Voir la fiche complète du film : Destination finale 3 (James Wong - 2006)

Destination finale 3

Une seconde suite un peu en-déça de l'excellent épisode 2, mais très divertissant. Les mises à morts sont toujours aussi chouettes mais le scénario et les personnages sont creux au possible...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Destination finale 3
8
Parc d'attractions - Fête Foraine

Pourquoi changer une équipe qui gagne? C'est ce qu'ont dû se dire les producteurs et les scénaristes, car en effet, à part les acteurs, le reste c'est du copier-coller sur les deux épisodes précédents (même si le 2 était déjà une décalque du 1, le fun en plus.) On retrouve donc une bande de jeunes crétins qui échappe de peu à la mort grâce à une vision de l'un d'eux et, comme d'habitude, la grande faucheuse qui n'apprécie pas qu'on se défile sous ses yeux, va venir réclamer son dû en charcutant joyeusement un à un tous les protagonistes. Rien de bien neuf en somme.


Tu t'es vu quand t'as peur?

Pour fêter la fin de l'année scolaire, Wendy et ses amis ont décidé de se retrouver dans un parc d'attractions. La soirée s'annonce comme la plus fun de l'année. Pourtant, au moment d'embarquer dans un immense roller coaster, Wendy a un terrible pressentiment. Alors que tous les autres se moquent d'elle, elle quitte l'attraction avec Kevin. Quelques instants plus tard, horrifiée, la jeune fille voit les wagons lancés à toute allure sortir des rails à une hauteur vertigineuse, tuant ses amis. Elle et quelques autres viennent de manquer le rendez-vous que leur avait fixé la mort. Ils vont découvrir que ce n'est pas forcément une chance. Peu de temps après, le destin rattrape brutalement l'un des survivants. Wendy comprend que, sur les photos qu'elle a prises lors de cette tragique soirée, certains indices semblent désigner les prochaines victimes et ce qui les attend...


Y a comme un problème...

La marque de fabrique de la série, c'est donc une scène choc en ouverture, suivie d'atroces mises à mort des adolescents. De ce coté-là au moins, on n'est pas déçus. Après le carambolage d'anthologie du deuxième épisode, nous avons droit à un impressionnant accident de Roller-coaster, de quoi vous dégouter définitivement de mettre un pied dans un part d'attraction.

La suite ne sera pas de moindre qualité avec, en point d'orgue, la meilleure scène de la série: les deux bimbos cuites à point dans leur banc solaire. Une séquence qui vaut à elle seule le détour! Loin de la pauvre scène similaire de Souviens-toi l'été dernier 2, celle-ci nous montre tout et nous fait souffrir avec les filles. Et c'est qu'il prend son temps pour les faire cuire, James Wong, déjà réalisateur du premier épisode.

Mais réduire le film à cette seule scène serait tout de même inapproprié car pas mal d'autres morts valent le détour. A ce niveau c'est un sans faute, tout comme la réalisation qui s'avère très bonne et dynamique en nous montrant tout sans en laisser passer une miette.


Ta blonde, saignante ou à point?

Le problème de Destination finale 3, c'est que, comme dit plus haut, le scénario ne fait preuve d'aucune originalité. Le pitch de départ est déclinable à l'infini et donc, la trame générale est restée exactement la même que dans les deux autres à part le fait qu'ici, l'héroïne peut prévoir à l'avance qui va y passer grâce aux photos qu'elle prend (Merci la Malédiction!). Mais cet aspect est peu exploité et sert surtout à rallonger artificiellement un scénario creux au possible.

Les veines tentatives pour développer un peu les personnages et nous les faire aimer tombent également à plat car ils sont extrêmement stéréotypés et de toute façon il y a bien longtemps qu'on a deviné qui va mourir ou pas. On ne demande que ça d'ailleurs, qu'ils y passent, tant ils se révèlent parfois énervants. Le dragueur à la caméra est à ce titre particulièrement irritant. Mais bon, ils constituent essentiellement de la chair à canon, donc ce n'est pas bien grave.

Les acteurs qui les jouent font honnêtement leur boulot, ni plus, ni moins mais à leur décharge, rappelons que les personnages qu'on leur fait interpréter sont loin d'être intéressants.


L'entrée du Roller-coaster, bien flippante...

En résumé, nous avons ici un film qui n'a qu'un seul but: divertir le spectateur en lui proposant des morts spectaculaires et, honnêtement, le contrat est rempli mais sans plus car coté scénario et acteurs, c'est le service minimum. Les meurtres sont toujours originaux et surprenants. On verra si le quatrième épisode renouvellera un peu la série où s'il se contentera encore d'aligner bêtement les scènes chocs...
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Sharknado 4 : The 4th Awakens
Pour Asylum et SyFy, sortir un nouvel opus de Sharknado chaque année est devenu une constante. Au fil du temps, on a progressé de l’absurde vers la nullité absolue en passant par différents stades. Incongru, mal fichu, dépouillé d’orgueil, aberrant et inutile, Sharknado essaye avec plus ou moins de brio de s’assumer dans le domaine du nanar de luxe. Une sorte de label qui porte haut et fort les...
Chasseur de Têtes
Vous en avez marre des films d'horreurs qui se ressemblent tous? ( Ouéééééééééé!!! ) Vous en avez marre des slashers, survivals, torture-porns, films de fantômes japonais, etc... qui sont tous interchangeables dans leur genre? ( Ouéééééééééé!!! ) Très bien. Alors, pour vous, voici le premier film d'horreur... d'entreprise ! ( Euh... ouuuuuéééé??? ) D'accord, d'accord, je m'explique. Un film d'...
Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...
District 9
Inconnu il y a encore peu de temps, Neill Blomkamp risque bien d’être considéré dès à présent comme le nouveau cinéaste de génie à suivre de près. Il faut dire que son premier long, District 9 , adapté de son propre court-métrage Alive in Joburg a fait un carton planétaire et a réussi l’exploit d’emballer aussi bien les critiques que le public. Près de 200.000.000$ ont ainsi été...
Blood Glacier
Hormis le slasher Trois jours à vivre et de modestes exceptions, le cinéma autrichien n’est guère prolifique en matière de films d’horreur. Très discret sur la scène internationale, ce type d’initiative ne dépasse guère le tour des festivals ; au mieux, une sortie en DTV. Après s’être attelé aux zombies avec Rammbock , Marvin Kren se penche sur le survival animalier en...