Voir la fiche complète du film : Club Dread (Jay Chandrasekhar - 2004)

Club Dread

Club Dread allie avec un certain talent humour et slasher, tout en restant dans les limites du genre et sans dépasser les bornes...
Publié le 1 Décembre 2012 par AqMEVoir la fiche de Club Dread
6
Tueur en série
Pour tous les fans de films d'horreur, le slasher est un genre bien particulier. Il s'agit de mettre en avant un tueur psychopathe, de préférence masqué, et qui tue avec une violence inouïe et avec une arme plus ou moins originale. Ainsi, on connait la saga Halloween ou Vendredi 13, ou bien plus récemment la saga Scream. Parfois, l'horreur est tellement poussée loin que cela vire au grand guignol et les parodies ont vu le jour depuis Scary Movie jusqu'à Tucker et Dale fightent le mal.
Club Dread est une parodie de slasher, jouant avec les codes et détournant le genre avec un humour potache. Passé inaperçu dans notre beau pays, le film peut paraître grossier, grotesque et absolument débile, mais il faut dire qu'il s'assume à 100% et qu'il propose certains passages assez savoureux.
Alors s'agit-il encore d'un film au ras des pâquerettes avec un humour pour adolescent pré-puberts ? Avons-nous droit à un film sympathiquement débile ? Prenons une bonne téquila et allons sur l'île des plaisirs pour voir Coconut Pete et ses potes se faire dézinguer.

Quand on regarde les scénarios de films d'horreur et souvent de slasher, on reste dans quelque chose de simpliste et de binaire. En gros, on a tueur que l'on a vu dès le début du film, des jeunes gens qui doivent se faire déboîter, de la donzelle aux seins nus et un héros ou une héroïne qui va trouver l'identité du tueur et qui va le tuer ou l'arrêter. C'est simple, on a du sexe, du sang et parfois du rock. Seulement, avec Club Dread, on a aussi un humour en dessous de la ceinture et des paysages plutôt jolis. En fait, un jeune masseur se rend sur l'île des plaisirs au Costa Rica, lieu de villégiature de Coconut Pete, un ancien chanteur. Il fait la connaissance de toute l'équipe, de Putman le prof de tennis à la coiffure improbable à Emy la sexy prof de fitness. Sauf qu'une légende raconte qu'un tueur à la machette sans pénis se cache dans la forêt et tue tous ceux qui s'y aventurent. Quand les animateurs se font buter les uns après les autres, la psychose commence à gagner le groupe et la paranoïa n'est jamais loin.
Jusque-là, le scénario reste basique, mais le scénariste décide d'en faire une grosse parodie et les moments débiles vont se succéder à grande vitesse et tous les codes du genre vont être détournés pour en faire un pastiche parfois lourd, parfois savoureux. Préférant enfoncer des portes déjà ouvertes, le film va se lancer à corps perdus dans des situations classiques du genre et va faire en sorte de les tourner en dérision pour faire rire le spectateur. Si cela marche assez souvent, c'est parfois très gros et à la limite de la bêtise. Seulement le film possède un charme particulier, ne serait-ce que pour son environnement et ses personnages tous aussi bêtes les uns que les autres. L'ambiance reflète la bonne humeur du réalisateur et on se sent en vacances quand on regarde ce métrage. De ce point de vue, c'est plutôt réussi, d'autant plus que la fin reste vraiment bien foutue. Alors il ne faut pas chercher une once de philosophie dans ce genre de film, mais il donne la banane et change des très mauvais Scary Movie 3 et 4.


Sacrée éjac faciale, mec !

