Voir la fiche complète du film : Choose (Marcus Graves - 2010)

Choose

Un thriller horrifique franchement décevant. Pas grand chose à sauver de cette resucée sans saveur de Seven...
Publié le 2 Avril 2013 par GeoffreyVoir la fiche de Choose
4
Tueur en série
Un torture porn dans la lignée de Saw et The collector, voilà comment nous est présenté Choose. Un thriller horrifique raté essayant vainement de mixer Saw et Seven, voilà comment moi je le présenterais. Car les scénaristes avaient manifestement le film de David Fincher en tête quand ils ont écrit le scénario de leur navet.
Oui, navet. Et pourtant Dieu sait que j'avais envie de l'aimer ce Choose. Superbe jaquette et pitch accrocheur, il n'en fallait pas plus pour titiller ma curiosité.


Vous préférez voir Choose ou Taxi 4 ? Choisissez !

Réveillée au milieu de la nuit, Sara trouve ses parents ligotés à leur lit par un terrifiant intrus qui lui laisse, à elle, 60 secondes pour choisir lequel de ses deux parents doit mourir. Si elle n’en choisit aucun, les deux périront entre les mains de ce détraqué. Qui est cet homme balafré et pourquoi a-t-il choisi pour victimes Sara et sa famille ?


Tes doigts ou tes oreilles ? Choisis !

Le film commence pourtant de la plus belle des manières : avec un superbe générique. L'influence Seven, assurément. C'est par la suite que ça va se gâter, malgré la présence de Katheryn Winnick, dont la première apparition consiste à mettre en valeur ses seins dans un mini t-shirt gris. Notre clone de Scarlett Johansson va donc se retrouver mêlé à une série d'homicides peu ordinaires, reliés par une improbable et alambiquée histoire de famille.

Autant le dire tout de suite, comme dans les suites de Saw, l'intérêt du film repose sur les meurtres et leur élaboration. De fait, le tueur de Choose est assez sadique puisqu'il propose à ses victimes des choix plutôt douloureux : une adolescente doit choisir entre ses deux parents, un pianiste entre perdre ses doigts ou devenir sourd, et un mannequin entre perdre la vue ou son visage.
Personnellement, je n'ai pu m'empêcher de penser au sketch des choix impossibles de Pierre Palmade : " tu préfères avoir des dents en bois ou une jambe en mousse".

Le problème dans Choose (enfin, l'un des problèmes), c'est que le tueur pose des choix impossibles, mais qu'il ne laisse pas le temps à ses victimes de répondre et que donc, il choisit à leur place. Franchement, quel intérêt ? Car du coup, c'est tout le concept du choix qui tombe à l'eau puisque les victimes n'ont pas à assumer la voie qu'ils se sont choisies. Quand on sait, qu'en plus, le déluge d'hémoglobine promis n'a pas lieu malgré certaines trouvailles visuelles intéressantes (les doigts coupés du pianiste sur le sol, le miroir aqueux,...), c'est tout un pan du film qui s'écroule.


Scarlett Johansson ou Katheryn Winnick ?

On pourrait également parler du duo père fille qui ne fonctionne pas du tout et ne dégage aucune alchimie (le père se fiche complètement de sa fille qui passe son temps à lui dire que le tueur la harcèle) ou de la révélation finale qui n'a rien de l'électrochoc de l'année, mais je crois que ce pauvre Choose a déjà suffisamment souffert.

Si une vague resucée sans saveur de Seven, Saw et The Collector vous tente, alors vous pouvez éventuellement regarder ce film. Dans le cas contraire, passez votre chemin car, au final, Choose ne propose rien d'autre qu'un ennui... mortel.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
Tucker & Dale fightent le mal
Depuis plusieurs mois déjà, Tucker & Dale Fightent le Mal , réalisé par Eli Craig et écrit en collaboration avec Morgan Jurgenson , fait le buzz sur la Toile. Il faut dire qu'avec un titre pareil et une affiche bien dans le ton, il est impossible de ne pas se sentir intrigué par ce film qui fleure bon la déconne, la tripaille et la parodie de genre. Un exercice ambitieux, bien souvent...
Détective Dee : Le Mystère de la flamme fantôme
Le Wu-xia ou Wu xia pian (littéralement chevalier errant) est un genre qui a pris son essor en Chine. Particulièrement chéri dans son pays natal, le Wu-xia est similaire aux films de cape et d’épée occidentaux à ceci près qu'il possède une dimension plus audacieuse, plus onirique que son homologue. Alors que la Shaw Brothers a produit les plus grands métrages de Wu-xia au cours des années 1960-...
Trailer Park of Terror
On a tous des références. Dire le contraire serait mentir, car on a tous en tête des histoires faisant références à des films, des livres, voir même à des musiques qui nous parlent. Et bien souvent, quand on réalise un film ou que l'on écrit un livre, on a plusieurs auteurs ou réalisateurs en mémoire, en référence, et parfois même quelques films dont on s'inspire plus ou moins librement...
La Maison au Bout de la Rue
Le foyer révèle l’intimité de chacun. Il est à la fois un refuge et un exutoire. Une fois les portes fermées, les rideaux tirés, les barrières sociales s’effondrent pour laisser entrevoir une vérité que l’on préfère ignorer. La maison est le catalyseur parfait pour les films de genre : fantômes, psychopathes, maltraitances ou persécutions. D’ailleurs, les titres de certains métrages plus ou moins...