Voir la fiche complète du film : Choose (Marcus Graves - 2010)

Choose

Un thriller horrifique franchement décevant. Pas grand chose à sauver de cette resucée sans saveur de Seven...
Publié le 2 Avril 2013 par GeoffreyVoir la fiche de Choose
4
Tueur en série
Un torture porn dans la lignée de Saw et The collector, voilà comment nous est présenté Choose. Un thriller horrifique raté essayant vainement de mixer Saw et Seven, voilà comment moi je le présenterais. Car les scénaristes avaient manifestement le film de David Fincher en tête quand ils ont écrit le scénario de leur navet.
Oui, navet. Et pourtant Dieu sait que j'avais envie de l'aimer ce Choose. Superbe jaquette et pitch accrocheur, il n'en fallait pas plus pour titiller ma curiosité.


Vous préférez voir Choose ou Taxi 4 ? Choisissez !

Réveillée au milieu de la nuit, Sara trouve ses parents ligotés à leur lit par un terrifiant intrus qui lui laisse, à elle, 60 secondes pour choisir lequel de ses deux parents doit mourir. Si elle n’en choisit aucun, les deux périront entre les mains de ce détraqué. Qui est cet homme balafré et pourquoi a-t-il choisi pour victimes Sara et sa famille ?


Tes doigts ou tes oreilles ? Choisis !

Le film commence pourtant de la plus belle des manières : avec un superbe générique. L'influence Seven, assurément. C'est par la suite que ça va se gâter, malgré la présence de Katheryn Winnick, dont la première apparition consiste à mettre en valeur ses seins dans un mini t-shirt gris. Notre clone de Scarlett Johansson va donc se retrouver mêlé à une série d'homicides peu ordinaires, reliés par une improbable et alambiquée histoire de famille.

Autant le dire tout de suite, comme dans les suites de Saw, l'intérêt du film repose sur les meurtres et leur élaboration. De fait, le tueur de Choose est assez sadique puisqu'il propose à ses victimes des choix plutôt douloureux : une adolescente doit choisir entre ses deux parents, un pianiste entre perdre ses doigts ou devenir sourd, et un mannequin entre perdre la vue ou son visage.
Personnellement, je n'ai pu m'empêcher de penser au sketch des choix impossibles de Pierre Palmade : " tu préfères avoir des dents en bois ou une jambe en mousse".

Le problème dans Choose (enfin, l'un des problèmes), c'est que le tueur pose des choix impossibles, mais qu'il ne laisse pas le temps à ses victimes de répondre et que donc, il choisit à leur place. Franchement, quel intérêt ? Car du coup, c'est tout le concept du choix qui tombe à l'eau puisque les victimes n'ont pas à assumer la voie qu'ils se sont choisies. Quand on sait, qu'en plus, le déluge d'hémoglobine promis n'a pas lieu malgré certaines trouvailles visuelles intéressantes (les doigts coupés du pianiste sur le sol, le miroir aqueux,...), c'est tout un pan du film qui s'écroule.


Scarlett Johansson ou Katheryn Winnick ?

On pourrait également parler du duo père fille qui ne fonctionne pas du tout et ne dégage aucune alchimie (le père se fiche complètement de sa fille qui passe son temps à lui dire que le tueur la harcèle) ou de la révélation finale qui n'a rien de l'électrochoc de l'année, mais je crois que ce pauvre Choose a déjà suffisamment souffert.

Si une vague resucée sans saveur de Seven, Saw et The Collector vous tente, alors vous pouvez éventuellement regarder ce film. Dans le cas contraire, passez votre chemin car, au final, Choose ne propose rien d'autre qu'un ennui... mortel.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

L'étrange Mr. Slade
Plus que n’importe quel autre média, le cinéma s’est longuement épanché sur l’affaire Jack L’Éventreur. D’Hitchcock à Brahm, la première moitié du XXe siècle aura particulièrement été marquée par les adaptations successives du roman Marie Belloc Lowndes. Cette vision fictionnelle du plus grand cas de l’histoire criminelle contemporaine tente d’humaniser l...
Megalodon
En parallèle de ses métrages vite faits mal fignolés, Asylum n’a pas son pareil pour produire des mockbusters au moment opportun. Le principe tient à surfer sur le succès d’un blockbuster tout en sortant son téléfilm fauché dans le même intervalle de temps; le plus souvent d’une bêtise affligeante. Bien entendu, un tel procédé flirte avec les frontières du plagiat et de la...
Douce nuit - sanglante nuit
À Noël, les allées des jardineries fleurent bon les sapins et les supermarchés vomissent des rayons de jouets par milliers. C'est l'occasion de nous ressortir une tripotée de films familiaux à la morale plus ou moins discutable, aux classiques de notre enfance et quelques mini-séries aux qualités variables. Dans cette opulence de sentiments mièvres, les fêtes de fin d'années ne sont...
Sin Ciy 2
A Sin City, les années passent, mais rien ne change. Cependant, l'heure de la revanche a sonné pour Nancy, Dwight et Johnny. En 2005, Sin City révolutionnait le Septième Art avec des graphismes bluffants restituant à merveille les comics de Frank Miller. Près de dix ans plus tard, sa suite se frayait enfin un chemin jusqu'aux salles obscures. Les fans de Sin City attendaient avec impatience ce...
Casper
Ah! Casper le gentil fantôme ! Un chouette petit dessin animé sans prétentions qui a bercé l’enfance de pas mal d’entre nous. La transposition en film ne paraissait pas devoir poser trop de problèmes au vu des possibilités offertes, mais on sait tous comment ça peut se terminer avec les adaptations sur grand écran… Un look très "Burtonnien" pour l'intérieur de la...