Voir la fiche complète du film : Blade Runner (Ridley Scott - 1982)

Blade Runner

Un très grand classique du cinéma de science-fiction. Un univers fabuleux, des personnages attachants et une réalisation magnifique. Incontournable.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Blade Runner
10
Robot
Un monument de la science-fiction, tout simplement. Blade Runner est un film tout simplement incontournable, au même titre que le 2001 de Kubrick et Alien. Tiens, mais au fait ? Le réalisateur de Alien est le même que celui de Blade Runner. Oui, Ridley Scott a signé deux chefs-d'oeuvre de la science-fiction, et c'est quelque chose que l'on ne peut lui retirer. S'il n'a pas toujours été un réalisateur très inspiré (Hannibal, GI Jane, Black Rain), il n'en demeure pas moins un solide artisan du cinéma américain.

En 1979, Scott nous offrait avec Alien un huis-clos au suspense horrifique dans l'espace de toute beauté. Trois ans plus tard, en 1982, il reste dans le domaine de la science-fiction et réalise Blade Runner. Le scénario, inspiré d'une nouvelle d'un auteur majeur de la science-fiction littéraire, Philip K. Dick (Total Recall, Minority Report), met en scène un "blade runner" (joué par Harrison Ford) qui reprend du service pour retrouver un groupe de "réplicants" en cavale (des androides mi-humains, mi-robots).

La réalisation est très soignée, tout comme les décors et les effets spéciaux. L'ambiance générale du film est très sombre. Une grande partie de l'action se passe la nuit et c'est l'occasion pour Scott d'instaurer un magnifique climat et d'user avec brio des éclairages et des lumières. Au niveau des effets spéciaux, là aussi on sent qu'il y a du boulot. David K. Stewart n'a pas maché le travail. Ce dernier a travaillé également sur A La Poursuite d'Octobre Rouge (John Mc Tiernan), Alien 3 (David Fincher), Judge Dredd (Danny Cannon) et Event Horizon (Paul Anderson).

Les personnages sont vraiment très intéressants. Je pense notamment à Rachel (Sean Young), et sa quête identitaire (est-elle une réplicante elle aussi ? pourquoi ressent-elle des choses dans ce cas ?). Et que dire du personnage incarné avec brio par un Rutger Hauer plus que talentueux ? Sa prestation est impeccable. Son monologue final et sa mort en font plus un martyr qu'un véritable "méchant".
La musique est également un personnage à part entière du film. Elle est signée par le groupe VANGELIS (qui a également signé la musique de Les Chariots de Feu et L'Apocalypse des Animaux). Une musique envoûtante et un thème gravé dans les mémoires de tous ceux qui ont visionné le film.

Un film magique, unique, qui demeure un très grand classique de la science-fiction.

Autres critiques

Die : Le Châtiment
En Anglais, Die signifie mourir , mais désigne également les dés à jouer . D'où, le double-sens du titre du film de Dominic James . Die : le Châtiment est décrit par son le dossier de presse comme la rencontre entre Saw et Cube . Les références sont costaudes et si la filiation avec le premier est indéniable (elle crève même les yeux), je pencherais, pour ma part, pour une sorte de Saw "light"...
Carnival Row
Lorsqu’on évoque la fantasy, le genre est synonyme de merveilleux. Certes, ce n’est pas une constance, surtout si l’on se penche sur les récits de dark fantasy. Cependant, il est difficile de ne pas associer l’imaginaire avec cette magie prégnante et cette sensation dépaysante aux confluences multiculturelles ; qu’elles soient fictives ou réelles. Tout l’enjeu...
Animals
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Ancien grand espoir de football américain à l'université, Syd Jarrett n'est plus que l'ombre de lui-même depuis une grave blessure qui l'a forcé à retourner dans sa ville de naissance, un patelin paumé. Désormais ouvrier, son seul plaisir est de retrouver chaque soir ses amis dans le bar de la ville. Un soir, il fait la connaissance de...
Puppet Master
Les poupées, au même titre que les requins, les serpents, les fantômes et les psychopathes, font partie du folklore et du paysage cinématographique d'horreur. Sont-elles l'objet d'un fantasme inavoué ? Je ne saurai répondre à cette question. Cependant, elle représente un danger potentiel, car malgré leur faiblesse, elles sont petites et peuvent en silence se faufiler partout. On se...
Goal of the Dead
On dit souvent que le film de genre français est mal aimé, pas assez soutenu (notamment par les aides publiques), puis boudé par les spectateurs. Des affirmations malheureusement vraies au regard des films sortis en salles ces dernières années. Livide de Julien Maury et Alexandre Bustillo, La Traque d'Antoine Blossier, Le Village des ombres de Fouad Benhammou ou encore La Meute de Franck...