Voir la fiche complète du film : Darkside : Les Contes de la Nuit Noire (John Harrison - 1990)

Darkside : Les Contes de la Nuit Noire

Une bonne petite anthologie horrifique qui, malgré les noms assez prestigieux qui figurent au générique, n'est pas forcément indispensable. Le film mérite le coup d'oeil...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Darkside : Les Contes de la Nuit Noire
6
Momie Diable et Démon

Le jeune Timmy (Matthew Laurence) a été enfermé dans une cage par une inconnue, Betty (Deborah Harry), qui compte bien le servir à dîner à ses invités dans la soirée. Pour gagner du temps, Timmy propose à la femme de lui lire des histoires tirées du livre "Les Contes de la Nuit Noire" :

Dans la première, "Lot 249", un jeune étudiant revanchard, Bellingham (Steve Buscemi), fait l'acquisition d'un sarcophage dans lequel une momie repose. Avec l'un de ses camarades, Andy (Christian Slater), il découvre dans le corps de la momie un parchemin. Accusé à tort d'avoir dérobé une pièce d'un musée et berné par un autre étudiant pour l'obtention d'une bourse, il va utiliser le parchemin pour ramener la momie à la vie et se venger...

Dans la seconde, "Le Chat de l'Enfer", un vieil et richissime industriel, Drogan (William Hickey), est persuadé qu'un étrange chat noir est responsable de la mort de sa soeur, de l'amie de celle-ci et de son majordome. Il décide de faire appel à un tueur professionnel, Halston (David Johansen) pour envoyer le chat ad patrès. Mais l'affaire n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît...

Dans la troisième histoire, "Le Vœu des Amoureux", un artiste fauché, Preston (James Remar) est témoin du meurtre d'un barman par une créature. Celle-ci accepte de lui laisser la vie sauve s'il promet de ne jamais révéler à qui que ce soit ce qu'il a vu. La même nuit, il rencontre Carola (Rae Dawn Chong) avec qui il va vivre une longue histoire d'amour, jusqu'à ce que...

Ce qu'il y a de vraiment impressionnant dans Darkside, c'est la somme des talents engagés sur le film. Admirez un peu le tableau : George A. Romero, Stephen King, Richard P. Rubinstein, John Harrison, Christian Slater, Steve Buscemi, K.N.B. Effects Group, Dick Smith... Réalisateurs, scénaristes, producteur, acteurs, compagnies d'effets spéciaux... Visiblement, Richard P. Rubinstein (producteur, entre autres, de Zombie, Creepshow, Simetierre et La Peau sur les Os) a mis le paquet sur le film tiré de la série TV "Tales From The Darkside". On pouvait donc s'attendre à quelque chose frisant la perfection. Et pourtant...

Loin d'être une mauvaise anthologie (le film a reçu le Grand Prix du Festival d'Avoriaz en 1991 quand même), Darkside : Les Contes de la Nuit Noire n'est pourtant pas une franche réussite. Série B de prime abord sympathique, elle peine par moment à s'imposer. Le premier segment, "Lot 249", écrit par Michael McDowell (et tiré d'une histoire de Sir Arthur Conan Doyle, le papa de Sherlock Holmes) est plutôt intéressant même si la fin est assez prévisible. Même chose pour "Le Chat de l'Enfer", écrit par Stephen King (histoire) et George A. Romero (scénario). Cependant, ce segment est sans doute le plus réussi grâce aux efforts en matière de mise en scène de John Harrison (le compositeur de l'excellent thème de Creepshow) qui se perd malheureusement un peu par moment dans un style proche de la série TV sur les autres segments (il a tourné 4 épisodes pour la série Tales From The Darkside, 2 pour Tales From The Crypt et a participé à la série Dune). Le troisième segment, "Le Voeu des Amoureux", écrit par Michael McDowell, est à mon goût le plus faible des trois : trop bavard et trop prévisible mais réhaussé par quelques effets spéciaux sympathiques.

Le film vaut quand même le détour, rien que pour ses nombreuses guest-stars : Christian Slater (True Romance, Broken Arrow, Mindhunters, Alone In The Dark), l'excellent Steve Buscemi (Reservoir Dogs, Fargo, Armaggedon, The Big Lebowski), la charmante Julianne Moore (Le Monde Perdu, Hannibal, Evolution)... Même si certains n'ont qu'un temps de présence assez bref à l'écran, c'est toujours un plaisir de les voir jouer.

Darkside : Les Contes de la Nuit Noire est une série B horrifique qui n'arrive pas à la cheville d'un Creepshow mais qui demeure assez divertissante, notamment grâce aux SFX de K.N.B. Effects Group et des histoires plus ou moins intéressantes. Dommage que malgré les grands noms liés au film le résultat ne soit pas proportionnel à la somme de ces talents engagés.

Autres critiques

Toxic Shark
Insatiable quand il s’agit de décliner le requin sous ses formes les plus bizarres et idiotes, les producteurs versés dans le survival animalier persistent envers et contre tout à sombrer dans l’absurde. Si l’opportunisme d’un tel produit ne floue personne, on s’étonne toujours des nouvelles trouvailles pour prétexter l’irruption du squale dans des eaux déjà...
Halloween
S’il y a un remake qui était attendu au tournant à sa sortie, c’était bien celui du cultissime HALLOWEEN de John Carpenter. Comme pour bon nombre de remakes, on se demandait en toute légitimité ce qui pouvait bien justifier une telle entreprise, le film de John Carpenter n’ayant pas trop pris de rides et son statut de classique du genre n’étant plus à remettre en jeu. Mais...
Tape 407
Alors que les faux documentaires pullulent dans les contrées cinématographiques (remercions, ou pas, le succès de Paranormal activity), ce sous-genre de la culture horrifique peut se décompenser en deux catégories : les films un rien inventifs, à l'ambiance travaillée et respectueuse du public ; d'un autre côté, les petits opportunistes sans la moindre once de talent pensant qu'il...
TV Show
Attention, cette critique contient des spoilers. Pour les besoins d'une expérience scientifique très bien rémunérée, dix personnes de divers horizons acceptent d'être enfermés durant une semaine dans un bunker, filmés 24 heures sur 24. Très vite, ils se rendent compte qu'ils doivent respecter certaines règles, sous peine d'être "éliminés" ! Avec le succès fulgurant de Ring et autres Dark Water ,...
Balada triste
Dès son plus jeune âge, Javier s'est vu confronté à la guerre civile qui a ravagé son pays et sa famille. Il en garde un souvenir amer et ne semble pas trouver le bonheur. Trente-cinq ans plus tard, il est embauché dans un cirque itinérant en tant que clown triste. Néanmoins, Sergio, le clown marrant, est un homme violent et impulsif qui tient sous son joug la troupe. C'était sans compter que...