Voir la fiche complète du film : Blade Runner (Ridley Scott - 1982)

Blade Runner

Un très grand classique du cinéma de science-fiction. Un univers fabuleux, des personnages attachants et une réalisation magnifique. Incontournable.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Blade Runner
10
Robot
Un monument de la science-fiction, tout simplement. Blade Runner est un film tout simplement incontournable, au même titre que le 2001 de Kubrick et Alien. Tiens, mais au fait ? Le réalisateur de Alien est le même que celui de Blade Runner. Oui, Ridley Scott a signé deux chefs-d'oeuvre de la science-fiction, et c'est quelque chose que l'on ne peut lui retirer. S'il n'a pas toujours été un réalisateur très inspiré (Hannibal, GI Jane, Black Rain), il n'en demeure pas moins un solide artisan du cinéma américain.

En 1979, Scott nous offrait avec Alien un huis-clos au suspense horrifique dans l'espace de toute beauté. Trois ans plus tard, en 1982, il reste dans le domaine de la science-fiction et réalise Blade Runner. Le scénario, inspiré d'une nouvelle d'un auteur majeur de la science-fiction littéraire, Philip K. Dick (Total Recall, Minority Report), met en scène un "blade runner" (joué par Harrison Ford) qui reprend du service pour retrouver un groupe de "réplicants" en cavale (des androides mi-humains, mi-robots).

La réalisation est très soignée, tout comme les décors et les effets spéciaux. L'ambiance générale du film est très sombre. Une grande partie de l'action se passe la nuit et c'est l'occasion pour Scott d'instaurer un magnifique climat et d'user avec brio des éclairages et des lumières. Au niveau des effets spéciaux, là aussi on sent qu'il y a du boulot. David K. Stewart n'a pas maché le travail. Ce dernier a travaillé également sur A La Poursuite d'Octobre Rouge (John Mc Tiernan), Alien 3 (David Fincher), Judge Dredd (Danny Cannon) et Event Horizon (Paul Anderson).

Les personnages sont vraiment très intéressants. Je pense notamment à Rachel (Sean Young), et sa quête identitaire (est-elle une réplicante elle aussi ? pourquoi ressent-elle des choses dans ce cas ?). Et que dire du personnage incarné avec brio par un Rutger Hauer plus que talentueux ? Sa prestation est impeccable. Son monologue final et sa mort en font plus un martyr qu'un véritable "méchant".
La musique est également un personnage à part entière du film. Elle est signée par le groupe VANGELIS (qui a également signé la musique de Les Chariots de Feu et L'Apocalypse des Animaux). Une musique envoûtante et un thème gravé dans les mémoires de tous ceux qui ont visionné le film.

Un film magique, unique, qui demeure un très grand classique de la science-fiction.

Autres critiques

Bunny the Killer Thing
Au pays du ridicule, les lapins baiseurs sont rois. Une citation bien éloignée d’un trait d’esprit de Jean-Paul Sartre, mais surtout une bonne occasion pour introduire une œuvre dont dire qu’elle est atypique relèverait de l’euphémisme. Bunny the Killer Thing est un pur délire nous montrant que le cinéma n’est limité que par notre imagination et même si c’est...
Destination Finale 4
Attention, cette critique s'appuye sur une vision en 2D du film, le cinéma préféré de votre serviteur n'ayant pas les installations nécessaires pour une projection 3D. Décevant. Tout simplement décevant. Ce nouveau volet de la saga des Destination Finale n'avait d'autre prétention que de divertir le public mais malgré celà, il fait au final assez pâle figure par rapport à ses trois aînés. Le...
L'Anthropophage
Attention, cette chronique contient des spoilers. Durant l'été, de riches étudiants font le tour des îles grecques et acceptent l'invitation d'une jeune photographe à séjourner quelques jours sur une île privée. Mais la totalité de la population semble avoir mystérieusement disparu. Directeur de photographie assez réputé en Italie, Joe d'Amato se lance dans la mise en scène de films d'aventures...
Boa vs. Python
Les animaux dangereux sont une source inépuisable d'inspiration pour un bon nombre de scénaristes. Il est vrai que les bestioles avec de grandes dents ou du venin ont de quoi effrayer, comme on a pu le constater avec des films comme Les Dents de la Mer ou encore Lake Placid , voire Arachnophobia . Bref, les bébêtes venimeuses ou possédant plusieurs rangées de dents peuvent contribuer à faire des...
Mountain Fever
Au même titre que les invasions aliens sont prisées des productions de science-fiction, la crainte d’une pandémie mondiale fait les choux gras des films catastrophe. Qu’il s’agisse d’une maladie fulgurante ou d’un virus transformant la population en «zombie», le sujet permet d’extrapoler le devenir de la société et, plus intimement, le comportement...