Windtalkers: Les Messagers du Vent
Windtalkers
Réalisateur : John Woo
Votre note : Aucun(e)
6.33333
Moyenne : 6.3 (3 votes)

Synopsis

En 1944, durant la Seconde Guerre mondiale, face à l'ennemi japonais, les Etats-Unis utilisèrent une méthode de codage : le langage Navajo, uniquement compris et parlé par certains soldats indiens. Ces "code talkers" transmettaient les messages codés entre les bases américaines disséminées sur les îles du Pacifique.

Le marine Joe Enders sort blessé d'une bataille sanglante sur les îles Salamon. Après avoir récupéré dans un hôpital, il est chargé d'une nouvelle mission consistant à assurer la sécurité de deux soldats navajos, Ben Yahzee et Charlie Whitehorse, et à "protéger le code à tout prix" pour l'empêcher de tomber aux mains de l'ennemi. En clair : sacrifier, si besoin est, leurs frères d'armes ...

Acheter ce film sur PriceministerAcheter ce film sur Amazon

Anecdotes

Film de Guerre

Ce film retrace la bataille de l'île japonaise de Saipan en juillet 1944.

Plusieurs scènes du film n'ont pu être tournées. Le Pentagone, qui a apporté une collaboration très active, s'y est en effet opposé. Par exemple, le scénariste désirait insérer une scène où un Marine arrachait les dents en or dans la bouche d'un soldat japonais mort. Il avait voulu faire cela après avoir vu une scène similaire dans un film d'archives...

Le film existe dans 2 versions: la version cinéma de 134 mn, et le "Director's cut" de 153 mn.

Le "Director's cut" de "Windtalkers", n'est pas juste une version longue, il ne se résume donc pas à un simple ajout de quelques scènes. Bien au contraire, John Woo a ici saisi l'occasion pour modifier une grande partie de son film. Dans l'ensemble, les rajouts renforcent largement le profond engagement anti-militaire du film, le transformant même en brûlot contre toute forme de guerre ou de violence.

Pour son "Director's cut", John Woo n'a pas fait que rajouter des éléments au film, il en a aussi enlevé qu'il jugeait à n'en pas douter comme nuisible à l'histoire, et en a modifié certains autres.
Premièrement, ont été éradiqués du film toute forme d'explication militaire et stratégique sur les avancées des soldats. "Windtalkers" n'est pas un film dont l'intérêt est de voir une bande de soldats américain conquérir une île japonaise, tout au contraire. Ces éléments jugés encombrants quant au message du film ne figurent plus ici dans cette version.

Le plus gros changement consiste en la modification totale du discours du sergent Hjelmstad (Peter Stormare) expliquant aux soldats leur mission dans la première demi-heure du film.
Dans la version cinéma, celui-ci donnait des détails stratégiques sur leur conquête de l'île, ce qui provoquait l'enthousiasme des soldats à enfin partir au combat.
Dans le "Director's cut", celui-ci ne fait finalement qu'annoncer qu'ils partent au combat, "vers des paradis inconnus" soulignant qu'ils seront dans "l'œil du cyclone", obligés d'ouvrir la voie pour une autre infanterie. Les militaires maintenant nous semblent beaucoup plus ignorants de ce qu'est vraiment la guerre, comme le souligneront encore quelques scènes rajoutées plus loins, renforçant ainsi leur naïveté, et plus généralement la naïveté des soldats sur la nature réelle d'un combat.

A y regarder de plus près, le montage de la version cinéma ne montrait pas le sergent faire son discours, mais se focalisait sur ses soldats en train de l'écouter.
Dans le "Director's cut", les plans sont alternés entre les soldats et le sergent leur parlant de face, ce qui prouve bien qu'il s'agissait du dialogue tourné, qu'il s'agit bien de la version voulue par John Woo à l'origine et qui fût modifiée par un nouveau doublage du même comédien lors de la post-production!
Le signe très clair donc d'une modification d'une scène clef par le studio producteur du film, heureusement rétablie dans la version du réalisateur.

