Voir la fiche complète du film : Blade Runner (Ridley Scott - 1982)

Blade Runner

Un très grand classique du cinéma de science-fiction. Un univers fabuleux, des personnages attachants et une réalisation magnifique. Incontournable.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Blade Runner
10
Robot
Un monument de la science-fiction, tout simplement. Blade Runner est un film tout simplement incontournable, au même titre que le 2001 de Kubrick et Alien. Tiens, mais au fait ? Le réalisateur de Alien est le même que celui de Blade Runner. Oui, Ridley Scott a signé deux chefs-d'oeuvre de la science-fiction, et c'est quelque chose que l'on ne peut lui retirer. S'il n'a pas toujours été un réalisateur très inspiré (Hannibal, GI Jane, Black Rain), il n'en demeure pas moins un solide artisan du cinéma américain.

En 1979, Scott nous offrait avec Alien un huis-clos au suspense horrifique dans l'espace de toute beauté. Trois ans plus tard, en 1982, il reste dans le domaine de la science-fiction et réalise Blade Runner. Le scénario, inspiré d'une nouvelle d'un auteur majeur de la science-fiction littéraire, Philip K. Dick (Total Recall, Minority Report), met en scène un "blade runner" (joué par Harrison Ford) qui reprend du service pour retrouver un groupe de "réplicants" en cavale (des androides mi-humains, mi-robots).

La réalisation est très soignée, tout comme les décors et les effets spéciaux. L'ambiance générale du film est très sombre. Une grande partie de l'action se passe la nuit et c'est l'occasion pour Scott d'instaurer un magnifique climat et d'user avec brio des éclairages et des lumières. Au niveau des effets spéciaux, là aussi on sent qu'il y a du boulot. David K. Stewart n'a pas maché le travail. Ce dernier a travaillé également sur A La Poursuite d'Octobre Rouge (John Mc Tiernan), Alien 3 (David Fincher), Judge Dredd (Danny Cannon) et Event Horizon (Paul Anderson).

Les personnages sont vraiment très intéressants. Je pense notamment à Rachel (Sean Young), et sa quête identitaire (est-elle une réplicante elle aussi ? pourquoi ressent-elle des choses dans ce cas ?). Et que dire du personnage incarné avec brio par un Rutger Hauer plus que talentueux ? Sa prestation est impeccable. Son monologue final et sa mort en font plus un martyr qu'un véritable "méchant".
La musique est également un personnage à part entière du film. Elle est signée par le groupe VANGELIS (qui a également signé la musique de Les Chariots de Feu et L'Apocalypse des Animaux). Une musique envoûtante et un thème gravé dans les mémoires de tous ceux qui ont visionné le film.

Un film magique, unique, qui demeure un très grand classique de la science-fiction.

Autres critiques

Sharknado 2
Quand on touche au survival animalier, on découvre davantage d’étrons indigestes plutôt que de véritables pépites. Des producteurs peu scrupuleux tels que SyFy ou Asylum ont tôt fait de dénaturer le genre popularisé par les Dents de la mer pour en faire des «trucs» où l’absurde côtoie des abysses de stupidités insondables. Avec Sharknado , l’on se dit qu’on atteint le summum de la débilité...
Mega Piranha
Les films "made in Asylum", c'est toujours quelque chose depuis que la firme s'est spécialisée dans les Mockbusters Nanards. Pour les néophytes, un mockbuster est une copie d'un film à gros budget (un Blockbuster donc) faite avec des moyens très limités. Par exemple, les Italiens ont pendant longtemps été des spécialistes de ce genre particulier, au même titre que les Turcs d'ailleurs. La...
The Monster Project
Sans sombrer dans l’euphémisme, le found-footage est un genre parsemé de déclinaisons inégales qui, bien souvent, ont tendance à le niveler par le bas, parfois au point de le décrédibiliser. Du côté des occurrences notables dotées d’un budget très modeste, on peut évoquer Grave Encounters ou, dans un autre exercice de style, Noroï: The Curse et The Poughkeepsie Tapes . À l’...
Spiders
Le film d'horreur doit être un grand huit de l'âme pour paraphraser Guillermo Del Toro. En ce sens, les thèmes abordés font appel à nos craintes et nos peurs les plus profondes pour susciter diverses émotions que l'on ne retrouve pas dans d'autres genres. Alors bien entendu, nombre de thèmes ont été traités avec plus ou moins de succès, que ce soit notre peur des clowns, de perdre un être cher,...
World invasion : Battle Los Angeles
Sur la côte ouest des États-Unis, des extraterrestres préparent l'invasion de notre planète. La bataille fait rage dans les deux camps, même si le rapport de force est disproportionné. Dans la tourmente, une équipe de commandos ultra-entraînés est envoyée dans les rues de Los Angeles pour faire le ménage. Jonathan Liebesman possède une filmographie assez restreinte, mais intéressante. La suite du...