Voir la fiche complète du film : Dagmar : L'Âme des vikings (Roar Uthaug - 2012)

Dagmar : L'Âme des vikings

Hormis les décors et la réalisation, Dagmar est une jolie déception. Un film banal.
Publié le 31 Mars 2014 par AqMEVoir la fiche de Dagmar : L'Âme des vikings
4

Toutes les modes passent, certaines étant plus persistantes que d'autres. En ce moment, le Viking est à la mode. Cela vient sûrement du fait que voir des hommes torse nu, plein de tatouages et avec une bonne grosse hache dans les mains fait fantasmer un nombre d'ados faramineux ou plus vraisemblablement du succès mérité de la première saison de Vikings, ou encore de cette faculté de se réapproprier des mythes et légendes par le cinéma américain. Entre le comics Thor et encore le métrosexuel Hammer of the God, le viking a le vent en poupe sur son beau drakkar. Mais qui peut en parler le mieux, si ce n'est un cinéaste nordique. Roar Uthaug est un réalisateur norvégien, qui avait déjà livré l'excellent Cold Prey, un slasher très efficace. Alors est-ce que Dagmar (Flukt en VO) est un bon film de Vikings ?


Rambo chez les vikings.

Le scénario du film est d'une simplicité affligeante. On suit un couple avec ses deux enfants fuyant les villes à cause de la peste qui a fait des ravages. Ils se font alors attaquer par des brigands et tout le monde est tué sauf la jeune fille qui va servir de poule pondeuse pour le groupe. Dagmar, la chef des brigands possède une petite fille à qui elle inculque des valeurs barbares. Mais cette dernière libère la prisonnière et s'enfuient toutes les deux. La traque commence pour le groupe de brigands. Autant le dire tout de suite, cette histoire tient dans un mouchoir. Alors il n'y a pas de quoi être surpris avec Roar Uthaug, puisque Cold Prey n'était pas non plus innovant, mais ce dernier avec le mérite d'être efficace. Dagmar, l'âme des Vikings n'est pas efficace. Malgré sa faible durée, 1 h 15, le film semble très long et s'étire pour fournir quelque chose de bien maigre qui pourrait ne durer que trois quarts d'heure. Heureusement, le réalisateur n'est pas manchot et sait tirer profit de sa caméra. Certains plans sont superbes, les décors sont vraiment bien mis en valeur, mais cela restera bien peu de choses. Alors bien évidemment, on est fortement déçu quand on lit le titre en version française, on pourrait croire qu'il s'agit d'un film historique sur les Vikings, que l'on va apprendre plein de choses sur les moeurs de cette civilisation, mais non. On aura affaire à une vulgaire course-poursuite dans de jolis décors. Fort heureusement, la fin relève le niveau, bien qu'elle semble plus qu'improbable. Elle est aussi étonnamment rapide, gâchant ces quelques moments nerveux et intéressants. Dernière chose qui énervera sans doute, c'est l'utilisation abusive de ralentis lors de tirs de flèches ou de carreaux. Voulant donner un esthétisme à son film, en sus des décors, Roar Uthaug se la joue Zack Snyder sur des plans d'esquive qui ne sont pas forcément justifiés.


Donne-moi tes saucisses !!!

Le casting ne sert pas forcément le film. On retrouve l'actrice fétiche du monsieur, alias Ingrid Bolso Berdal dans le rôle de Dagmar. Très convaincante dans son rôle de victime puis d'héroïne dans les deux premiers Cold Prey, elle n'est pas à son aise dans ce film. Livrant une prestation dure, mais forçant sur certains points, on a l'impression qu'elle est constipée durant tout le métrage. Si son visage, blonde platine et yeux bleus, correspond au schéma physique que l'on peut se faire du Viking, elle reste en dessous de ce qu'elle propose d'habitude. Mais le pire dans tout ça, c'est le traitement fait aux personnages. Presque aucun des bonshommes n'a d'envergure, d'histoire. Hormis Dagmar, dont on apprend certaines choses sur son passé, les autres personnages, autant victimes que guerriers n'ont aucun background. On ne s'attache ainsi à aucun personnage et on assiste à un spectacle lambda qui ressemble à tant d'autres films de traque dans la forêt. C'est assez dommage, car certains personnages semblaient bien sympathiques, comme ce barbu chauve qui veut à tout prix se faire la jeune fille, histoire de se divertir un peu. Il en va de même pour les deux actrices incarnant les jeunes filles traquées, car si elles jouent bien, leurs personnages ne sont pas attachants et possèdent un background d'une faiblesse évidente. Si la fin fait illusion durant cinq minutes, il aurait été plus agréable de voir cela durant tout le film.

Au final, Dagmar l'âme des vikings est une jolie déception. Si la réalisation ainsi que les décors sont plutôt bons, le reste est vraiment très faible. Les personnages ne sont pas épais et le scénario est très peu développé. Les acteurs sans être mauvais sont transparents, et la fin est bâclée pour finir un film déjà très court. Bref, si vous voulez voir des Vikings, des vrais, il vaut mieux se rabattre sur la série Vikings, beaucoup plus dure et travaillée. Bref, il s'agit là d'un film banal de traque, sans autre intérêt que des décors bucoliques et froids.

Autres critiques

La Victime - The Victim
Attention, cette critique révèle certains éléments qui peuvent amoindrir l'impact de l'intrigue. Encore un film de fantômes asiatiques? Oui, mais Thaïlandais et celui-ci est différent des autres. Ici, point de fillette maléfique avec des cheveux trainant jusque par terre ou de petit garçon blanc (ou bleu selon les films). Non, dans The Victime , il s'agit d'un fantôme tout ce qu...
Little Monsters
Si le cinéma de genre compte de nombreuses créatures peu ragoûtantes, le zombie est sans aucun doute l’une des figures horrifiques les plus représentées en terme de longs-métrages et de séries télévisées. Porté par l’iconographie mythique des films de George Romero, le mort-vivant s’est décliné sous toutes les formes possibles et imaginables. Et la comédie n’y échappe pas...
Prince Of Persia : les Sables du Temps
Dans la Perse antique, un prince est accusé à tort du meurtre de son père. Contraint de s'enfuir avec une princesse rebelle, il va tenter de déjouer le complot qui pèse sur sa personne et découvrir une dague capable de faire remonter le temps. À l'époque du premier jeu vidéo de cette splendide saga (1989), Jordan Mechner était bien loin de s'imaginer le succès retentissant de son futur bébé. Très...
Trailer Park of Terror
On a tous des références. Dire le contraire serait mentir, car on a tous en tête des histoires faisant références à des films, des livres, voir même à des musiques qui nous parlent. Et bien souvent, quand on réalise un film ou que l'on écrit un livre, on a plusieurs auteurs ou réalisateurs en mémoire, en référence, et parfois même quelques films dont on s'inspire plus ou moins librement...
Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...