Le seul problème avec ce genre de film c'est que parfois cela va trop loin dans l'humour sexuel et que bien souvent on se lasse avant la fin du métrage. Il suffit de regarder 41 ans toujours puceau pour comprendre ce que je veux dire. De plus, bien souvent, les acteurs se révèlent être mauvais et hors de propos. Ce qui est bizarre dans ce film, c'est que le plus mauvais acteur est le réalisateur. Interprétant Putman, le rasta prof de tennis, il incarne la mollesse et la plus grosse bêtise du film. Dans ce genre de métrage, il y a toujours une guest star, et ici, il s'agit de Bill Paxton, jouant Coconut Pete, le gérant alcoolique de l'île et il le fait avec un certain brio. S'amusant comme un petit fou à faire le débile, il transmet sa bonne humeur et son humour en dessous de la ceinture. Le film ne serait rien sans des présences féminines aguicheuses, comme Brittany Daniel, magnifique prof de fitness au postérieur fort attirant, ou encore l'actrice incarnant la gymnaste qui a une poitrine des plus mignonnes. Pour les autres acteurs, c'est assez inégal, mais ce n'est pas trop mal et ça reste burlesque sans surjouer.

Bien entendu, comme dans tout slasher, l'identité du meurtrier est à découvrir et chaque personnage à ses secrets. Ainsi, on aura droit à une palette de personnage plus ou moins stupides allant du mexicain qui a niqué une chèvre au masseur obèse qui arrive à se faire maigrir pour se planquer sous un lit. Tout cela fleure bon l'idiotie, mais ça se laisse regarder avec un certain plaisir et je serai incapable de dire pourquoi ! Sans pour autant être gore, le film sait tout de même se faire stressant, notamment sur la fin avec l'identité du tueur et l'acteur qui se trouve être assez bon dans son regard fou et son attitude psychopathe. Si les raisons des meurtres restent débiles, la fin reste très forte et bien gore, alliant humour et saloperie. Alors oui, c'est idiot, oui c'est en dessous de la ceinture, mais il se dégage quelque chose d'agréable de ce métrage que je ne serai expliquer.

Au final, Club Dread allie avec un certain talent humour et slasher, tout en restant dans les limites du genre et sans dépasser les bornes. Si certains passages sont très drôles (le passage des deux gonzesses pour échapper au tueur, ou encore le pac-man dans le labyrinthe) d'autres sont assez lourdingues (le prof de tennis qui essaye de faire reculer le tueur avec des balles), et le tout donne un film sympathique qui ne fera pas date dans le cinéma mais qui a le mérite de divertir et de rendre de bonne humeur. A mille lieux d'un Shaun of the dead, il reste tout de même divertissant et un plaisir pour les yeux des garçons, car les petits culs et les paires de nichons sont légions

Autres critiques

Making Off
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Cédric Dupuis rêve depuis des années de devenir réalisateur. Sur un coup de tête, il décide de se lancer dans la mise en scène du plus terrifiant film d'horreur de tous les temps, au grand dam de sa petite amie et de ses camarades, peu enthousiastes à l'idée de joueur les acteurs. C'est ainsi que débute un tournage de plus en plus chaotique...
The Reef
Les films de requin c'est un peu comme la loterie : une chance sur un million de tirer le gros lot. En effet, pour un Dents de la Mer réussi (et toujours référence ultime du genre), combien de Shark Attack , Shark in Venice et Cruel Jaws les yeux effarés du spectateur ont-ils dû subir? Partant de ce postulat, l'annonce d'un nouvel essai cinématographique ayant pour thème principal nos...
Detention
Il y a parfois des films qui sont injustement boudés dans les salles obscures, voire même privés de projection pour diverses raisons plus ou moins fallacieuses. Du coup, et c'est de plus en plus fréquent, en fouillant dans les sorties en direct to vidéo, on trouve des petits bijoux, des films indépendants bandants, ou même des pépites inventives et totalement loufoques. C'est le cas avec ce...
La Mutante des Mers
La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d' Edward L. Cahn . N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez . Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai...
Gallowwalker
Ce sont dans les mélanges de genre que l'on trouve les meilleures idées ou tout du moins les plus osées. Mai s'il y a bien un genre qui n'est pas très sujet aux mélanges, c'est bien le western. Certes, il peut explorer certains thèmes, comme la vengeance, le drame ou encore l'action, mais il rentre peu dans le fantastique ou dans l'horreur. Vorace de feu Antonia Bird en est un excellent exemple,...