Voir la fiche complète du film : Bad Milo ! (Jacob Vaughan - 2013)

Bad Milo !

Un film plaisant beaucoup moins con qu'il n'y paraît...
Publié le 16 Avril 2014 par AqMEVoir la fiche de Bad Milo !
8

Les monstres existent, tout comme les fantômes, spectres et autres créatures malfaisantes. Ils sont en chacun de nous comme l’a si bien écrit Stephen King. Ils sont notre part sombre, notre côté obscur, celui que l’on réprime car on sait se maîtriser et vivre dans de bonnes conditions. Si certaines personnes ont plus de mal que d’autres, ceux-là deviennent des psychopathes ou des psychotiques cédant à la moindre pulsion. Alors bien évidemment, le cinéma de genre a déjà exploré ce côté malsain, autant sur les histoires de tueurs en série que sur les plus célèbres boogeymen de l’histoire. L’aspect comique a été consommé depuis longtemps aussi avec de nombreuses parodies. Mais que faire si ce côté sombre se matérialise vraiment et réalise nos fantasmes les plus sanglants ? C’est un peu le fond du problème que propose Bad Milo !, un film complètement barré, à la créature improbable et la trame narrative ahurissante. Retour sur un film plus psychologique qu’il n’y paraît et qui parle de nos névroses freudiennes.


Caca mou !

Le scénario de ce film est vraiment tiré par les cheveux. Ken travaille dans une entreprise et il se voit changer de poste. Il va devoir annoncer aux employés leur licenciement. Pour couronner le tout, son bureau est transféré dans les toilettes et son coéquipier est un gros boulet. Comme si ça ne suffisait pas, sa femme lui annonce qu’elle est enceinte. Déjà bien malade au niveau des intestins, tout cela va lui déclencher un malaise et il va s’apercevoir que ces douleurs sont dues à un être qui vit dans son anus et qui a une fâcheuse tendance à bouffer toutes les personnes qui contrarient Ken et lui-même. Mais le grotesque du pitch ne s’arrête pas là. En effet, on va apprendre pas la suite que Ken ne peut pas se débarrasser de ce monstre, car il fait partie de lui et s’il le tue, il deviendra un légume. En lisant ceci, on pourrait croire que Bad Milo ! est un film qui lorgne du côté du navet et qui n’a rien d’intéressant à proposer. Mais c’est bien le contraire, car il s’agit d’un ovni qui reste très fun et pas si bête que ça.

En dehors du propos scato qui pourrait paraître complètement absurde, le film traite de la non volonté de grandir et surtout des conséquences des actes que l’on aimerait faire. Milo, le petit monstre, commet les meurtres que souhaiterait faire Ken et ce dernier voit que tout cela n’est vraiment pas correct et que ce qu’il en découle est vraiment dramatique. Mais le pire dans tout ça, c’est que l’on se prend vite d’affection pour ce monstre d'excréments. Le réalisateur le rend violent au départ, mais il justifie ses actes avec des crétins qui le méritent presque. Par la suite, il va montrer le monstre de manière calme et sage, avec un grand regard noir et attendrissant. De ce fait, on ne sait pas si Milo est totalement méchant ou gentil comme un petit chaton. Bref, le traitement du monstre et des personnages est plutôt correct.

On regrettera par contre une fin quelque peu stupide avec un monstre qui rebondit sur les murs. Le choix de prendre une marionnette pour faire le monstre est une très bonne idée, on ressent un profond respect pour les années 80, mais ce choix a deux défauts. Le premier est que le côté réaliste en prend un coup. On voit les points d’articulation et même si les passages en gros plan sont drôles, on n’arrive pas à s’écarter du fait que ce soit une poupée. Ensuite, lors des phases d’attaque et de morsure, on a l’impression d’assister à un mauvais nanar avec des acteurs qui sont obligés de surjouer, surtout sur la scène finale qui reste assez ridicule.


Chéri, c’est une hache que tu as dans les mains, pas un club de golf...

Néanmoins, on ne peut qu’encourager ce genre d’initiative qui évite les effets numériques qui sont souvent bien pires. Et puis les effets gores sont plutôt bien fichu en atteste cette scène où Milo arrache un phallus avec les dents. En terme d’acteurs, c’est plutôt pas mal, Ken Marino est très bon dans son rôle de jeune homme qui ne veut pas prendre de risque alors que Gillian Jacobs est assez énervante. On notera la performance de Peter Stormare en psychologue de bas étage qui essaye de pratiquer l’hypnose et qui est vraiment très drôle.

Au final, Bad Milo ! est un film très intéressant et plutôt sympathique. Doté d’un sujet complètement inédit qui laissait présager le pire, le film s’avère plaisant et surtout, bien réalisé. Les acteurs sont bons dans l’ensemble et la créature demeure très attachante. Si certaines scènes restant bas de plafond et en dessous de la ceinture, on est quand même devant un film de qualité et beaucoup moins con qu’il n’y parait. Comme quoi, il y a de l’avenir dans le trou du cul et pas seulement un trou noir...

Autres critiques

Amityville 2 : Le possédé
Le premier film de la saga Amityville se penchait sur la période d’habitation de la famille Lutz. Arnaque opportuniste ou cas avéré de maison hantée, l’intrigue se développait sur l’influence latente de l’assassinat de la famille DeFeo. Ce dernier point étant un argument de poids pour soutenir l’aura glauque des lieux. À peine évoqué en début de métrage, ce fait...
Mama
Avant de même de sortir en salle, Mama dispose d'une solide réputation confirmée par la pluie de récompenses lors du dernier festival de Gerardmer (dont le grand prix). Tant la critique que le public a été conquis par ce premier long-métrage. Il est vrai que le cinéma hispanique est capable du meilleur dans le domaine comme du pire. Pour appuyer les bons a priori que l'on se fait du film,...
Brynhildr in the Darkness
Avec Elfen Lied , chef d’œuvre incontesté, Lynn Okamoto offrait à l’animation japonaise l’une de ses plus sombres et poignantes histoires. Une petite dizaine d’années plus tard, son successeur connaît également une adaptation télévisée. Sans être une suite directe, il est facile d’y déceler la patte graphique et les thèmes exploités par le mangaka. Si Elfen Lied...
Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes
Cette critique contient quelques spoilers Après trois Détour Mortel qui semblaient avoir épuisé le filon jusqu'à l'os, on ne s'attendait pas à voir revenir nos psychopathes congénitaux pour une quatrième aventure. Il faut dire qu'après un premier opus très réussi, une suite un peu deçà et un troisième opus sympathique mais flirtant parfois avec les limites du grotesque, on pouvait se demander...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...