Voir la fiche complète du film : Amityville 1993 : Votre heure a sonné (Tony Randel - 1992)

Amityville 1993 : Votre heure a sonné

Un sixième opus d’une rare indigence où l’aspect comico-horrifique décrédibilise une histoire déjà peu portée sur la cohérence et le sérieux de son sujet. Une incursion laborieuse et idiote où chaque manifestation paranormale est l’objet d’une débâcle en règle.
Publié le 26 Avril 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Amityville 1993 : Votre heure a sonné
2

La production effrénée de suites exige un retour sur investissement immédiat. Peu importe leur pertinence ou leur qualité intrinsèque, pourvu que l’ivresse de la planche à billets fonctionne. Comme de nombreuses sagas cinématographiques, Amityville s’est fourvoyé dans les DTV opportunistes et ne semble guère en mesure d’inverser la tendance. Le concept est essoufflé, mais cela n’empêche nullement d’enchaîner les suites aussi farfelues qu’affligeantes. Le mal nommé Amityville 1993 (1992 aux États-Unis) succède donc à l’exécrable film de Tom Berry. En terme de cohérence, il n’y a aucun lien avéré entre chaque métrage et les allusions au 112 Ocean Avenue sont de plus en plus ténues et tirées par les cheveux.

Les joies de l'architecture contemporaine

En l’occurrence, la présente histoire recycle le concept du quatrième opus en invitant un objet hanté dans une demeure cossue. Ici, il ne s’agit pas d’une lampe, mais d’une horloge. L’idée paraît toujours aussi farfelue, mais ce qui mine l’a priori, outre le manque d’inspiration flagrant, reste le traitement qui lui sera fait. Du côté des éléments présentant un minimum d’intérêt, on peut s’attarder sur la manipulation de l’espace-temps. Cela permet de mieux troubler les résidents de la maison et de flouer la réalité elle-même. Seulement, elle s’enlise dans un scénario informe qui la tourne en ridicule, un peu comme l’une des victimes en fin de parcours...

Au lieu de développer une ambiance anxiogène, la narration nous inflige des séquences toutes plus pathétiques les unes que les autres. Les phénomènes paranormaux jouent la carte du grand-guignolesque pour se manifester. On songe notamment au comportement erratique du père, victime d’une infestation peu ragoûtante ou à la scène de masturbation avec le miroir (ou plutôt l’entité qui s’y terre). Cela sans compter la mort d’une voisine, littéralement poignardée par le bec d’un oiseau géant, mascotte d’un camion de glace. Ça ne s’invente pas! On en viendrait presque à regretter les sempiternelles portes qui claquent, les murmures d’outre-tombe et autres effets éculés.

Emballage soigné pour cadeau endiablé !

Et ce ne sont pas les protagonistes qui permettront de limiter les dégâts. Bien au contraire, les caractères sont inconsistants et leurs réactions improbables, voire contradictoires. Il n’y a aucune nuance, ne serait-ce que dans la folie du père ou la personnalité délurée de l’aînée qui passe de prude en nymphomane en un battement de cils. Ajoutons à cela l’éternel adolescent rebelle porté sur l’ésotérisme et la belle-mère qui invite son amant au domicile de son ex et l’on obtient un triste portrait de familles, à défaut d’un ménage à trois. Soit dit en passant, ce dernier point reste assez confus avec des allusions et des raccourcis incohérents.

Quant à une très hypothétique affiliation avec Amityville, on sombre dans des explications aussi succinctes qu’invraisemblables. On évoque Gilles de Rais qui aurait pris possession de l’horloge pour continuer ses exactions. Finalement, on refait marche arrière et ce serait un démon qui aurait conduit le personnage historique à ses actes. Toujours est-il que l’objet en question a fait un passage par le 112 Ocean Avenue et serait responsable des crimes et des faits surnaturels s’y étant déroulés. Comment peut-on débiter un tel tas d’âneries avec autant de convictions? Un mystère qui est en passe de supplanter l’affaire Amityville elle-même...

Quand on vous dit que la réponse se trouve souvent dans les livres...

Au final, ce sixième volet s’insinue toujours plus profondément dans les strates malléables de la connerie scénaristique de bas étage. Eu égard à ses justifications rocambolesques sur le mal qui voyagerait à travers l’espace et triturait le temps à sa guise, l’histoire ne tient pas la route et se paie le luxe de se perdre dans un humour involontaire, lourd et inutile. Tout est sujet à tourner en dérision le film de hantise sans jamais accrocher l’attention du spectateur si ce n’est par la stupidité latente de l’objet (le métrage, comme l’horloge). Point d’orgue de cette débandade, le dénouement achève une pénible incursion dans la saga Amityville. Mention spéciale aux erreurs de cadrage et à des plans récurrents où les perches et les micros se voient comme le nez au milieu de la figure. Fauché et ridicule jusqu’au bout!

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Freddy contre Jason
Le fameux crossover entre Freddy Krueger et Jason Voorhees a enfin vu le jour en 2003. Une rencontre attendue par des millions de fans. Le film aura connu un "development hell" qui a fait couler pas mal d'encre depuis l'annonce du projet. Au départ, le maquilleur Rob Bottin ( The Thing ) était pressenti pour être le réalisateur du film. Mais bon, comme toujours, les producteurs...
Yétis : Terreur en montagne
S’attaquer au mythe du yéti, c’est un peu comme entreprendre l’ascension d’une montagne, du moins avec la volonté de proposer un métrage de qualité. Mais la cryptozoologie est aussi malmenée que la zoologie «classique». Ces créatures mythiques sont remisées au stade de monstres bouffeurs de chairs humaines décérébrées. Yéti et La fureur du yéti sont des...
Mega Piranha
Les films "made in Asylum", c'est toujours quelque chose depuis que la firme s'est spécialisée dans les Mockbusters Nanards. Pour les néophytes, un mockbuster est une copie d'un film à gros budget (un Blockbuster donc) faite avec des moyens très limités. Par exemple, les Italiens ont pendant longtemps été des spécialistes de ce genre particulier, au même titre que les Turcs d'ailleurs. La...
Phantom Racer
Comme vous le savez peut-être, les Américains aiment les courses de Nascar, sorte de bolides urbains qui tournent en rond sur un circuit fermé dont vitesse et prise de risque sont les maître mots. Genre quasiment inconnu en France, il s'agit pourtant d'un sport automobile que l'on voit souvent à la télé ou parfois dans des films. Je pense bien évidemment à Destination Finale 4 ...
Star Trek: Générations
L'équipage légendaire de la série originelle se faisant plus que vieillissant et bedonnant (Kirk et Scotty en tête), il était temps pour ce septième film de donner un nouveau souffle à la saga Star Trek en introduisant enfin l'équipage de la bien nommée série Next Generation . Mais pour que la transition se fasse en douceur, quoi de mieux que de faire se rencontrer les deux capitaines pourtant...