Ont été supprimées ensuite toutes les cartes animées qui apparaissaient entre deux scènes pour nous montrer la progression des soldats. Au même moment aussi nous entendions d'autres codetalkers, que nous ne voyons jamais, parler entre eux via radio, expliquant les uns aux autres les manœuvres qu'ils effectuaient pour que nous, public, comprenions l'avancée stratégique de l'histoire, ou juste parfois pour rendre hommage à l'un d'entre eux disparu.

On devine par là que le studio voulait rajouter le plus de Navajos possibles dans le film afin de justifier le "s" du titre Windtalkers, allant même lors de l'un de ces dialogues jusqu'à expliquer l'origine de ce mot. Soucis extrême donc que les spectateurs comprennent le message, et crainte qu'il n'y ait pas assez d'explications militaires pour que le public ne suive le film, mais c'était oublier que John Woo n'avait pas fait un film "sur" les Windtalkers mais un film anti-militariste "à travers" les Windtalkers. Il n'en avait donc besoin que de deux, interprétés par Adam Beach et Roger Willie, qui d'ailleurs ne rentreront jamais en contact avec d'autres Navajos que par radio en transmettant des coordonnées durant le feu de l'action. En rajouter était donc inutile. Et étaler la progression du bataillon aussi.

Beaucoup de plans plus violents ont également été rajoutés au cours du film. Certaines scènes sont beaucoup plus longues et éprouvantes, le nombre de morts et l'horreur des combats renforce l'absurdité de leur violence.

La conclusion du film elle aussi change totalement, avec venant se rajouter sur les images de Monument Valley la voix-off d'une lettre de Enders à Rita, à notre grande surprise pleine d'espoir. Mais SURTOUT, le plan aérien au dessus de Monument Valley est montré dans son intégralité, et c'est finalement sur celui-ci qu'apparaît le texte de conclusion à la gloire des Navajos et de leur code qui ne fut jamais décodé par les japonais, et non pas comme dans la version cinéma sur fond d'un drapeau américain!
De plus l'image d'Enders courant devant les vagues (reprise du début) du film a aussi été supprimée.

En conclusion, si "Windtalkers" était déjà un film magnifique dans sa version cinéma, il prend ici dans ce "Director's cut" toute son ampleur.
Il ne s'agit pas de rajouts opportunistes, mais bien d'apports à l'histoire, plus engagée contre la guerre, et surtout aux personnages beaucoup plus consistants, avec une mention spéciale au héros interprété par Nicolas Cage, devenant beaucoup plus inquiétant. Certains éléments perturbateurs ont par la même occasion été modifiés, dont aucun n'est à déplorer bien au contraire.

Scénario : John Rice , Joe Batteer
Musique : James Horner
Durée : 134 min
Sortie France : 04 Septembre 2002
Sortie US :
Budget : 100.000.000 $

Comment voir le film ?

Regardez Windtalkers: Les Messagers du Vent en streaming en version française ou en version originale en cliquant sur les liens ci-dessous :

Publicité Horreur.net ne se rémunère que grâce à la publicité et aux programmes d'affiliation. Si vous souhaitez participer au financement du site, rendez-vous ici

Critiques Spectateurs

Pendant que des Navajos comme Yahzee se font recruter par le service communication de l'armée, Enders et ses hommes se font trucider sur le front. Yahzee et Enders vont par la suite devoir suivre un chemin commun... Des gros lourds de ricains arrogants et des "Indiens" moins bête que...Lire la suite

John Woo s'attaque au film de guerre, et il le fait a sa façon , c'est à dire en mettant en scène des séquences de fusillades assez intenses ou le héros du film dégomme leur adversaires par poignée. Alors vous pourriez pensez que cette histoire de messagers est bidon ? Non c'est c'est véridique !...Lire la suite

John Woo est certes très doué lorsqu'il s'agit de filmer une blanche colombe déployant majestueusement ses ailes au-dessus de deux néenderthaliens s'échangeant d'aimables tatanes, mais force est de constater que le bonhomme peine à contenir ses excès de style ... En effet, là où un Spielberg filme...Lire la suite

A propos du realisateur

John Woo
(né le 23 septembre 1946, Guangzhou, Chine)
On lui doit également :
The Robinsons: Lost in Space
Les Associés
Les Repentis