Voir la fiche complète du film : Batman et Red Hood : Sous le masque rouge (Brandon Vietti - 2010)

Batman et Red Hood : Sous le masque rouge

Under the Red Hood est un excellent film d'animation, basé sur un scénario solide et intéressant. Un must pour les fans de la chauve-souris !
Publié le 12 Avril 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Batman et Red Hood : Sous le masque rouge
10
Clown

Un film Batman est toujours un événement, et puisque les long-métrages live sont plus difficiles et plus longs à mettre sur pied, DC Comics se tourne depuis quelques temps vers l'animation pour raconter les aventures du Chevalier Noir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la qualité est au rendez-vous. Superman/Batman: Ennemis publics, Batman Vs. Dracula, Superman/Batman: Apocalypse, autant d'exemples de métrages animés d'une qualité exceptionnelle.
Rassurez-vous, ce n'est pas ce Under the Red Hood qui inversera cette excellente tendance.


Le Joker, toujours bon pied bon oeil...

Un mystérieux Red Hood prend la ville de Gotham City en main, éliminant les rois de la pègre pour devenir lui-même le caïd numéro 1. Il n'hésite pas à tuer tout qui se met en travers de son chemin. Ce Red Hood n'est pas sans rappeller à Batman l'une de ses vieilles connaissances...


Robin en mauvaise posture...

Le film s'ouvre sur le meurtre de Jason Todd, le deuxième Robin, des oeuvres du Joker. Cet événements, bien connu des amateurs du Comic, traumatisera profondément Batman et ce durant de longues années. Cette séquence d'introduction, violente malgré la quasi absence de sang, donne bien le ton de ce que sera la suite: un dessin animé adulte et sombre.
Basé sur Un deuil dans la Famille et sa suite (qui donne son titre au film), Under the Red Hood est clairement un film qui ne se destine pas aux enfants ou aux jeunes fans de la série. Ici, tout est noir, angoissant, plus proche du ton des Batman de Christopher Nolan que de ceux de Joël Schumacher. Le Joker, imprévisible et amusant dans sa violence, rappelle d'ailleurs l'interprétation qu'en a faite Heath Ledger dans The Dark Knight. Il se montre sadique juste pour le plaisir et fait étalage de sa folie sans complexe, dans le but de déstabiliser le Chevalier Noir.
A noter que dans Under the Red Hood, l'origine de sa transformation en clown psychotique est celle la plus communément admise, c'est-à-dire qu'il tombe dans une cuve d'acide alors qu'il porte le masque de Red Hood. Cette origine était développée dans l'excellent The Killing Joke d'Allan Moore.


L'un des moments les plus traumatisants de la vie de Bat'...

Le Joker n'est toutefois pas le méchant principal de ce long-métrage, puisque Batman est cette fois confronté à son ami et ancien disciple Jason Todd, revenu d'entre les morts. Celui-ci n'est pas un vilain classique puisqu'il s'avère plus complexe et torturé que la majorité du bestiaire des super-vilains. En effet, le but de Red Hood, comme Batman, est de débarasser Gotham City des criminels qui la gangrènent. La différence entre les deux hommes se situe au niveau de la manière: si Batman est partisant d'une méthode "moralement acceptable", Jason Todd est plutôt pour la manière forte. En effet, il n'hésite pas à semer les cadavres des caïds de la pègre pour arrriver à ses fins.
Les différents flashbacks expliquant la relation de Batman et de son ancien protégé rajoutent une petite touche d'émotion inhabituelle et particulièrement bienvenue pour augmenter la tension ambiante. Le specteur se sent émotionnellement impliqué et comprend bien les émotions du Chevalier Noir, de même que celles de Red Hood, traumatisé par ce que lui a fait subir le Joker.
Bref, à la manière du Harvey "Double-Face" Dent de Christopher Nolan, le vilain de Under the Red Hood est psychologiquement plus fouillé que la majorité des opposants de Batman tels qu'on les a vu jusqu'à présent au cinéma.

On notera également la présence de Dick Grayson, le prédecesseur de Jason Todd dans le costume de Robin, lequel s'est mis à son propre compte sous le nom de Nightwing, ainsi que de quelques caméos dont l'homme-mystère.


Au temps de leur splendeur...

Pour ne rien gâcher, l'animation est de qualité et exception faite de quelques plans, les images de synthèse s'intègrent bien aux dessins. De plus, les contraintes techniques liées aux caméras étant nulles dans l'animation, le réalisateur peut se permettre des plans de folie et des poursuites affolantes.

En résumé, Under the Red Hood est un excellent film d'animation, basé sur un scénario solide et intéressant. Un must pour les fans de la chauve-souris !

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...
The Dinosaur Project
Qui a dit que le film de dinosaures était mort ? Les deux suites à Jurassic Park en deçà — pourtant très appréciées de votre humble serviteur — des attentes ? Ou la tentative de reboot/sequel Jurassic World , véritable déminage au box-office, mais flingué par-ci par-là par la critique ? Non, impossible, inconcevable. Rien n’atteindra la candeur de ces êtres surdimensionnés, pas...
Making Off
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Cédric Dupuis rêve depuis des années de devenir réalisateur. Sur un coup de tête, il décide de se lancer dans la mise en scène du plus terrifiant film d'horreur de tous les temps, au grand dam de sa petite amie et de ses camarades, peu enthousiastes à l'idée de joueur les acteurs. C'est ainsi que débute un tournage de plus en plus chaotique...
Mississippi River Sharks
Quand on aborde le domaine de la sharkploitation, des noms récurrents reviennent avec plus ou moins de régularité, comme Mark Atkins, Anthony C. Ferrante ou encore Christopher Ray. Des patronymes qui ont de quoi faire frémir, car s’ils démontrent une constance, c’est bien dans la qualité nullissime de leurs réalisations respectives. Depuis peu, une autre «trublionne» s...
Zoo

Zoo

Les attaques animales font la joie (et aussi la tristesse) du survival animalier. Un genre qui connaît bien des déconvenues depuis son émergence. Si certaines références sont adaptées de romans (Peter Benchley pour Les dents de la me r), le lien entre les deux supports culturels est plus que ténu, voire inexistant. Pourtant, James Patterson et Michael Ledwige s’approprient le concept avec Zoo ,...