Voir la fiche complète du film : Devil Seed (Greg A. Sager - 2012)

Devil Seed

Après un passage chez une diseuse de bonne aventure, Alexandra est témoin puis victime d'événements étranges. Pour les amateurs de films d'exorcisme, autant se consoler avec les grands classiques et oublier rapidement cette oeuvre décevante et excessive.
Publié le 12 Mars 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de Devil Seed
4
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.**

Alexandra emménage avec deux amies étudiantes dans une nouvelle demeure, plus grande que la précédente. Eprouvée par un été difficile passé au chevet de sa grand-mère, gravement malade, elle attend avec impatience la reprise des cours et savoure ses retrouvailles avec son petit ami.
Toutefois, après un passage chez une diseuse de bonne aventure, Alexandra est témoin puis victime d'événements étranges dans la maison.

Depuis l'Exorciste, le film de possession fait partie intégrante de l'univers horrifique. Cependant, les exemples de réussite sont plutôt rares, ce sous-genre peinant à s'exprimer en dehors du chef d'oeuvre intemporel de William Friedkin. Néanmoins, les succès critiques et commerciaux de l'Exorcisme d'Emily Rose et d'Insidious ont relancé dernièrement ce thème.

Pays en pleine croissance cinématographique, le Canada tente depuis quelques années, avec ses moyens, de proposer une variante honorable à son géant voisin hollywoodien. Devil Seed est le premier long-métrage de Greg A. Sager, qui a également co-signé, produit et monté ce film, que l'on peut donc considérer comme un projet personnel.

Composé d'inconnus, le casting est jeune, mais à la différence des habituels teen movies, les personnages sont plus travaillés, même s'ils n'évitent pas certains clichés (la blonde nymphomane aux seins siliconés, le petit ami menteur, la copine fêtarde). D'ailleurs, le début du métrage ne se différencie en rien des productions américaines lambda.
Une fois la scène avec la bohémienne passée, le film s'extirpe toutefois en douceur de cet univers banal pour nous plonger dans un huis clos plutôt soigné, dont la crédibilité doit beaucoup à son interprète principal.

Michelle Argyris, qui débute ici sa carrière au cinéma, tient en fait une bonne partie de Devil Seed sur ses épaules. Convaincante en jeune femme vertueuse débordée par des événements qui dépassent l'entendement, elle est aussi très crédible en créature possédée, surtout durant les premières nuits de terreur. Son regard noir et froid comme la glace, accentué par cette chevelure brune opaque qui fait obligatoirement penser aux fantômes japonais de Ring et The Grudge : Michelle Argyris sait indéniablement attirer l'objectif.
Mannequin à ses heures perdues, elle dispose d'une sensualité qui s'oppose davantage à son personnage de base qu'au démon désireux de l'enfanter. Cette ironie est accrue lorsque l'on apprend qu'Alexandra est encore vierge, et que cette pureté rare attire sur elle le Malin plutôt que Dieu.

Passés les effets de lévitation et les marques corporelles habituels, le démon prend définitivement le dessus sur la personnalité de la jeune fille, et c'est à ce moment précis que le film bascule sans qu'on s'y attende dans une pâle copie du film de Friedkin.
Du prêtre fatigué aux vulgarités et autres propos tendancieux exprimés par le démon, en passant par les positions scabreuses adoptées par celui-ci et le meurtre en règle de la blonde qu'on attendait depuis un bon moment, rien ne nous sera épargné par un réalisateur copycat, visiblement bien trop imprégné de l'Exorciste.

En quelques minutes, l'honnête suspense fantastique se transforme ainsi en grotesque mascarade, sensation que l'épilogue ne fera qu'amplifier.
Survivant dans une sorte de coma propice au Diable, Alexandra ira donc au bout de sa grossesse, l'enfant démoniaque étant déjà adopté par un gentil petit couple (mise en place d'une possible suite en cas de succès du film).

Prometteur avant de tomber dans la copie éhontée d'un classique du genre, Devil Seed ne mérite pas qu'on s'y attarde plus que de raison, malgré le charme et le talent de Michelle Argyris, que l'on espère revoir prochainement dans un projet plus ambitieux.
Pour les amateurs de films d'exorcisme, autant se consoler avec les grands classiques et oublier rapidement cette oeuvre décevante et excessive.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Kingdom Come
Depuis le début du XXe siècle, la réputation et les conditions de vie au sein des hôpitaux psychiatriques ont évolué de telles manières à renvoyer une image apaisante de la maladie mentale. Des camisoles de contention aux camisoles chimiques, les apparences ont fait un bond en avant pour rendre acceptable les traitements et autres thérapies qui eux, se contentent de soigner les symptômes et...
La Mutante des Mers
La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d' Edward L. Cahn . N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez . Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai...
Meurtres à la Saint-Valentin 3D
Pour certains, les remakes sont un fléau et on peut les comprendre. Très souvent inférieurs aux originaux, ils ont en plus tendance à dénaturer les mythes et à rabaisser nos boogeymen préférés au rang de fillettes bougonnes et inoffensives. Prenons l'exemple le plus flagrant avec le dernier Freddy et son lot d'acteurs imberbes face à un tueur qui pourrait jouer dans Plus belle la vie . De plus,...
Jurassic shark
Quand on touche aux films de requins, particulièrement ceux des années 2010, l’on se dit que le genre nous inflige ce qu’il y a de pire dans le septième art. Certaines productions étant tellement mauvaises qu’elles parviennent à nous laisser croire qu’on ne peut pas faire pire. Sharktopus , Sharknado et autres Sharkenstein en pagailles... Tous ont leurs tares et leur...
Contagion
Après un voyage à Hong Kong, Beth contracte un virus extrêmement contagieux qui la tue subitement. La pandémie mondiale débute et une course contre la montre s'engage pour trouver un vaccin au plus vite. Anticonformiste par excellence, Steven Soderbergh est un réalisateur qui se démarque de l'actuelle production hollywoodienne par une filmographie éclectique et une curieuse (et néanmoins...