Voir la fiche complète du film : Candyman (Bernard Rose - 1992)

Candyman

Un film d'horreur qui amena au genre une nouvelle icône en la personne du Candyman. Sobre et efficace.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Candyman
8
Miroir

Helen Lyle (Virginia Madsen) et son amie Bernadette Walsh (Kasi Lemmons) sont deux étudiantes qui préparent une thèse sur les légendes urbaines. Au travers du récit de plusieurs personnes, Helen apprend qu'une créature, le Candyman, sévirait du côté de Cabrini Green, dans les ghettos. Au cours de leurs recherches, Helen et Bernadette découvrent que de récents meurtres d'une rare violence restent sans coupable. Elles décident de faire une descente dans le quartier de Cabrini Green, qui serait l'antre du Candyman, une créature qui apparaît si l'on prononce cinq fois son nom devant un mirroir...

Tiré de la nouvelle "The Forbidden" de l'écrivain Clive Barker (producteur exécutif du film), Candyman est un film d'horreur bien connu des fans du genre. Réalisé par Bernard Rose (Paperhouse), Candyman est sans nul doute l'un des meilleurs films traitant des légendes urbaines. A l'instar de Freddy, le Candyman est une espèce de fantôme qui a besoin de la foi et de la croyance des individus en lui pour exister. Mais Candyman n'est pas la véritable star du film. Tout comme dans Les Griffes de La Nuit, nous sommes face à une héroine qui va se détacher peu à peu de la réalité au fur et à mesure qu'elle progresse dans son enquête. Fascinée par cette légende urbaine qui touche plus particulièrement la population pauvre des ghettos, la vie d'Helen bascule après sa première rencontre dans un parking avec Candyman...

Pour sa première apparition, Candyman se pose déjà en véritable icône du cinéma d'horreur : avec son long manteau noir, ses chaussures vernis et son crochet sanguinolent, Candyman en impose. D'autant plus que l'acteur qui incarne la créature, Tony Todd, est doté d'un sacré charisme. Et si vous avez l'occasion de voir le film en V.O. (et je vous le conseille fortement), vous pourrez apprécier le son de sa voix qui contribue beaucoup à son aspect "fantôme". La prestation de Tony Todd est remarquable mais plus encore est celle de Virgina Madsen (Highlander : Le Retour). Elle apporte une fraîcheur au film qui contraste avec les décors sombres et sordides qu'elle fréquente dans le film (les appartements dans les ghettos avec les nombreux graffitis). La photographie très "froide" par moments du film (signée Anthony B. Richmond, qui a également réalisée celle de Vorace et Cherry Falls) accentue l'effet "réaliste" de l'ensemble. Et le terme de légendes "urbaines" prend tout son sens car c'est spécialement dans le milieu urbain que sévit Candyman. Bernard Rose s'attarde beaucoup sur les décors du ghetto et les utilise intelligement pour créer le suspense.

Mais Candyman n'est pas qu'un slasher flick mis en scène avec classe, c'est un vrai film d'horreur qui prend son temps pour bien mettre en place son histoire et ses personnages. Candyman étant une légende urbaine, nous sommes, dans un premier temps, "conviés" par le réalisateur à écouter les récits de différents personnages sur Candyman et sur sa légende. Un élément habile du scénario pour renforcer le thème des légendes urbaines dans le film (l'un des "classiques" est d'ailleurs évoqué : les fameux crocodiles dans les égoûts New Yorkais). Les personnages sont intéressants et on retiendra surtout le portrait que le film dresse des ghettos, avec ces gens simples qui n'aspirent à rien d'autre finalement qu'à vivre dans la tranquilité.

Au détour de quelques scènes, Candyman verse dans un gore beaucoup moins soft qu'il n'y paraît. Même si ces séquences sont courtes, elles ont un impact bien plus important que si le réalisateur s'était attardé davantage sur les effets spéciaux. On retiendra surtout la scène (très brève) de l'enfant dans les toilettes publics de Cabrini Green et la scène où Helen se réveille dans l'appartement d'Anne-Marie.

Enfin, on n'oubliera pas de citer le nom du compositeur Philip Glass (The Church, Fenêtre Secrète, Taking Lives) qui a livré un très beau score pour le film de Bernard Rose.

Le film a connu deux suites à ce jour (le troisième film est un direct-to-video) :
Candyman 2 : Farewell to the Flesh (1995) de Bill Condon
Candyman 3 : Day of the Dead (1999) de Turi Meyer

Autres critiques

Dracula 3D
L'adaptation entreprise par Dario Argento pour le grand écran du célèbre roman de Bram Stoker est un ratage quasi complet. C'est un constat qu'il faut faire d'emblé si l'on veut pouvoir en tirer un peu de satisfaction, refusant d'accepter totalement le bourbier progressif dans lequel, celui que l'on nomma autrefois "le maître de l'horreur", s'empêtre plus profondément avec chacun de ses derniers...
Lovely Bones
La jeune Susie Salmon est assassinée par l’un de ses voisins. Alors que la police enquête et que ses parents se retrouvent désemparés, elle observe la vie s’écoulait sans elle depuis l’entre-deux monde, un endroit à mi-chemin entre la Terre et le Paradis. Le visage de l’innocence même Il aura fallu quatre longues années pour que Peter Jackson revienne derrière la caméra...
Blood on the Highway
Faisant route vers un concert réputé trash, trois jeunes gens, Carrie, Bone et Sam, se perdent et échouent à Fate, un patelin à première vue sans histoires, mais infesté de vampires. Depuis l'épatant Shaun of the Dead (2003), les parodies de films d'horreur retrouvent un second souffle. Ici, le duo de cinéastes Epstein-Rowan s'attaque donc au mythe vampirique. Revenu à la lumière par le biais de...
Summer Shark Attack
Hormis quelques exceptions notables telles que 47 Meters Down ou Instinct de survie , faire un film de requins actuellement relève du suicide artistique. Les étrons d’Asylum, SyFy et consorts ne se sont pas contentés de miner le survival animalier par le fond. Ils l’ont tourné en ridicule, rivalisant de stupidités et d’idioties en tout genre. Le constat est si déplorable que l...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...