Voir la fiche complète du film : Destination finale 3 (James Wong - 2006)

Destination finale 3

Une seconde suite un peu en-déça de l'excellent épisode 2, mais très divertissant. Les mises à morts sont toujours aussi chouettes mais le scénario et les personnages sont creux au possible...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Destination finale 3
8
Parc d'attractions - Fête Foraine

Pourquoi changer une équipe qui gagne? C'est ce qu'ont dû se dire les producteurs et les scénaristes, car en effet, à part les acteurs, le reste c'est du copier-coller sur les deux épisodes précédents (même si le 2 était déjà une décalque du 1, le fun en plus.) On retrouve donc une bande de jeunes crétins qui échappe de peu à la mort grâce à une vision de l'un d'eux et, comme d'habitude, la grande faucheuse qui n'apprécie pas qu'on se défile sous ses yeux, va venir réclamer son dû en charcutant joyeusement un à un tous les protagonistes. Rien de bien neuf en somme.


Tu t'es vu quand t'as peur?

Pour fêter la fin de l'année scolaire, Wendy et ses amis ont décidé de se retrouver dans un parc d'attractions. La soirée s'annonce comme la plus fun de l'année. Pourtant, au moment d'embarquer dans un immense roller coaster, Wendy a un terrible pressentiment. Alors que tous les autres se moquent d'elle, elle quitte l'attraction avec Kevin. Quelques instants plus tard, horrifiée, la jeune fille voit les wagons lancés à toute allure sortir des rails à une hauteur vertigineuse, tuant ses amis. Elle et quelques autres viennent de manquer le rendez-vous que leur avait fixé la mort. Ils vont découvrir que ce n'est pas forcément une chance. Peu de temps après, le destin rattrape brutalement l'un des survivants. Wendy comprend que, sur les photos qu'elle a prises lors de cette tragique soirée, certains indices semblent désigner les prochaines victimes et ce qui les attend...


Y a comme un problème...

La marque de fabrique de la série, c'est donc une scène choc en ouverture, suivie d'atroces mises à mort des adolescents. De ce coté-là au moins, on n'est pas déçus. Après le carambolage d'anthologie du deuxième épisode, nous avons droit à un impressionnant accident de Roller-coaster, de quoi vous dégouter définitivement de mettre un pied dans un part d'attraction.

La suite ne sera pas de moindre qualité avec, en point d'orgue, la meilleure scène de la série: les deux bimbos cuites à point dans leur banc solaire. Une séquence qui vaut à elle seule le détour! Loin de la pauvre scène similaire de Souviens-toi l'été dernier 2, celle-ci nous montre tout et nous fait souffrir avec les filles. Et c'est qu'il prend son temps pour les faire cuire, James Wong, déjà réalisateur du premier épisode.

Mais réduire le film à cette seule scène serait tout de même inapproprié car pas mal d'autres morts valent le détour. A ce niveau c'est un sans faute, tout comme la réalisation qui s'avère très bonne et dynamique en nous montrant tout sans en laisser passer une miette.


Ta blonde, saignante ou à point?

Le problème de Destination finale 3, c'est que, comme dit plus haut, le scénario ne fait preuve d'aucune originalité. Le pitch de départ est déclinable à l'infini et donc, la trame générale est restée exactement la même que dans les deux autres à part le fait qu'ici, l'héroïne peut prévoir à l'avance qui va y passer grâce aux photos qu'elle prend (Merci la Malédiction!). Mais cet aspect est peu exploité et sert surtout à rallonger artificiellement un scénario creux au possible.

Les veines tentatives pour développer un peu les personnages et nous les faire aimer tombent également à plat car ils sont extrêmement stéréotypés et de toute façon il y a bien longtemps qu'on a deviné qui va mourir ou pas. On ne demande que ça d'ailleurs, qu'ils y passent, tant ils se révèlent parfois énervants. Le dragueur à la caméra est à ce titre particulièrement irritant. Mais bon, ils constituent essentiellement de la chair à canon, donc ce n'est pas bien grave.

Les acteurs qui les jouent font honnêtement leur boulot, ni plus, ni moins mais à leur décharge, rappelons que les personnages qu'on leur fait interpréter sont loin d'être intéressants.


L'entrée du Roller-coaster, bien flippante...

En résumé, nous avons ici un film qui n'a qu'un seul but: divertir le spectateur en lui proposant des morts spectaculaires et, honnêtement, le contrat est rempli mais sans plus car coté scénario et acteurs, c'est le service minimum. Les meurtres sont toujours originaux et surprenants. On verra si le quatrième épisode renouvellera un peu la série où s'il se contentera encore d'aligner bêtement les scènes chocs...
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Bad Kids go to Hell
Le slasher est un genre qui fut répandu durant les années 2000, largement remis au goût du jour grâce au Scream de Wes Craven et décliné sous plusieurs emballages : Souviens-Toi l'été Dernier , Urban Legend , Cherry Falls ... Malgré des meurtres différents, des lieux différents, des mobiles différents, tous ces films semblaient semblables. Ce genre, qui plaisait fortement aux adolescents de l'...
Monster Brawl
Un geek féru de films d'horreur et de catch parvient à réunir huit monstres sacrés sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde ! Le moins que l'on puisse dire en consultant le pitch de Monster Brawl , c'est que le réalisateur et scénariste du film, Jesse T. Cook, n'a pas eu peur d'aller très loin dans son délire, en confrontant des légendes du Septième Art...
Piranha 3D
Attention : Cette critique contient de légers spoilers. La ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le fameux "Spring Break" et les autorités, menées par la shérif Julie (interpretée par Elisabeth Shue), ne s'attendent qu'à surveiller les débordements arrosés de cette soudaine population juvénile. Mais lorsque les shérifs découvrent un...
Poseidon Rex
Quand on parle dinosaures au cinéma, on songe inévitablement à Jurassic Park et Le monde perdu d’Arthur Conan Doyle. Le reste appartient au domaine du bis ou de l’anecdotique selon l’importance des reptiles à l’écran. En cela, d’autres productions notables évoquant des dinos les relayent sur le plan secondaire, comme King Kong ou Voyage au centre de la Terre . Mais l...
Time out
Adulé pour Bienvenue à Gattaca (son premier long-métrage), Andrew Niccol est un réalisateur peu prolifique (seulement quatre films en quatorze ans de carrière), mais dont la filmographie est d'une qualité certaine, pour ne pas dire rare. Après un magistral Lord of war en 2005, sans doute le meilleur rôle de Nicolas Cage soit dit en passant, le réalisateur revient à la science-fiction avec...