Voir la fiche complète du film : Berberian Sound Studio (Peter Strickland - 2012)

Berberian Sound Studio

Monteur de documentaires réputé, Gilderoy débarque en Italie pour finaliser le montage sonore du dernier film de Santini. Il est fortement recommandé de laisser de côté cet exercice insipide et abscons dont le principal tour de force aura été de trouver un financement.
Publié le 10 Janvier 2014 par GORE MANIACVoir la fiche de Berberian Sound Studio
2
Monteur de documentaires réputé, Gilderoy (Toby Jones) débarque en Italie pour finaliser le montage sonore du dernier film fantastique de Giancarlo Santini. Dès son arrivée, cet anglais timide ne se sent pas à son aise face à ses interlocuteurs et vis à vis du film sur lequel il va devoir travailler, évocation d'un procès de sorcières.

Dans une interview, le réalisateur Peter Strickland affirmait ne pas aimer regarder ses films, trouvant cela "trop pénible et trop ennuyeux". Rassure-toi Peter, tu n'es pas le seul dans ce cas !

Critiquer un long-métrage n'est pas toujours chose aisée. Selon l'inspiration du moment et le ressenti vécu durant la projection, la chronique d'un film reste un moment solennel et unique en son genre. On peut prendre plaisir à écharper un énième navet mais aussi porter aux nues un film que personne ne verra de la même manière que nous.

Avec sa pochette et son titre, on pourrait croire que Berberian Sound Studio oeuvrera du côté d'un Serbian Film ou d'un Témoin Muet. Il n'en est rien. Sous couvert d'un hommage au film de genre italien des années 70, Berberian Sound Studio nous propose de suivre le montage sonore d'un film d'horreur dans un petit studio.
Entre pannes de courant, disputes entre le cinéaste et les comédiennes et soucis financiers, ce studio représente à merveille l'univers Bis transalpin de l'époque.

Toutefois, au bout d'une heure de film, on se demande quand même où veut en venir notre ami Peter ? Rassurez-vous, aucune réponse ne sera apportée ici, car seul le cinéaste anglais doit avoir la solution à notre problème (enfin, je l'espère sincèrement) ! La dernière demi-heure tente un début d'intrigue mystérieuse, à la sauce David Lynch.

Seule lueur de talent dans cette fastidieuse expérience cinématographique, l'acteur Toby Jones (le fils du célèbre comédien Freddy Jones) s'avère tour à tour touchant, puis inquiétant, dans son rôle de souffre-douleur. Certains plans du comédien feront irrémédiablement penser à Jack Nance dans le fascinant Eraserhead (l'un des films de chevets de Strickland).
Face à lui, on s'attardera un long moment devant la charmante Tonia Sotiropoulou (entrevue dans le dernier 007, Skyfall) et l'on plongera bien volontiers dans le troublant regard de Fatma Mohamed (le genre d'actrice qu'on imaginerait bien dans un giallo d'Argento de la belle époque).

Tout ceci pour dire qu'il est bien tortueux d'extirper quelques points positifs de ce métrage qui souhaite peut être nous dévoiler les coulisses de l'appareil créatif du Septième Art ? Mais, comme pour les tours de magie, beaucoup de cinéphiles n'ont sans doute pas envie qu'on lève le voile sur certains aspects techniques du cinéma.
Quoi qu'il en soit, il est fortement recommandé de laisser de côté cet exercice insipide et abscons dont le principal tour de force aura été de trouver un financement digne de ce nom et d'être distribué...

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Age of Dinosaurs
Depuis Le monde perdu d’Arthur Conan Doyle, les dinosaures ont souvent été source d’émerveillement pour les enfants et d’aventures pour les adultes. Des classiques du septième art en séries B anecdotiques, le sujet a connu un véritable regain d’intérêt avec Jurassic Park . À divers degrés d’appréciation, le roman, comme les films, a su marquer les esprits. Depuis,...
Phoenix Forgotten
Souvent confondus à cause de leurs similarités et leur mise en scène, le found-footage et le faux documentaire ont rapidement exploité toutes les déclinaisons de l’horreur et du fantastique passées à portée de caméras. Entre les créatures issues de la cryptozoologie, les fantômes et les psychopathes, les OVNIS n’échappent pas au phénomène. Preuve en est avec le déplorable Area51 d...
Space Battleship : L'Ultime Espoir
En France, Leiji Matsumoto est synonyme d' Albator et des dérivés de son univers. Normal, tant les aventures du corsaire de l'espace ont marqué une génération. C'est cependant loin d'être la seule œuvre majeure de M. Matsumoto et j'en veux pour preuve l'épopée du Yamato qui compte de nombreux films et séries. Cette saga, injustement méconnue chez nous, mérite pourtant le détour et le film de...
The Secret
À Cold Rock, plusieurs disparitions d'enfants ébranlent la communauté. Julia Denning l'infirmière de la ville, est bientôt touchée directement avec l'enlèvement de son fils. Elle va tout entreprendre pour le retrouver... Avec Martyrs , Pascal Laugier avait fait couler beaucoup d'encre (et de sang). Entre des critiques assassines, un public conquis, une chose est certaine : le...
Puppet Master
Créateur de poupées réputé, André Toulon est parvenu à insuffler la vie à ses petits protégés. Au courant de ce prodigieux don, les nazis cherchent à l'incarcérer. Toulon décide de se suicider et met à l'abri ses créatures avant que les soldats ne le retrouvent. De nos jours, un riche homme d'affaires invite quatre personnes, dotées de pouvoirs psychiques particuliers, dans un grand...