Voir la fiche complète du film : Bangkok Haunted (Oxide Pang Chun, Pisut Praesangeam - 2001)

Bangkok Haunted

Un film à sketches peu emballant...
Publié le 14 Décembre 2012 par AqMEVoir la fiche de Bangkok Haunted
4

Dès que l'on me parle de film à sketches, je pense immédiatement à l'excellent Creepshow. Mais d'un autre coté, cela me fait aussi penser à 3 histoires de l'au-delà, film à sketches asiatiques qui m'avait laissé perplexe, suscitant plus mon ennui que mon adhésion. Il faut dire que les films de fantômes essayant d'instaurer une ambiance sont assez difficile à mettre en place dans un moyen métrage, et pour cause, il est nécessaire de d'abord mettre en avant une ambiance lugubre et angoissante pour ensuite mieux surprendre le spectateur. Mais avec moins de temps, bien souvent la partie ambiance est bâclée et le film ne marche pas. Dans ce film, les trois métrages ne sont tout de même pas axés sur le même thème. On va avoir droit à du fantôme, mais aussi à un peu de sorcellerie et un thriller à tendance psycho horrifique. Mais que vaut tout cela? Les trois histoires sont-elles égales? Le film n'est-il pas trop déséquilibré à cause de tronçons ennuyeux à mourir?


Un p'tit massage et je te remets tout ça en place

Les trois scénarios de ce film se rejoignent en un point central que l'on ne découvrira qu'à la fin du premier segment. En effet, les trois tronçons s'articulent autour d'une discussion entre trois filles dans un bar de Bangkok. Chacune à leur tour, elles vont essayer de raconter l'histoire la plus effrayante qu'elles connaissent.
La première raconte la malédiction et la hantise d'un tambour que va acquérir une jeune femme. Bien entendu, on aura droit à des apparitions et à des passages dans le passé pour comprendre le pourquoi du comment de la malédiction. Bref, rien de bien convaincant.
Le deuxième segment est un poil plus intéressant car il narre les aventures amoureuses et sexuelles d'une jolie nana qui va user d'une potion pour rendre fou d'amour tous les mecs. Malheureusement, tous les mecs succombent au sens propre comme au sens figuré, une fois le biscuit trempé. Histoire un peu plus sympathique, mais je me demande encore pourquoi cette jolie jeune fille a besoin d'utiliser une telle merde pour charmer ses partenaires !
Enfin, le dernier segment est résolument le plus intéressant. Un policier va enquêter sur le suicide d'une femme enceinte qui semble suspect. Il pense d'abord à son mari puis à son amant, pour avoir un twist final assez sympathique quoique déjà vu.

Le problème avec les films à segments, c'est qu'il faut que le film aille droit au but. On a pu le voir avec Creepshow dans lequel les histoires sont rapides, efficaces et les évènements s'enchaînent rapidement pour ne laisser aucun temps mort. Malheureusement, on connait la propension des films asiatiques à mettre des plombes pour faire apparaitre un monstre, un fantôme ou un tueur. Seulement ici, le problème, c'est que le format de 45 minutes pour faire une histoire ne fonctionne pas. La raison en est simple : l'ambiance n'est pas suffisamment ancrée dans le métrage et les personnages, au potentiel avéré, se retrouvent bâclés et expédiés. Ceci dit, cette remarque concerne surtout dans les deux premiers segments, car le dernier, réalisé par Oxide Pang est plus maîtrisé et plus prenant, mais encore une fois il ne s'agit nullement d'esprits ou de fantômes. En outre, l'ambiance du premier segment est trop délétère et le second possède trop de retenue. C'est dommage, car il y avait matière à faire quelque chose de bien sympathique.


Excusez moi madame? On pourrait avoir un glaçon pour l’apéro s’il vous plait?

C'est généralement à ce moment que j'aborde les acteurs et actrices du film. Et pour ne pas changer mes habitudes, je vais donc parler d'eux. Dans le premier métrage, il y a un très gros problème qui m'a profondément dérangé. L'actrice contemporaine ressemble à s'y méprendre à celle de la légende du tambour. Jusque là, il n'y a pas trop de soucis. Mais comme le réalisateur (je vous épargnerai le nom) s'amuse à mélanger les deux époques, on ne sait plus où nous en sommes et tout cela devient vite brouillon. C'est dommage car l'actrice jouait plutôt pas trop mal. Dans le deuxième segment, il y a un autre problème. C'est que l'héroïne n'est pas crédible du tout. Elle est belle comme tout et doit utiliser une potion ? Ça sent le foutage de gueule ça! Par contre, dans le troisième segment, les acteurs sont vraiment convaincants. Le policier, assez torturé, est surement le personnage ayant le background le plus fort de tout le film. De plus, l'acteur l'incarne bien, c'est assez sérieux et crédible. Les personnages secondaires sont eux aussi convaincants et c'est cela qui en fait le segment le plus solide et le plus rigoureux.

