budget très modeste, on peut évoquer Grave Encounters ou, dans un autre exercice de style, Noroï: The Curse et The Poughkeepsie Tapes . À l’...
Altitude
" Toute ma vie, j'ai rêvé d'être une hôtesse de l'air. Toute ma vie, j'ai rêvé de voir le bas d'en haut " chantait Dutronc. Pas sûr qu'après avoir vu Altitude , il ait envie d'en rêver à nouveau. I'm a poor lonesome plane... Une jeune pilote et quatre de ses amis décident de partir en week-end à bord d’un petit avion. Un voyage qui brusquement se...
La Maison de la Mort
Suite à un violent orage qui menace d'engloutir leur véhicule, un couple et leur ami trouvent refuge dans une étrange maison, perdue en pleine campagne. Rejoints par deux autres voyageurs, ils vont être confrontés à de terribles événements. Révélé un an plus tôt par son premier Frankenstein , le réalisateur James Whale retrouve Boris Karloff dans un nouveau film d'épouvante. Cependant, le lien...
Battleship Pirates
Il y a différentes façons d'être étonné par un film. Le mieux reste d'être épaté par le talent, la mise en scène ou encore l'intelligence du scénario. Mais très souvent, on se retrouve face à des films qui laissent un arrière-goût amer, celui de s'être fait prendre pour un débile profond. Scénarios indigents, acteur au rabais, effets spéciaux, très spéciaux, mise en scène calamiteuse, les raisons...
Battleship Pirates
Il y a différentes façons d'être étonné par un film. Le mieux reste d'être épaté par le talent, la mise en scène ou encore l'intelligence du scénario. Mais très souvent, on se retrouve face à des films qui laissent un arrière-goût amer, celui de s'être fait prendre pour un débile profond. Scénarios indigents, acteur au rabais, effets spéciaux, très spéciaux, mise en scène calamiteuse, les raisons...