Voir la fiche complète du film : Jaws 5 : Cruel Jaws (Bruno Mattei - 1995)

Cruel Jaws

Un nanar à la débilité sans borne où stock-shots, plagiat et une équipe de tâcherons se succèdent dans un spectacle aussi navrant que pénible. Sans doute le pire film de requins qui puisse exister.
Publié le 11 Novembre 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Jaws 5 : Cruel Jaws
0
Requin

Dans le domaine surexploité des requins, peu de longs-métrages sont parvenus à tirer leur épingle du jeu hormis le chef d’œuvre de Spielberg, Les dents de la mer. Les suites étaient d’un intérêt inégal, mais l’on était encore loin des étrons qui allaient submerger nos écrans. 1995 est une date charnière pour un genre qui périclite définitivement dans la connerie ineffable du nanar. Derrière un pseudonyme (on le comprend), Bruno Mattei a essayé sans le moindre scrupule d’offrir un cinquième opus à la saga Jaws avec cette chose que l’on a du mal à qualifier de film. Opportuniste peu amène en ce qui concerne les droits d’auteur, il devra finalement rebaptiser son méfait Cruel Jaws.

Certaines productions s’adressent à un public averti pour cause de violence gratuite, de sexe ou des raisons plus ou moins valables. Avec Cruel jaws, on pourrait arguer : « danger pour vos neurones, nullité infâme en émergence ». On pourrait très bien prendre au énième degré cette pathétique pellicule, en rire, le qualifier à son niveau d’incontournable, de comédie potache ou d’autres superlatifs qui viennent à l’esprit, mais non. Du début à la fin, on assiste à un spectacle affligeant, ridicule, à la nullité sans limites et sans complexe. Ce tsunami d’idioties et d’absurdités nous malmène de tout bord à tel point que l’on ne pourra pas recenser toutes les tares qui le caractérisent.

Commençons par l’histoire. Les « scénaristes » ont pioché çà et là des éléments aux trois premiers volets des Dents de la mer sans se soucier d’éventuels problèmes de plagiats. Certaines séquences sont retrouvées en l’état avec à l’appui une pléthore de stock-shots issue des références précitées, ainsi que de Deep blood ou La mort au large. Réaliser un navet ou un nanar est une chose, les copier bêtement en pillant le travail de ses confrères tâcherons en est une autre. Quel intérêt à produire un tel affront à la créativité ? On connaît Bruno Mattei pour ses pratiques douteuses (Mondo cannibale et Land of death ne sont pas piqués des hannetons), mais ça n’excuse en rien de pareilles méthodes.

Oserons-nous parler d’acteurs ou de casting ? Cette brochette de bras cassés patauge dans des dialogues vides de sens avec une interprétation lamentable, une gestuelle à l’ouest ou une intonation davantage risible que grave (au vu des différentes situations). On ne peut pas faire pire, et ce, même avec des personnages sans queue ni tête : un clone d’Hulk Hogan, des têtes de nœuds à ne plus savoir qu’en faire et des donzelles fraîchement dévêtues avec un acarien en guise de cerveau. Pour peu, l’on serait tenté de dire que l’otarie ou le dauphin s’en sortent les mieux dans cette vaste blague.

Et le requin dans tout ça ? Hormis les stock-shots (mal foutu et monté avec les pieds), vous aurez le plaisir de le contempler en carton ou en plastique avec une taille plus ou moins réduite lorsqu’il s’agit de maquettes. Il gobe tout sur son passage dans un cadrage aussi merdique que les trucages. Des cris, des demeurés qui tombent à l’eau et un bon paquet de bulles (pas de sang) pour signifier que l’on achève ces amateurs en maillots de bain. À noter que le film comporte l’une des morts les plus débiles du cinéma. La bimbo qui se verse un bidon d’essence sur la tronche et son comparse attardé qui y met le feu avec une fusée de détresse pour que tout explose dans une joyeuse déflagration. Ça ne s’invente pas.

Au final, il est moins éprouvant d’écrire sur ces absurdités que de contempler l’ampleur des dégâts pendant 92 interminables et éternelles minutes. À tous les niveaux, Cruel jaws fait montre d’une rare incompétence dans le domaine de la cinématographie et de la créativité. Peu scrupuleux, Bruno Mattei plagie à tout-va les meilleurs et les pires films pour fournir un travail absolument abominable et catastrophique. Difficile de concevoir un tel affront au roman de Peter Benchley et aux références du genre tant que l’on n’a pas vu Cruel jaws. Au milieu de ces attardés du septième art, l’on y trouve même le thème principal de Star Wars pour partir à la chasse aux requins. Si ce n’est pas la cerise sur le gâteau ! Avant Sharktopus, sachez qu’il y avait Cruel jaws. Comme son homologue, il ne mérite qu’un zéro pointé, et ce, en l’absence de notes négatives.

 

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Sharktopus Vs Whalewolf
Au même titre que Sharknado , la saga Sharktopus est devenue le porte-étendard du mauvais goût et du grand n’importe quoi. Sous couvert d’un survival animalier bas de gamme (on arpente le domaine de la série Z) où de pulpeuses donzelles se déhanchent en tenue légère, Roger Corman creuse toujours plus profondément dans l’insondable débilité humaine. Au regard de ce qui sort actuellement, c’en est...
Vendredi 13
En 1980, le réalisateur et producteur américain Sean S. Cunningham lançait Vendredi 13 , premier opus d’une saga horrifique qui, à ce jour, compte déjà douze épisodes. Le postulat est toujours le même : des adolescents se font tour à tour massacrer à Crystal Lake, en pleine campagne, par un tueur fou connu sous le nom de Jason, qui cache les traits de son visage derrière un masque de hockey. Il...
L'Effet Papillon 2
Mais pourquoi diable les producteurs ont-ils choisi de faire une suite Direct-to-video à l'excellent Effet Papillon alors que ce dernier avait rencontré un énorme succès, tant public que critique? Une décision d'autant plus incompréhensible que la fin du premier film telle qu'elle apparaissait dans le Director's cut n'ouvrait pas la porte à une suite et que pour obtenir une...
Miss Peregrine & les enfants particuliers
S’il y a bien un réalisateur qui parvient à proposer une œuvre unique dans les arcanes d’Hollywood, c’est bien Tim Burton. Mais depuis sa vision d’ Alice au pays des merveilles et un Dark Shadows en demi-teinte pour bon nombre de ses admirateurs, le cinéaste d’ Edward aux mains d’argent était bien loin de faire l’unanimité. Après Big Eyes , son biopic des...
Peur Bleue 2
Annoncée il y a peu, la suite de Deep Blue Sea ( Peur Bleue en version française, à ne pas confondre avec l’adaptation éponyme du roman lycanthrope de Stephen King) ne promettait pas que de bonnes choses, loin de là. Ayant la lourde tâche de succéder au plus gros blockbuster de requins des années 2000, cette petite production est, quant à elle, annoncée sur la chaîne Syfy, connue pour...