Comme tout le monde le sait dorénavant, qui dit film de fantômes, dit absence de gore au profit d'une ambiance lourde et d'effets surprenants ayant pour but de faire sursauter le téléspectateur. Dans le premier segment, on attendra très longtemps avant le quelconque effet. D'ailleurs, on attendra jusqu'à la fin du métrage. Tous les effets sont téléphonés et la peur, voire le mal être du spectateur sont aux abonnés absents. Dans le deuxième tronçon, il n'y a pas plus d'effets gores. A l'image d'un téléfilm érotique soft, on est ici en présence d'un métrage qui se retient et qui ne va pas au bout des choses. C'est bien dommage, et cela nuit vraiment à ce moyen métrage. Enfin, dans le troisième et dernier film, il n'y a là non plus pas de gore. Par contre, les passages de l'enquête sont assez intéressants et la luminosité, très souvent bleue, reflétant le froid, semble s'immiscer en nous. Du coup, on frisonne un peu, mais plus de froid que de peur.


Moi, j’utilise souvent des escalopes pour les cernes, et ça marche!

Au final, Bangkok Haunted est un film décevant, mais surtout très inégal. Si les deux premiers segments sont assez longs et chiants, le troisième s'avère être plus dynamique, plus surprenant et plus maîtrisé. Les amateurs de gore peuvent passer leur chemin, alors que ceux qui aiment l'Asie, les fantômes aux yeux bridés, et les petites asiatiques en manque de sexe seront peut-être comblés.
Bref, un film qui ne laisse pas de grand souvenir malgré un potentiel certain. Je rajouterai que la toute fin est tout de même assez minable et fait un effet de « je ne savais pas quoi faire, alors j'ai fait ça », et termine le film comme une mauvaise farce. En gros, je me suis assez ennuyé devant ce métrage ; seul le dernier passage vaut le coup d'oeil.

Autres critiques

Un Coup de Tonnerre
Il n'y a rien à faire, malgré que le sujet ait été exploité à de multiples reprises, chaque film abordant le voyage dans le temps et ses conséquences attise encore la curiosité. Il faut dire que les possibilités sont infinies et que voir ce qu'aurait pu devenir notre monde si tel ou tel événement s'était produit reste toujours très excitant. Bien fait, ça peut donner des choses telles...
Continuum
Le voyage dans le temps est une thématique récurrente de la science-fiction. Développé à maintes reprises par les romanciers, repris par le cinéma et décliné fréquemment pour la télévision, ce sujet ne cesse d’alimenter nos écrans et la culture sous toutes ses formes (ou presque). Aussi, il est assez difficile d’offrir un concept novateur dans cette catégorie, à tout le moins le...
La Famille Addams : les Retrouvailles
Le problème d'un film comme La famille Addams : Les Retrouvailles c'est qu'en plus de passer après deux excellents films qui avaient eu droit aux honneurs des salles obscures, il se retrouve destiné directement à la télévision. Et même si un téléfilm n'est pas forcément plus mauvais qu'un film de cinéma, que du contraire, avoir à la réalisation un tâcheron comme Dave Payne (...
Pirates de Langkasuka
Au royaume de Langkasuka, les pirates sévissent sur ses paisibles rivages. Les trois souveraines du royaume sont contraintes d'exiger les services d'un inventeur de renom afin de se défendre et d'endiguer cette menace provenant des quatre coins du royaume. La Thaïlande est le foyer d'un cinéma émergeant des plus prometteurs. Outre les productions d'action dont la réputation n'est plus à faire (...
Lucifer
Qu’il s’agisse de séries ou de films, lorsqu’on parle du diable, on a tendance à le dépeindre sous une forme bestiale et maléfique. On le serait à moins dans les cas de possessions, d’endroits hantés ou de confrontations directs avec le malin. Il est certaines œuvres où sa présence est plus suggestive et ambivalente dans son rapport au mal. Représenté comme un séducteur...

Message Important

FB

Depuis quelques mois, nous sommes dans l'incapacité de partager notre contenu comme nous le souhaitons sur la page Facebook d'Horreur.net. En effet, Facebook considère notre site comme "contraire" à leurs Standards de la communauté.
Malgré nos demandes répétées, restées sans réponses, Monsieur Facebook ne nous a pas précisé la raison de ce blocage.

Comme nous aider ?
Si vous avez un compte Facebook, il vous suffit de vous rendre sur cette page : https://developers.facebook.com/tools/debug/?q=horreur.net

Puis de cliquer sur "Veuillez nous en informer".
Nous vous proposons de copier ce message :

"Bonjour, depuis quelques temps, il m'est impossible de partager le contenu de ce site. Pourriez-vous en rétablir l'accès?"

Nous sommes convaincus que, plus vous serez nombreux à informer Facebook et plus nous aurons de chance d'avoir enfin une réponse ! Merci à tous pour votre aide !
L'équipe d'Horreur.net

Critiques de films

10 films indispensables pour Halloween