Voir la fiche complète du film : Texhnolyze (Rondo Robe, Yasuyuki Ueda, Hirotsugu Hamasaki - 2003)

Texhnolyze

Le character designer derrière Serial experiments Lain signe et persiste dans un visuel très prononcé et pleinement assumé. De par une atmosphère à couper au couteau, Texhnolyze parvient à nous happer dans son univers délétère et son pessimisme omnipotent. Malgré des protagonistes peu attachants et un scénario pas vraiment maîtrisé tant la multiplication des points de vue est brinquebalante, le dernier projet en date de Yoshitoshi Abe satisfera ses fans et intriguera les novices. Un anime qui tend à multiplier les impressions contradictoires pour se conclure dans une apocalypse désespérée où la résilience se conjugue à l'agonie de la civilisation. Déstabilisant et néanmoins plaisant à plus d'un titre...
Publié le 17 Octobre 2012 par Dante_1984Voir la fiche de Texhnolyze
8

Au coeoeur même de la Terre, la ville de Lux est gangrénée par le crime et la violence. Ichise, jeune boxeur mutilé, erre dans ce dédale en quête d'une vengeance dont il ne connaît pas les conséquences. C'est alors qu'il rencontre Ran, une fille capable de voir l'avenir. Mais la révolte gronde au sein de Lux, sans compter les luttes entre gangs rivaux qui menacent de briser une trêve fragile.

Après le très contemplatif Ailes grises, Yoshitoshi Abe renoue avec une histoire alambiquée et sombre au possible. Univers cyberpunk situé dans un futur plus ou moins lointain (on n'en saura pas plus sur le sujet). Texhnolyze pose son intrigue dans un contexte où l'homme parvient à substituer ses membres amputés ou dysfonctionnels contre des prothèses ultra-perfectionnées. L'anime se penche donc sur les conséquences plus ou moins bénéfiques sur la population, ainsi que les velléités intestines entre les différents organismes qui régissent la ville de Lux.


Derrière le masque...

Les dix premières minutes nous font découvrir une succession d'images décousues dont on peine à saisir la signification. Des sensations biaisées, un malaise pesant qui monte crescendo face à des scènes de violence et de sexe. Tout cela est servi par une bande-son lourde et méphitique qui entretient ce sentiment malsain qui nous étreint dès l'entame. Particularité de cette introduction : aucun dialogue. Des cris, des rires, des gémissements qui ôtent toute humanité aux séquences. Comme si, sous la surface de la Terre, l'on assistait à la résurgence des bas instincts de l'homme. C'est brut de décoffrage et émotionnellement fort. Texhnolyze parvient avec maestria à capter l'attention de son public.

Un euphémisme s'il en est, mais sur la durée le résultat s'en trouve quelque peu amoindrie. Ne nous y trompons pas, Texhnolyze demeure un anime de premier ordre. Seulement, certains défauts (plus ou moins importants) empêchent de le hisser au rang des plus grands. Le scénario est certes intrigant, voire énigmatique dans son contexte (on ne situe pas bien l'époque, ni ce qui a pu arriver pour que les humains se réfugient sous terre), mais les rivalités entre les gangs et la mafia semble occuper une part prépondérante. Un peu trop malgré quelques histoires secondaires non dénuées d'intérêts qui auront tendance à se perdre dans des complications inutiles.


Un poisson rouge volant !

En effet, l'on peut diviser l'anime en deux parties. Du premier au dixième épisode où l'on suit principalement l'errance d'Ichise et Yoshii, un curieux individu qui vient de la surface et s'amuse à entretenir les tensions entre les gangs pour on ne sait quelles obscures raisons. À partir du onzième épisode, le tournant de l'histoire semble peu crédible dans les choix d'Ichise. On découvre le fonctionnement de l'Organo et son rôle au sein de Lux. En contrepartie, on perd en intérêt sur certains points. Par exemple, l'Alliance reléguée bizarrement au second plan et la présence de la Classe (une sorte d'élite qui vit au sommet de la colline surplombant Lux). C'est assez brinquebalant et déstabilisant de jongler entre tous ses aspects sans léser les autres. À noter que les derniers épisodes sont davantage portés vers les questions philosophiques sur l'avenir de l'humanité, l'appréhension de la mort et la recherche de la perfection. Des points qui auraient gagné à être développée plus tôt.

