Voir la fiche complète du film : Defiance (Michael Nankin - 2013)

Defiance

Une série prenante d'une densité et d'une richesse rare. On lui pardonnera aisément sa volonté à jouer sur tous les tableaux (rendant certains épisodes un peu décousus) pour découvrir une ½uvre de science-fiction qui vaut le détour.
Publié le 4 Décembre 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Defiance
8
Extra-Terrestre

Initié par Rockne S. O’Bannon, créateur de Farscape et SeaQuest, Defiance est une nouvelle série de science-fiction produite par SyFy. Malgré des déconvenues telles que Terra Nova, The event ou Caprica, le genre dispose d'un potentiel énorme pour ce format. À l'instar des fresques titanesques de la fantasy, on peut tisser un réseau de mondes imaginaires à travers l'univers pour former un ensemble cohérent et immersif. Inutile de citer des exemples que tous connaissent, mais certains d'entre eux sont entrées dans la culture populaire. Fort d'une richesse prometteuse et d'une attente assez longue, Defiance ne propose pas de nous envoler dans les cieux vers des galaxies lointaines, mais de redécouvrir notre planète sous un jour nouveau.


La cohabitation risque d'être difficile.

Certes, le sujet est loin d'être novateur et se trouve déjà le centre d'intérêt de concurrents (Falling skies). Mais Defiance se révèle bien plus ambitieux. En effet, il ne se concentre pas sur l'invasion en elle-même, mais sur ce qui reste de la civilisation après la bataille. Dès lors, on plonge dans le récit post-apocalyptique. Contrairement aux premières images, il n'y a pas que des ruines ou une épopée à la Mad Max à se mettre sous la dent. On découvre rapidement l'ancienne ville de Saint-Louis rebaptisé Defiance (à la portée symbolique toute trouvée) et ses habitants. Il y réside des humains, mais différentes races extraterrestres (connus sous le nom de Votans) qui sont parvenues à terraformer la Terre et en faire un monde ressemblant aux leurs.

Dès lors, on se dit que la présence des espèces du collectif de Votanis (au nombre de 7) pourrait rendre le visuel imbuvable, mais tout s'imbrique parfaitement. Outre une faune inspirée avec des créatures originales et bien fichues, on arpente des forêts à la flore curieuse, à la fois végétale et minérale. Un environnement aux couleurs vives et aux contrastes forts. Un peu comme les conflits naissants entre les différents intervenants. L'écosystème occupe une part importante dans l'intrigue et l'on n'hésite pas à sortir de Defiance pour s'y confronter (contrairement au complaisant Terra Nova). Ainsi, l'univers de Defiance se construit non seulement sur les ruines de notre civilisation, mais prend également les apparats de planètes inconnues.


Ça vous dirait de vous faire envahir et que vos ressources soient pillées ?

Il en résulte un mélange troublant et néanmoins homogène qui confère à la série un cadre immersif et réussi où les décombres servent à bâtir des édifices futuristes. Entre le faste des habitations extraterrestres et les bidonvilles dédiés en grande partie aux humains, c'est plus à une guerre des classes sociales qu'à un affrontement entre espèces que l'on a droit. À ce titre, chacune d'entre elles (y compris les hommes) possède un passif dense et recherché. Traditions, habitudes quotidiennes, m½urs, langages et apparences se montrent dissemblables et intéressants dans leur conception. Ainsi, les Castithans suivent une hiérarchie sociale très marquée et s'apparentent à des albinos. Les Irathiens à l'allure féline sont un peu comme les pestiférés. On notera une analogie avec le peuple juif dans l'épisode de l'épidémie.

On pourrait continuer à dénombrer leurs spécificités, ainsi que celles des cinq autres races, mais se serait gâcher le plaisir de la découverte. Cet aperçu montre simplement la richesse de l'univers de Defiance. Outre le bestiaire varié que l'on a cité plus haut, il faut reconnaître que les effets spéciaux s'avèrent d'une qualité très honorable pour une série. Les maquillages sont réussis et contribuent à l'immersion. Les images de synthèse restent dans la même veine, avec quelques réserves sur certains passages qui se révèlent un peu moins fouillés et beaux que l'ensemble. Il demeure tout de même un visuel accrocheur qui permet de crédibiliser le travail de fond.


Blanc comme un linge...

