Dario Argento

Dario Argento

Biographie

Argento est né à Rome le 7 septembre 1940. C'est le fils du producteur Salvatore Argento. Donc, dès sa naissance, il est baigné dans l'atmosphère du cinéma. Mais, avant d'être le célèbre réalisateur qu'il est devenu par la suite, il débute en tant que critique de films dans un journal romain.

Il fit ses armes de scénariste aux côtés de Bernardo Bertolucci en écrivant le script du western spaghetti de Sergio Leone, " Il était une dans l'ouest" en 1967. Plusieurs scénarios plus tard, Argento fît finalement ses débuts derrière la caméra à l'occasion de L'oiseau au plumage de cristal en 1969. Giallo classique mais magnifiquement mis en scène qui connaitra le succès en Italie.
Ses films consacrés en grande partie à un univers fantasmagorique sont avant tout une histoire de famille; c'est d'abord son père qui produit ses filles,ensuite il fait jouer sa fille Asia dans ses dernières productions. Dario Argento est certainement l'un des premiers réalisateurs à avoir eut conscience de l'utilisation de la steadycam, dont il fait une grande utilisation. Ce qui confère un charme indéniable à ses films. Il est à remarquer qu'à la manière de John Carpenter, il se laisse tenter une fois à la composition musicale, à l'occasion de Suspiria.

L'ensemble de l'oeuvre de Dario Argento est placé sous l'empreinte du giallo, un style mi policier, mi-fantastique avec des éléments horrifiques loin d'être négligable. Une marque de fabrique qui fait mouche, notamment à l'occasion de ses films les plus célèbres: Les frissons de l'angoisse en 1975, Suspiria en 1977, Inferno en 1978, Ténèbres en 1982. Dario a laissé inachevé sa trilogie sur les trois mères. Pour l' instant, seuls Suspiria et Inferno ont été réalisés.

Au début des années 70, Argento réalisera 2 autres giallos qui constituent avec L'oiseau au plumage de cristal la trilogie des animaux: Le chat à neuf queues et Quatre mouches de velours gris. Dès lors, Argento est considéré comme un spécialiste du genre et commence à se faire une notoriété en Italie

Après s'être éloigné du genre avec le film historique Cinq jours de révolution, Argento va signer son premier chef-d'oeuvre: Les frissons de l'angoisse / Profondo rosso. Chef-d'oeuvre du genre comprenant des scènes extrêmement gores, le film sera censuré dans certains pays mais affichera au grand jours la maestria du réalisateur.

Au sommet de son art, Argento va créer l'évènement en 1977 lors d'une célèbre projection au festival du film fantastique de Paris au Rex avec Suspiria son plus grand chef-d'oeuvre. D'un style visuel unique, le film est le premier à aborder le genre fantastique chez le réalisateur. Prenant pour base la sorcelerie, Argento livre une oeuvre envoutante comme l'on en a jamais revue depuis. Le film est un triomphe qui consacre définitivement le cinéaste comme un maître de l'horreur, les meurtres étant il est vrai particulièrement sanglants

2 ans plus tard, Argento continuera dans la voie tracée par Suspiria en donnant un second volet à sa trilogie inachevée des trois mères. Poussant encoe plus loin son expérimentation sur les éclairages, Inferno est un film étrange mais magnifique. Moins violent et brut que ces précédents films mais d'une maîtrise technique irréprochable. Un film qui connaîtra un succès moindre que Suspiria , mais encore un sommet dans l'oeuvre du metteur en scène.

Entre ces 2 film, Argento se fera également remarquer en coproduisant le chef-d'oeuvre de George A. Romero Zombie / Dawn of the dead, en effectuant le montage européen et en rajoutant pour le chanceux vieux continent la musique si particulière des Goblins. Renforçant par cette occasion l'oeuvre de Romero.

