Voir la fiche complète du film : Conjuring: Sous l'Emprise du Diable (Michael Chaves - 2021)

Conjuring : Sous l'emprise du diable

Conjuring : Sous l’emprise du diable s’avance comme une suite en deçà des réalisations de James Wan. Même si le film tend à s’éloigner de ses modèles à travers une approche plus cartésienne, la narration use de poncifs évidents et prévisibles, tout comme les phénomènes paranormaux. On apprécie le traitement des protagonistes et cette volonté de prendre des risques dans l’exposition des faits ; moins cette incapacité à instiller l’effroi avec une mise en scène inconstante et une gestion de l’obscurité maladroite.
Publié le 22 Juin 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Conjuring: Sous l'Emprise du Diable
6
Diable et Démon

En considérant les spin-offs, la saga Conjuring a donné lieu à 8 films en un peu moins de 10 ans. Avec Insidious, elle constitue l’une des franchises les plus notables du cinéma de genre des années 2010. Certes, certaines de ces productions présentent un niveau qualitatif moindre. Pour autant, il n’en demeure pas moins une incursion globalement convaincante dans le domaine de l’épouvante. Après deux premiers opus réalisés sous la direction de James Wan, Conjuring se voit confier à Michael Chaves à qui l’on doit La Malédiction de la dame blanche. Une production médiocre et mal maîtrisée qui suggère des craintes légitimes quant à l’orientation de cette suite.

Comme un air de déjà-vu...

Somme toute classique dans sa présentation des faits, l’entame augure de l’exorcisme d’un jeune garçon. On retrouve le cadre du foyer familial avec une mise en situation immédiate. On distingue, entre autres, les stigmates des phénomènes paranormaux et de la tentative d’exorcisme elle-même. L’approche frontale se veut sans subtilité aucune, s’appuyant sur les sempiternels subterfuges qui ne décrochent aucun effroi ni sursaut. Au sortir de ce premier affrontement avec le « mal », l’intrigue s’oriente dans une tout autre direction, se penchant sur l’affaire Arne Johnson. Le cas a défrayé la chronique au cours des années 1980 puisque l’intéressé plaide la possession et est reconnu comme tel lors de son procès.

D’un point de vue chronologique, on distingue une certaine cohérence avec l’évocation des sixties et des seventies, respectivement dans les deux précédents opus. Par la même, cela permet de développer la caractérisation du couple Warren, leur rapport à autrui et aux phénomènes surnaturels. On sent également des personnages vieillissants où leur expérience est inversement proportionnelle à leur bonne santé physique, sinon mentale. Et c’est précisément sur ce point que le film s’appuie : la vulnérabilité des protagonistes qui, jusqu’alors, n’a jamais été aussi exacerbée. Auparavant, il persistait un recul, une implication toute mesurée avec les évènements en question.

 

Amis contorsionnistes, bonjour !

Ici, le couple Warren est lui-même concerné par la menace, car il ne s’agit pas uniquement de forces maléfiques. Conjuring : Sous l’emprise du diable apporte alors un danger plus tangible sous l’angle du satanisme et de considérations matérialistes. En l’occurrence, leurs investigations évoluent vers les agissements ésotériques d’un mouvement sectaire, du moins est-ce là la première impression qui s’en dégage. L’intrigue ne se focalise pas sur les phénomènes, mais sur des recherches à la tonalité malsaine. De la confrontation au mal, on se heurte désormais à une fascination plus dérangeante, car directement associée à la nature humaine.

En cela, cet angle d’approche sauve sûrement le film de l’itération douteuse. Au fil de la progression, on distingue néanmoins des errances de mises en scène déjà commises avec La Malédiction de la dame blanche. On songe à ce montage relativement capricieux où l’alternance des points de vue se veut confus en début de parcours, tout comme certains allers-retours temporels dispensables. Cependant, on apprécie l’amalgame entre hallucinations et réalité pour dépeindre les phénomènes paranormaux. Si l’ensemble n’est guère effrayant, mais plutôt oppressant à certains moments, ce choix permet de contourner l’absence toute relative d’originalité pour mettre en branle les mécaniques de la peur.

 

Rien de tel qu'une messe noire pour bien démarrer la journée

Au final, Conjuring : Sous l’emprise du diable est une suite sensiblement différente de ses prédécesseurs. On ressent le passage de relais entre les metteurs en scène. Ce qui influe sur la qualité générale du métrage. D’excellents a priori pour les réalisations de James Wan, on se confronte à une production sans fulgurance ni relief, aux maladresses évidentes. Il est à regretter ce traitement brut de décoffrage en ce qui concerne la tonalité surnaturelle de l’intrigue, rendant la progression prévisible, y compris pour les manifestations. En contrepartie, des efforts ont été consentis pour présenter une affaire paranormale sous un angle plus pragmatique qu’à l’accoutumée. Cela tient à la plaidoirie du coupable en filigrane, mais aussi à l’enquête du couple Warren et son incursion dans les strates méphitiques du satanisme. Un résultat qui souffle donc le chaud et le froid qui, sans être catastrophique, n’est pas non plus remarquable.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Les Yeux sans Visage
C’est à la fin des années 50, une époque où le cinéma d’horreur connaissait un nouveau souffle, notamment grâce aux films de la Hammer en Grande-Bretagne et à ceux de Roger Corman aux Etats-Unis, qu’est sorti Les yeux sans visage , deuxième long-métrage d’un certain Georges Franju. Après avoir réalisé plusieurs courts-métrages documentaires comme en témoigne par exemple Le sang des bêtes - un...
Train
Le Torture-Porn c'est un peu comme le slasher : en général les scénarios sont bidons et uniquement prétextes à nous présenter un enchaînement de scènes-chocs. Quand c'est bien fait ça nous donne Hostel ou Saw 3 (ce dernier étant également le summum du scénario-prétexte au service de la violence graphique) mais pour ces rares réussites, combien d'erzatzs mal foutus avons-nous vus...
Sharks - L'Attaque du Requin à Deux Têtes
Asylum et les requins, c'est une grande histoire d'amour. Depuis le premier opus de sa mythique saga Mega Shark et sa nullité abyssale, la firme d'aliénés a vite compris les intérêts de ce filon décidément très porteur. Leurs productions sont d'une telle diversité ignominieuse que les requins sont une manne toute trouvée pour poursuivre leur périple à travers les méandres de la...
Nick Cutter et les Portes du temps
Les dinosaures pour le cinéma (ou la télévision) sont une manne providentielle pour les paléontologues en herbe. A tort, l'on incombe généralement ce centre d'intérêt aux enfants ou jeunes adolescents qui s'étiole au fil des ans. La propension de dessins animés qui les mettent en scène semble confirmer ce malheureux préjugé ( Denver , Le petit dinosaure ou Dinosaures ...). Au regard d'un public...
Don't Breathe - La maison des ténèbres
En 2013, Fede Alvarez crée la surprise avec un remake réussi du film culte Evil Dead . Le cinéaste imposait une habile relecture de l’œuvre de Sam Raimi. Son nouveau projet était donc attendu au tournant pour confirmer l’essai. Contrairement au titre racoleur français à la banalité affligeante, Don't Breathe révèle une approche étonnante du huis clos horrifique tel qu’on le...
Conjuring: Sous l'Emprise du Diable
Réalisateur:
Sortie France:
Durée:
6.18182
Moyenne : 6.2 (11 votes)

Conjuring : Sous l'emprise du Diable - Bande-Annonce Officielle (VOST)

Dernières critiques spectateurs

Thématiques