Voir la fiche complète du film : Batman et Red Hood : Sous le masque rouge (Brandon Vietti - 2010)

Batman et Red Hood : Sous le masque rouge

Under the Red Hood est un excellent film d'animation, basé sur un scénario solide et intéressant. Un must pour les fans de la chauve-souris !
Publié le 12 Avril 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Batman et Red Hood : Sous le masque rouge
10
Clown

Un film Batman est toujours un événement, et puisque les long-métrages live sont plus difficiles et plus longs à mettre sur pied, DC Comics se tourne depuis quelques temps vers l'animation pour raconter les aventures du Chevalier Noir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la qualité est au rendez-vous. Superman/Batman: Ennemis publics, Batman Vs. Dracula, Superman/Batman: Apocalypse, autant d'exemples de métrages animés d'une qualité exceptionnelle.
Rassurez-vous, ce n'est pas ce Under the Red Hood qui inversera cette excellente tendance.


Le Joker, toujours bon pied bon oeil...

Un mystérieux Red Hood prend la ville de Gotham City en main, éliminant les rois de la pègre pour devenir lui-même le caïd numéro 1. Il n'hésite pas à tuer tout qui se met en travers de son chemin. Ce Red Hood n'est pas sans rappeller à Batman l'une de ses vieilles connaissances...


Robin en mauvaise posture...

Le film s'ouvre sur le meurtre de Jason Todd, le deuxième Robin, des oeuvres du Joker. Cet événements, bien connu des amateurs du Comic, traumatisera profondément Batman et ce durant de longues années. Cette séquence d'introduction, violente malgré la quasi absence de sang, donne bien le ton de ce que sera la suite: un dessin animé adulte et sombre.
Basé sur Un deuil dans la Famille et sa suite (qui donne son titre au film), Under the Red Hood est clairement un film qui ne se destine pas aux enfants ou aux jeunes fans de la série. Ici, tout est noir, angoissant, plus proche du ton des Batman de Christopher Nolan que de ceux de Joël Schumacher. Le Joker, imprévisible et amusant dans sa violence, rappelle d'ailleurs l'interprétation qu'en a faite Heath Ledger dans The Dark Knight. Il se montre sadique juste pour le plaisir et fait étalage de sa folie sans complexe, dans le but de déstabiliser le Chevalier Noir.
A noter que dans Under the Red Hood, l'origine de sa transformation en clown psychotique est celle la plus communément admise, c'est-à-dire qu'il tombe dans une cuve d'acide alors qu'il porte le masque de Red Hood. Cette origine était développée dans l'excellent The Killing Joke d'Allan Moore.


L'un des moments les plus traumatisants de la vie de Bat'...

Le Joker n'est toutefois pas le méchant principal de ce long-métrage, puisque Batman est cette fois confronté à son ami et ancien disciple Jason Todd, revenu d'entre les morts. Celui-ci n'est pas un vilain classique puisqu'il s'avère plus complexe et torturé que la majorité du bestiaire des super-vilains. En effet, le but de Red Hood, comme Batman, est de débarasser Gotham City des criminels qui la gangrènent. La différence entre les deux hommes se situe au niveau de la manière: si Batman est partisant d'une méthode "moralement acceptable", Jason Todd est plutôt pour la manière forte. En effet, il n'hésite pas à semer les cadavres des caïds de la pègre pour arrriver à ses fins.
Les différents flashbacks expliquant la relation de Batman et de son ancien protégé rajoutent une petite touche d'émotion inhabituelle et particulièrement bienvenue pour augmenter la tension ambiante. Le specteur se sent émotionnellement impliqué et comprend bien les émotions du Chevalier Noir, de même que celles de Red Hood, traumatisé par ce que lui a fait subir le Joker.
Bref, à la manière du Harvey "Double-Face" Dent de Christopher Nolan, le vilain de Under the Red Hood est psychologiquement plus fouillé que la majorité des opposants de Batman tels qu'on les a vu jusqu'à présent au cinéma.