En dehors d'une complexité de façade (finalement, il ne s'agit que d'une quête de pouvoir teintée de vengeance) durant la majeure partie de l'intrigue, Texhnolyze profite d'une atmosphère unique magnifiée par une réalisation absolument somptueuse. Caméra nerveuse, angles approximatifs, cadrage excentré et mise en abîme d'un environnement désolé sont autant d'atouts qui oppressent le spectateur devant les images. Ajoutons à cela, des symphonies malsaines (trompettes lancinantes, guitares éraillées…) et l'on se retrouve face à climat nébuleux et angoissant digne de Twin Peaks (ce constat valait déjà à l'époque pour Lain, même si l'on dénotera quelques différences dans leur agencement).


Images floues, contours incertains, les effets de style ne manquent pas et sont saisissants.

Le nom de Yoshitoshi Abe étant en tête de procession, le visuel est au-dessus de toute critique. L'image granuleuse, les contours flous alimentent des couleurs saturées (il s'agit d'un éclairage artificiel pour donner l'illusion du jour) qui imprègnent littéralement chaque recoin de Lux. C'est beau, rectification sublime, tant les détails apportés à chaque plan, chaque situation entretiennent l'aura de l'anime. Il réside néanmoins un bémol de taille : les quelques images de synthèse. Notamment, ces intermèdes avec les rails d'un chemin de fer qui font vraiment tache au milieu de cette effervescence artistique ou les différentes interventions des libellules qui auraient gagné à se fondre en 2D dans le paysage.

Pour ce qui est des personnages, la caractérisation tend à se perdre dans un mystère trop prégnant. Rendre les protagonistes énigmatiques n'est pas un défaut, mais sur la longueur, cela les déshumanise considérablement. Ichise, jeune homme torturé, qui parle peu et préfère les beuglements ou les oeillades de bovidés. On a du mal à le trouver attachant et cela se confirme avec les seconds rôles. Certes, cela peut aider à faire le parallèle avec la texhnolyzation (le rapport de l'homme à la machine, où commence l'un quand s'arrête l'autre ?), mais ce côté froid et impassible ne contribue pas à nous sentir concernés par les événements.


Texhnolysation !

Bref, Texhnolyze n'est pas exempt de reproches. L'on pourrait arguer un récit pas si compliqué que cela, une caractérisation en dents de scie des plus approximatives. Qui plus est, certains aspects de l'intrigue sont trop vite expédiés ou relégués au second plan. Cela peut paraître maladroit, voire handicapant et pourtant, le visuel léché proche de la perfection et cette ambiance digne de David Lynch rattrape sans difficulté ces errances. On se retrouve littéralement transporté dans cet univers indéterminé à l'époque tout aussi énigmatique. Il en ressort un anime réussi qui aurait pu prétendre au statut de chef d'oeuvre sans les quelques défauts suscités.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
Zombeavers
Il est des productions que l’on sait d’avance ratées ou destinées à public amateur de nanars et autres navets. Avec les films catastrophe, le survival animalier est les porte-étendard le plus malmené. Ce n’est pas parce que l’on évoque des sujets plus irréalistes que crédibles, qu’il faut en faire n’importe quoi. Même un pitch complètement idiot, on peut...
Dredd
Le personnage de Judge Dredd, créé par John Wagner et Carlos Ezquerra, fait sa première apparition dans 2000 A.D, une revue britannique de science-fiction, en 1977. Mais ce n'est qu'en 1990 que le personnage possède sa propre série avec Judge Dredd Magazine. Ce personnage deviendra vite emblématique par sa représentation de la justice et par la violence du propos. L'univers dans lequel évolue le...
The legend of Boggy Creek
Les films relatant les méfaits du bigfoot ou du sasquatch ont pris leur essor dans les années 1970. The Legend of Boggy Creek s’avance comme le fer de lance de ce sous-genre du survival animalier. Son succès a suscité bon nombre de vocations par la suite ; certaines plus dispensables que d’autres. S’appuyant sur de véritables témoignages et des faits divers, l’intrigue...
Toxic Shark
Insatiable quand il s’agit de décliner le requin sous ses formes les plus bizarres et idiotes, les producteurs versés dans le survival animalier persistent envers et contre tout à sombrer dans l’absurde. Si l’opportunisme d’un tel produit ne floue personne, on s’étonne toujours des nouvelles trouvailles pour prétexter l’irruption du squale dans des eaux déjà...