Voir la fiche complète du film : Congo (Frank Marshall - 1995)

Congo

Un film d'aventures plutot moyen qui laisse une sensation de ratage. une déception...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Congo
6
Primate Jungle

Etant jeune, Congo était un film que j'appréciais particulièrement. J'étais même allé le voir deux fois au cinéma. J'en avais le souvenir d'un film trépidant, bourré d'action et doté d'effets spéciaux très réussis. Je viens de le revoir, dix ans plus tard et avec une bien meilleure culture cinématographique. Et là, déception. Où est passé le film que j'avais tant aimé? Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un navet (il ne faut tout de même pas exagérer) mais en tout cas il m'a laissé une désagréable sensation. De là à dire qu'il n'y a que les enfants et les spectateurs pas trop regardant qui peuvent l'apprécier, il n'y a qu'un pas.

La société américaine TraviCom a lancé huit de ses hommes à la recherche d'un vaste gisement diamantifère situé dans la mythique Cité de Zinj, au coeur de la chaîne des Virungas. Le chef de l'expédition, Charles Travis et ses compagnons sont massacrés par une bande de gorilles d'une espèce inconnue...


Des autochtones au look particulier

Tout commence plutôt bien avec une scène d'introduction qui laisse présager du meilleur. On y retrouve Bruce Campbell (Ash des Evil dead), perdu au milieu de la jungle et qui découvre une cité ancienne avec l'aide d'un de ses compagnons. Ce dernier se fera joyeusement trucider et tout ce que retrouvera Bruce de lui, ce sera un oeil arraché (quasi le seul effet gore du film soi-dit en passant, je sais c'est peu). Bruce perdra ensuite le contact avec sa base qui s'empressera de partir à sa recherche ainsi qu'à celle des diamants qu'il avait découvert.

A la vision de cette très bonne séquence, on se cale dans son siège en espérant voir de trépidantes et raisonnablement sanglantes aventures dans la jungle. Et patatras! L'heure suivante sera passablement molle et inintéressante. On suit d'un oeil de plus en plus distrait la présentation des personnages qui participeront à l'expédition et ensuite leur périple jusqu'à la cité qui, entre parenthèses, est vraiment facile à découvrir pour une cité millénaire que personne n'avait jamais trouvée. Enfin bon, arrivé à cette dernière, le film reprend enfin des couleurs et offre quelques bonnes scènes.

Mais le problème c'est tout ce qui précède. Ou plutôt tout le vide qui précède. Car il ne passe pas grand chose. On les voit marcher, avoir des ennuis à la douane et enfin se promener dans la jungle sans grand problème. Quelques bêbêtes viendront les taquiner mais c'est trop peu. heureusement que les décors (superbe cité) et l'ambiance sont très réussis sinon on s'ennuierait profondément.


Non mais franchement...

Les acteurs ne sont pas mauvais et font ce qu'ils ont à faire. Seul bémol: Tim Curry. Personnellement, j'adore cet acteur mais là j'avoue que je l'ai plutôt trouvé pathétique en Roumain obsédé par la cité perdue. Sans compter que le doublage français est abominable et qu'il se retrouve affublé d'un accent du plus mauvais effet. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute s'il a l'air ridicule, c'est le scénario qui veut que son personnage soit comme celà. N'ayant pas lu le livre de Michael Crichton (Jurassic park) dont est tiré Congo, je ne saurais dire si le film est respectueux du matériau de base. Mais si c'est le cas, on peut affirmer sans crainte que l'on a déjà connu l'écrivain beaucoup plus inspiré.

Par exemple, Amy, la guenon qui parle, est une fausse bonne idée et son utilité reste encore à prouver. Enfin le fait qu'elle parle n'est pas vraiment utile. Qu'elle peigne est nécessaire à l'intrigue mais qu'elle communique, pas vraiment. C'est plus énervant qu'autre chose car les moments entre elle et son mentor sont niais au possible. Mais le comble du scénario est atteint lorsque qu'un volcan entre en éruption pile au moment où les héros sont dans la cité et qu'ils sont face aux gorilles tueurs. La ville ancienne qui a résisté depuis des siècles sera ainsi détruite en quelques secondes (comme dans Tomb raider: le berceau de la vie, ça veut tout dire...).

Les effets spéciaux ne sont en outre pas tous très réussis et on ne voit finalement que très peu les fameux gorilles gris.


Prends ça sale peluche!

D'accord, tout n'est pas si noir que celà et le film reste relativement divertissant, au moins à la première vision et le fait que j'en avais gardé un aussi bon souvenir n'a sans doute pas joué en sa faveur, mais toujours est-il qu'une sensation de ratage prédomine une fois le générique de fin arrivé. Dommage.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Le Monde fantastique d'Oz
Oscar Diggs est un magicien sans envergure qui multiplie les tours de pacotilles pour impressionner une foule crédule. À la suite d'une altercation, il s'enfuit dans un ballon, mais échoue dans une tornade à la violence inouïe. À son réveil, il découvre le merveilleux pays d'Oz et ses habitants... Inutile de présenter Sam Raimi, l'homme derrière une certaine saga culte horrifique...
Fido
À la suite d'un nuage radioactif cosmique, les morts sont revenus à la vie ! Terrible nouvelle que voici, mais c'était sans compter la merveilleuse société Zomcon et ses scientifiques de génie qui ont eu la fantastique idée de domestiquer nos chers défunts. Vous en avez assez de faire le jardin, les tâches ménagères ou de promener le chien ? Prenez un zombie Zomcon ! Après avoir réalisé çà et là...
L'asile
Les films à sketches permettent généralement de faire vivre de petites histoires qui ne nécessitent pas de s’étendre outre mesure. À la manière de courts-métrages, elles doivent se montrer brèves et rentrer dans le vif du sujet sans perdre de temps. Une thématique spécifique, une durée à respecter pour chaque segment, sans compter un fil commun qui relie l’ensemble de façon crédible...
Hannibal
Si l'on demande à des lecteurs ou des cinéphiles de citer des tueurs en série qui les ont frappés, il y a de fortes chances pour qu'Hannibal Lecter figure dans leur top 5 auprès de Charles Manson et consorts. Tout comme Sherlock Holmes, il marque la culture populaire d'une empreinte au fer rouge. Un constat qui perdura dans le temps au point peut-être de le confondre avec de réels sociopathes...
Destination Finale 4
Attention, cette critique s'appuye sur une vision en 2D du film, le cinéma préféré de votre serviteur n'ayant pas les installations nécessaires pour une projection 3D. Décevant. Tout simplement décevant. Ce nouveau volet de la saga des Destination Finale n'avait d'autre prétention que de divertir le public mais malgré celà, il fait au final assez pâle figure par rapport à ses...