Compte tenu des efforts amorcés, le scénario est plaisant à suivre. Certes, les surprises sont plutôt rares, mais la progression se fait sans heurt. On ne dénombre aucune longueur de taille et, hormis l'épisode pilote, ils peuvent être vus indépendamment les uns des autres sans jamais perdre le spectateur. Néanmoins, on notera une fâcheuse propension à entremêler les genres sans trop savoir où mettre les pieds. Entre les investigations policières, les séquences d'action soutenues (la bataille finale de l'épisode pilote vaut le détour) ou les relations naissantes entre les personnages, on a droit à une multitude de situations un peu décousue au niveau du rythme. Ne nous y trompons pas, on se fait rapidement à ce choix, grâce à une progression variée et des individus attachants.

Tout comme la mythologie que l'on découvre au fil de la série, les protagonistes disposent d'un capital sympathie important qu'ils soient humains ou pas. Difficile de distinguer les bons des mauvais, car les ennemis d'hier semblent les amis d'aujourd'hui, du moins pour un temps. Les alliances se font et se défont au gré des humeurs. Par ailleurs, cela densifie le côté géopolitique où l'on apprend l'existence de la République de la Terre et le collectif de Votanis dont on devine la présence discrète dans cette première saison.


Comment ça plus de bière ?

Au final, Defiance tient ses promesses. Doté d'une richesse insoupçonnée où se croisent les espèces extraterrestres, les événements plus ou moins personnels et où l'on explore un monde à cheval entre deux époques, cette série de science-fiction dispose d'un énorme potentiel pour perdurer dans le temps. On a même droit à un jeu vidéo (MMOTPS), peut-être d'une qualité discutable, mais qui a le mérite de proposer une expérience nouvelle en interaction avec la série. Nul doute que le succès de celle-ci contribuera à une communauté grandissante autour de cet univers crédible et immersif au possible. Une première volée d'épisodes qui laissent augurer une longue épopée en devenir, du moins on l'espère.

 

Saison 2 : Alors que la série démarrait de fort belle manière et laissait augurer une évolution savoureuse, force est de reconnaître que l’histoire perd nettement en intérêt. Une baisse de régime évidente dû à une intrigue qui tourne rapidement en rond en privilégiant les amourettes de pacotilles des uns et des autres. Une sorte de palliatif à un fil rouge peu emballant qui peine à retenir l’attention au gré d’épisodes inégaux. Le potentiel de cet univers s’étiole pour se complaire dans une trame quasi identique à la précédente. Des enquêtes peu surprenantes, des relations superflues et prédéterminées par une écriture facile, cette seconde saison de Defiance fait s’essouffler une première itération prometteuse. En espérant que les scénaristes se reprennent pour la troisième tentative… (6/10)

Saison 3 : 6/10

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Kong - Skull Island
Depuis le chef d’œuvre de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, King Kong est devenu une figure emblématique du septième art. Au fil des époques, le gorille géant s’est initié dans des remakes tout à fait convenables, mais aussi dans des séries B et des nanars pour le moins discutables. Preuve en est avec King Kong 2 de John Guillermin, un métrage de sinistre mémoire. Malgré ces...
Quiet Ones
Dans les années 70, Joseph Coupland, professeur renommé à l'université d'Oxford, essaie de soigner la jeune Jane Harper, orpheline suicidaire qui prétend être possédée par une certaine Evey. De retour aux affaires depuis près de dix ans, la cultissime firme Hammer s'attaquait ici au found footage, sous-genre horrifique à la mode depuis le Projet Blair Witch . A Oxford, passionné par la...
Détective Dee : Le Mystère de la flamme fantôme
Le Wu-xia ou Wu xia pian (littéralement chevalier errant) est un genre qui a pris son essor en Chine. Particulièrement chéri dans son pays natal, le Wu-xia est similaire aux films de cape et d’épée occidentaux à ceci près qu'il possède une dimension plus audacieuse, plus onirique que son homologue. Alors que la Shaw Brothers a produit les plus grands métrages de Wu-xia au cours des années 1960-...
Zombie Diaries 2: World of the Dead
De nos jours, en Grande-Bretagne, des militaires tentent de rallier la côte afin d'échapper à un virus mortel qui a transformé toute la population en morts-vivants. Cinq ans après Zombie Diaries , cette suite directe retrace le parcours des derniers survivants britanniques. Filmé caméra à l'épaule, Zombie Diaries 2 lorgne davantage vers le "shoot them up" que vers Rec 2 , en grande partie à cause...
Paranormal Diaries
Suite à d'étranges événements ayant attrait à ce lieu depuis une quarantaine d'années, une équipe de documentaristes se lance dans un reportage sur l'église de Clophill. Au fil de l'enquête, le groupe comprend qu'il se passe effectivement des phénomènes inexpliqués aux alentours de cette église, la nuit venue. Depuis le succès de la saga des Paranormal Activity , le found footage est à la mode...