Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Affamés (Steven Hentges - 2009)

Affamés

Cinq personnes se réveillent dans un endroit clos et n'ont que de l'eau pour survivre. Une série B de très bonne facture, apportant une nouvelle approche sur le thème du cannibalisme.
Publié le 5 Avril 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Affamés
8
**Attention, cette critique contient des spoilers.**

Cinq personnes se réveillent dans un endroit clos et sans lumières. Ils ne se connaissent pas et n'ont que de l'eau pour survivre. Un jour, ils trouvent un scalpel et un message explicite de leur ravisseur !

Désormais, à chaque huis clos qui sort, on ne peut s'empêcher de le comparer à Saw.
Affamés s'en éloigne pourtant, délaissant un visuel gore (toutefois présent en seconde partie de métrage) pour soulever des questions hautement plus idéologiques. Que feriez vous si vous étiez enfermé avec quatre inconnus dans une sorte de puits, avec deux mois de ration d'eau, en sachant que votre corps ne pourra pas survivre sans nourriture au delà du premier mois ?

A l'image du drame de la Cordillère des Andes, survenu en 1972, la question du cannibalisme a toujours fait polémique !
Dépasser le fondement même de l'Humanité dans le seul but de survivre, voici la question qui se pose pour les cinq victimes de leur étrange hôte, un voyeur qui analysera en détail chacune de leurs réactions, égratignant au passage notre singulier goût pour une télé-réalité qui se veut de plus en plus intimiste et malsaine.

La personnalité du kidnappeur est plutôt complexe.
Muet tout au long du métrage, celui-ci essaie visiblement de légitimer son geste qui le poussa, enfant, à dévorer le cadavre de sa mère après un terrible accident de voiture. Ainsi, si ces victimes finissent par devenir cannibales par nécessité, cela le rendra plus "humain". Pour se prouver sa normalité, il répète visiblement ses expériences.

Doté d'un faible budget (cf ses décors, réduits à l'essentiel), Hunger puise sa force dans l'analyse de la descente aux enfers, à la fois physique et psychologique, des victimes.
Laissant l'héroïsme de côté, Steven Hentges délaisse le clinquant pour se livrer à une description aussi concise qu'efficace du sentiment humain lorsqu'il est aux prises avec un problème qui dépasse son entendement. Dès lors, pas étonnant à ce que chacun redéfinisse rapidement ses priorités, et privilégie l'instinct de survie, unique sentiment rapprochant encore l'être humain de l'animal.
Nous assisterons donc, durant la seconde moitié du film, à la mise à mort des plus faibles (la scène de la première victime ramène ses bourreaux au rang d'animaux enragés, voire de zombies), dépeignant des "héros" assez pitoyables, et ironisant donc sur notre statut d'être civilisé.

Cette vision sans concession offre à ce film un aspect réaliste particulièrement salvateur, le spectateur se laissant embarquer avec un plaisir trouble dans cette lutte à mort à l'issue hautement improbable.
Malgré l'absence de moyens, le film fonctionne grâce à une mise en scène au cordeau, évitant de tomber dans le consensuel, afin de résumer au mieux l'essentiel. Hormis quelques excès (le côté zombies des deux bourreaux après le premier meurtre), les comédiens sont tout à fait crédibles, en particulier celui du ravisseur (plus humain que dans la plupart des autres films, et lui aussi victime, en fin de compte).

On ne voit finalement pas le temps passer jusqu'au dénouement. Celui-ci peut être appréhendé de différentes manières. Il pourra quelque peu laisser le spectateur sur sa faim.
En effet, sans être expédié, il ne sort pas du carcan habituel, tranchant ainsi avec le reste du film. La dernière survivante, la seule à ne pas avoir succombé à l'appel de la chair (avec la première victime), trouve encore les ressources suffisantes, après plus d'un mois sans manger, pour piéger son geôlier. Sa motivation est certes louable et compréhensive, mais peu crédible au regard de son emprisonnement.

Néanmoins, cet happy end propre à nos confrères d'outre-Atlantique ne doit en rien retirer tout le mérite qui revient à cette série B de très bonne facture, apportant une nouvelle approche réussie sur le thème toujours sensible du cannibalisme au sein de la société du XXIème siècle.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Bring Me the Head of the Machine Gun Woman
Être chroniqueur de films, c'est parfois se taper des navets innommables que l'on aurait voulu éviter à tout prix (le douloureux souvenir de La véritable histoire de Blanche Neige hante encore mes nuits froides et glaciales...), mais c'est aussi, heureusement, tomber sur de petites pépites que l'on n'aurait jamais découvertes en temps normal. Prenez Bring Me the Head of the Machine Gun Woman ,...
The River
À nouveau associé à une série télévisée, le nom de Steven Spielberg en tant que producteur a du mal à faire rêver. En 2011, la déconvenue de Terra Nova aurait pu refroidir ses ardeurs sur le petit écran. Mais l'illustre cinéaste ne se démonte pas face à l'échec. C'est ainsi qu'il récidive avec The river . Un projet ambitieux qui mêle aventures et horreur. À la base du concept ?...
X-Men Origins : Wolverine
Le passé de Logan/Wolverine ayant déjà été longuement évoqué dans X-men 2 , était-il réellement nécessaire d'y revenir une nouvelle fois? Poser la question c'est bien sûr y répondre, même si la création du plus célèbre des mutants reste un sujet en or... De plus, la volonté commerciale clairement affichée par la Fox avait déjà voué ce X-Men Origins : Wolverine à l'enfer des critiques...
Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...
The legend of Boggy Creek
Les films relatant les méfaits du bigfoot ou du sasquatch ont pris leur essor dans les années 1970. The Legend of Boggy Creek s’avance comme le fer de lance de ce sous-genre du survival animalier. Son succès a suscité bon nombre de vocations par la suite ; certaines plus dispensables que d’autres. S’appuyant sur de véritables témoignages et des faits divers, l’intrigue...