Advertisement

Voir la fiche complète du film : Les Dossiers Secrets du Vatican (Mark Neveldine - 2014)
Critique

Les Dossiers Secrets du Vatican

Alors qu'elle fête son anniversaire, Angela s'entaille le doigt avec un couteau. Emmenée aux urgences, son comportement change subitement. Malgré un final plutôt original, ces Dossiers Secrets du Vatican ne parviendront pas à imprégner longtemps la rétine des habitués du genre, malgré des acteurs investis.
Publié le 13 Octobre 2016 par GORE MANIACVoir la fiche de Les Dossiers Secrets du Vatican
4
Diable et Démon

Alors qu'elle fête son anniversaire en compagnie de son père et de son petit-ami, Angela s'entaille le doigt avec un couteau. Emmenée aux urgences, son comportement change subitement.

Depuis l'Exorciste, le film de possession a toujours fait recette au cinéma. Il n'est donc jamais rare de découvrir chaque année de nouvelles bobines censées apporter un second souffle à ce sous-genre horrifique. Bien qu'assimilé au found footage, les Dossiers Secrets du Vatican ne propose que quelques séquences filmées sous cet angle. Heureusement, car ces scènes n'apportent strictement rien à l'intrigue et auraient même tendance à agacer le spectateur, tant elles sont filmées de manière mécanique.


La première demi-heure, assez bavarde, ne présente rien de terrorisant. Tout juste y faisons nous connaissance avec les principaux acteurs de ce drame qui se prépare. Ainsi, on reverra avec plaisir la trogne sévère de l'excellent Dougray Scott, tandis que la belle Olivia Dudley, rescapée des Chroniques de Tchernobyl, apporte un atout charme non négligeable dans ce genre de série B. Plus tard, Kathleen Robertson (Scary Movie 2) s'en donnera à coeur joie en psychiatre rigide, cassant son image habituelle de garce sexy.

Que retenir de cette énième variation sur le thème de la possession démoniaque ? Le jeu vénéneux d'Olivia Dudley, qu'on aurait aimé voir moins habillée, unique révélation d'un casting qui nous propose encore son lot de prêtres exorcistes. Il faut attendre le dernier tiers du métrage pour avoir droit à notre attendue séance d'exorcisme. Malheureusement, pas question ici d'assister à un déballage gore ou grand-guignolesque, quelques effets numériques venant à la rescousse d'un réalisateur visiblement peu inspiré par le sujet (le cinéaste engagé au début du projet ayant été remercié).


Tout au long des Dossiers Secrets du Vatican, on constate un réel manque d'ambition, dans le fond et dans la forme. Certes, les idées sont parfois intéressantes (conf la scène de folie collective au sein de l'hôpital psychiatrique et celle avec les nouveaux-nés) mais le jusqu'au-boutisme n'est pas la priorité des producteurs, préférant oeuvrer dans le feutré. Dès lors, difficile de sortir cet ouvrage du cadre du "téléfilm" fantastique que l'on peut suivre en soirée sur la TNT, oublié dès le (très long) générique de fin entamé.

On le regrette car la présentation de locaux mystérieux cachés au Vatican méritait d'être davantage mise en valeur, à l'instar du personnage du Cardinal Bruun (Peter Andersson), sorte de Terry O'Quinn du pauvre (période MillenniuM), plutôt convaincant dans son combat contre le Mal, mais pas assez fouillé. L'épilogue, cependant,achève le film sur une bonne note. On nous informe que l'Antéchrist est parmi nous et qu'il cachera sa véritable nature en jouant les faux prophètes. L'occasion de redécouvrir l'album Antichrist Superstar de Marilyn Manson, qui a sans doute inspiré nos scénaristes.


Malgré un final plutôt original, ces Dossiers Secrets du Vatican, au goût de déjà vu, ne parviendront pas à imprégner longtemps la rétine des habitués du genre, malgré des acteurs investis.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Victime - The Victim, La
Attention, cette critique révèle certains éléments qui peuvent amoindrir l'impact de l'intrigue. Encore un film de fantômes asiatiques? Oui, mais Thaïlandais et celui-ci est différent des autres. Ici, point de fillette maléfique avec des cheveux trainant jusque par terre ou de petit garçon blanc (ou bleu selon les films). Non, dans The Victime , il s'agit d'un fantôme tout ce qu'il y a de plus...
Boa vs. Python
Les animaux dangereux sont une source inépuisable d'inspiration pour un bon nombre de scénaristes. Il est vrai que les bestioles avec de grandes dents ou du venin ont de quoi effrayer, comme on a pu le constater avec des films comme Les Dents de la Mer ou encore Lake Placid , voire Arachnophobia . Bref, les bébêtes venimeuses ou possédant plusieurs rangées de dents peuvent contribuer à faire des...
Ginger Snaps : Aux origines du mal
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Au début du XIX ème siècle, au Canada, deux jeunes soeurs, rescapées du naufrage d'un navire, trouvent refuge dans un fort assiégé la nuit par d'étranges créatures. Le dernier volet de la trilogie des Ginger Snaps peut se définir comme une préquelle revenant aux origines de la malédiction frappant les deux soeurs, Ginger et Brigitte. Cet...
Vendredi 13
En 1980, le réalisateur et producteur américain Sean S. Cunningham lançait Vendredi 13 , premier opus d’une saga horrifique qui, à ce jour, compte déjà douze épisodes. Le postulat est toujours le même : des adolescents se font tour à tour massacrer à Crystal Lake, en pleine campagne, par un tueur fou connu sous le nom de Jason, qui cache les traits de son visage derrière un masque de hockey. Il...
Reeker 2: no Man's Land
Le premier Reeker était un bon petit film, agréable à regarder et rempli de bonnes idées, mais contenant quand même quelques défauts relativement gênants. Les principaux étaient un humour parfois lourd et un léger manque de maitrise dans la gestion du mystère entourant son meurtrier. Le twist final expliquait en partie de ce qu'était réellement le tueur (le fameux Reeker du titre) mais une foule...