Timecrimes (Nacho Vigalondo - 2007)

Timecrimes
Los Cronocrímenes
Réalisateur : Nacho Vigalondo
Votre note : Aucun(e)
8.11111
Moyenne : 8.1 (9 votes)

Synopsis

Un homme qui remonte soudain le temps se retrouve face à son double. Une fille nue au milieu de la forêt. Un étrange personnage au visage recouvert de bandage. Une inquiétante demeure en haut d'une colline... Toutes les pièces d'un puzzle effroyable et terrifiant se mettent en place pour finalement mener à un crime inimaginable.

Qui peut être le meurtrier ? Qui sera la victime ?

Critique

Hector, qui vient d'emménager avec sa femme dans une villa isolée près d'un bois, remarque de drôles de choses dans la forêt. Un premier film original et bien maîtrisé, à découvrir !

Time Crimes
Bande annonce VO

Los Cronocrímenes - Teaser Trailer

Scénario : Nacho Vigalondo
Musique : Eugenio Mira
Pays : Espagne
Durée : 92 min
Direct to Video
Sortie US :
Budget : 5 000 000 $
Sortie DVD Français :

DVD & Blu-Ray

Time Crimes
Zone:
2

Critiques Spectateurs

Premier film de Nacho Vigalondo, Time crimes nous entraîne dans les méandres de la manipulation temporelle. Hector est victime d’un saut dans le temps. Il se retrouve au début d’une journée qu’il a déjà vécu. Voyant son double à sa place, il se met en tête de le liquider pour être le seul Hector...Lire la suite

Un film vraiment sympathique et original. on nous entraine donc dans une histoire où le héros remonte le temps, mais ici pas d'effets spéciaux spectaculaire ou d'époques éloignées, non ici le tous ce passe à notre époque. Le héros remonte le temps d'une heure et demi, et tous se passe donc sur un...Lire la suite

Ce film espagnol est une bonne surprise et confirme la bonne santé du cinéma fantastique. Ici on a une histoire de machine à remonter le temps filmé à petite échelle. On voit comment un homme simple et sa femme sont peu à peu entrainé dans une spirale dont ils ne ressortiront pas indemme. Ce casse...Lire la suite

A propos du realisateur

Nacho Vigalondo

Réalisateur et scénariste espagnol né le 6 avril 1977 à Cabezón de la Sal.

On lui doit également :
The Profane Exhibit
Open Windows
Colossal