On notera également la présence de Dick Grayson, le prédecesseur de Jason Todd dans le costume de Robin, lequel s'est mis à son propre compte sous le nom de Nightwing, ainsi que de quelques caméos dont l'homme-mystère.


Au temps de leur splendeur...

Pour ne rien gâcher, l'animation est de qualité et exception faite de quelques plans, les images de synthèse s'intègrent bien aux dessins. De plus, les contraintes techniques liées aux caméras étant nulles dans l'animation, le réalisateur peut se permettre des plans de folie et des poursuites affolantes.

En résumé, Under the Red Hood est un excellent film d'animation, basé sur un scénario solide et intéressant. Un must pour les fans de la chauve-souris !

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Time Demon II : dans les Griffes du Samouraï
Devenu une star du film d'action, Jack Gomez est pourtant inquiet. Aux prises avec un couple de maîtres chanteurs, il croise la route de Clara, une charmante scientifique devenue la cible de son employeur, Mitsuhirato. Spécialiste du Z à budget inexistant depuis le début de sa carrière, R.J. Thomson s'est toutefois construit une petite réputation dans le milieu du Bis, soutenu notamment par le...
Bangkok Haunted
Dès que l'on me parle de film à sketches, je pense immédiatement à l'excellent Creepshow . Mais d'un autre coté, cela me fait aussi penser à 3 histoires de l'au-delà , film à sketches asiatiques qui m'avait laissé perplexe, suscitant plus mon ennui que mon adhésion. Il faut dire que les films de fantômes essayant d'instaurer une ambiance sont assez difficile à mettre en...
Godzilla (2014)
*** Attention spoilers *** Godzilla , célèbre monstre du cinéma japonais. Godzilla et ses nombreuses suites. Godzilla et ses remakes américains. Godzilla en 1954 En 1998, Roland Emmerich offrait sa première conversion occidentale au lézard géant en le transposant de Tokyo à Manhattan. L’ambition de cette superproduction était notamment de renouveler l’image du monstre en lui donnant une apparence...
Elle s'appelait Scorpion
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Un an après sa sanglante évasion, Nami, alias Scorpion, endure toujours mille tortures au fond d'un cachot humide et isolé. Le directeur de la prison, qu'elle a éborgné, décide enfin de la laisser voir la lueur du jour, afin d'en faire un exemple pour les autres détenues. Mais Nami parvient à blesser de nouveau le directeur au visage, et une...
Curve
Bien que moins vaste que l’Australie, le territoire des États-Unis favorise les voyages dans des contrées reculées, des endroits peu empruntés, à tout le moins isolés. Pour le cinéma, un tel potentiel se traduit par des road-movies qui, à leur tour, donnent lieu à des métrages éprouvants lorsqu’ils sont tournés sous le prisme de l’horreur ou du thriller. Duel ou Hitcher en sont des exemples...
Réalisateur:
Durée:
8
Moyenne : 8 (6 votes)

Batman: Under the Red Hood Trailer

Message Important

FB

Depuis quelques mois, nous sommes dans l'incapacité de partager notre contenu comme nous le souhaitons sur la page Facebook d'Horreur.net. En effet, Facebook considère notre site comme "contraire" à leurs Standards de la communauté.
Malgré nos demandes répétées, restées sans réponses, Monsieur Facebook ne nous a pas précisé la raison de ce blocage.

Comme nous aider ?
Si vous avez un compte Facebook, il vous suffit de vous rendre sur cette page : https://developers.facebook.com/tools/debug/?q=horreur.net

Puis de cliquer sur "Veuillez nous en informer".
Nous vous proposons de copier ce message :

"Bonjour, depuis quelques temps, il m'est impossible de partager le contenu de ce site. Pourriez-vous en rétablir l'accès?"

Nous sommes convaincus que, plus vous serez nombreux à informer Facebook et plus nous aurons de chance d'avoir enfin une réponse ! Merci à tous pour votre aide !
L'équipe d'Horreur.net

Critiques de films