En 1982, Argento reviendra au giallo de ses débuts. Enquête policière classique sur les méfaits d'un tueur Ténèbres va surprendre par son imagerie glaciale et par son ambiance originale. Bien qu'inférieur à Profondo rosso, le film n'en demeure pas moins un sommet de gore grand guignolesque à l'image du meurtre au bras coupé censuré dans de nombreux pays.

Pour beaucoups de fans du réalisateur, Phenomena (1985) marque le début de la fin et le commencement de la recherche de la gloire passée du cinéaste. Loin de ses pièces maîtresses d'autrefois, le film fascine cependant par son atypisme et par quelques scènes gores bien efficaces, et constitue malgré tout l'un des bons films d'Argento.

En 1987, Terreur à l'opéra va sortir dans un quasi anonymat mondial. Pour beaucoups Argento est sur le déclin. Malgré tout opera est un film efficace qui réserve son lot de surprises, un film à redécouvrir avec le recul.

Trois ans plus tard, Argento va pour la première fois s'expatrier et tourner en compagnie de son ami George A. Romero un segment de l'anthologie Deux yeux maléfiques, qui bien que sympathique ne révolutionne en rien le genre.

Cependant, ce dernier film lui ouvrira les portes de financements Américains pour son prochain film: Trauma. Tourné pour la première fois avec dans le rôle principal, sa propre fille Asia Argento, le film présente des aspects intéressant mais malheureusement Argento semble être rentré dans le rang. Edulcoré par les studios Américains le film ne présente que peu de rapport avec la force et la folie de l'oeuvre du cinéaste. Film sympathique mais sans relief, Trauma peine à trouver son public et s'avère au final un échec commercial qui sortira directement en vidéo dans de nombreux pays.

En 1996, Argento retourne en Italie pour tourner Stendhal Syndrome avec sa fille Asia Argento une nouvelle fois. Encore une fois, le film déçoit mais amorce une forme de renouveau pour le réalisateur. Oeuvre réellement atypique mais déséquilibrée, Stendhal Syndrome intrigue et surprend mais une nouvelle fois, le film peine à trouver son public et des distributeurs.

On pensait Argento quelque peu revigoré par son dernier film et prêt à nous redonner une oeuvre forte et baroque comme à ses débuts. A ce titre, l'adaptation du roman de Gaston Leroux Le fantôme de l'opéra semblait tout indiquée pour relancer la carière du cinéaste. La déception sera à la mesure de l'attente. Argento nous livre un film laid, mal joué et mal réalisé (un comble). Echec et ratage quasi total, le film n'est sauvé du naufrage total que par la présence de la sublime Asia Argento. Dès lors, beaucoups croit à la mort artistique du cinéaste qui n'est plus que l'ombre de lui-même.

Le renouveau va cependant venir en 2001 avec la sortie d'un giallo à l'ancienne: Le sang des innocents / Non ho sonno. Le film va relancer la carrière en rencontrant un petit succès en Italie et en étant distribué à l'étranger. Revenant aux sources de son oeuvre, Argento livre un film efficace qui sans retrouver la verve et l'efficacité des ses films phares, parvient à nous captiver grâce à de réels moments de terreurs et de maestria (la scène du train).

En 2003, Argento réalise un nouveau giallo qui trouvera une nouvelle fois le public transalpin: Il cartaio mais qui pènera encore une fois à trouver une distribution internationale.

Après avoir signé une production TV, Vous aimez Hitchcock ?, il participe à l'aventure initiée par Mick Garris, celle des Masters of Horror. Il réalise ainsi deux épisodes, qui seront bien accueillis par l'audience: Jenifer et J'aurai leur peau !.

En 2007, sort enfin (mais en France directement en DVD) le dernier volet de sa trilogie des Mères, intitulé Mother of Tears. Le film ne recevra qu'un accueil mitigé.

En 2009, devrait sortir son nouveau film, Giallo, qui devrait être un véritable hommage au genre du même nom.

KEVIN