Voir la fiche complète du film : His Name was Jason: Les 30 Ans de Vendredi 13 (Daniel Farrands - 2009)

His Name was Jason: Les 30 Ans de Vendredi 13

Un documentaire consensuel, qui fait l'impasse sur les défauts, mais qui donne envie de se refaire l'intégralité de la saga...
Publié le 27 Juillet 2010 par GeoffreyVoir la fiche de His Name was Jason: Les 30 Ans de Vendredi 13
8

La saga des Vendredi 13 est un peu particulière puisque Jason, le tueur qui a fait sa renommée, n'apparaît pas dans le premier épisode (en tout cas pas de la manière dont tout le monde le voit aujourd'hui), ce qui ne manque pas de désarçonner les personnes qui s'attaquent seulement aujourd'hui aux aventures du "Gros".
Mais il faut savoir qu'il y a 30 ans, quand Vendredi 13 sortait les écrans, ce n'était pas du tout prévu d'en faire une saga. Au début, comme l'expliquent Sean Cunningham et Steve Miner, ils ne voulaient faire qu'un "simple" film à succès. Jamais ils n'auraient imaginé qu'ils allaient donner naissance à une légende...


Le monsieur par qui tout a commencé...

Ce documentaire assez classique dans sa forme est présenté par Tom Savini sous forme de petites scènettes gores assez amusantes. Il retrace l'épopée horrifique des Vendredi 13 via des clips des douze films, des scènes inédites ainsi qu'au travers de plus de 80 interviews des réalisateurs, des acteurs, des cascadeurs, des artistes d’effets spéciaux, des journalistes, mais aussi de fans.
L'absence de Corey Feldman, qui incarnait le jeune Tommy Jarvis de Vendredi 13: Chapitre Final, est par contre à déplorer. C'est d'autant plus dommage que son personnage est l'un des plus intéressants de la franchise.

Ensuite, on y apprend la "recette" pour faire un Vendredi 13, qui est on ne peut plus simple: de la chair fraiche avec toujours les mêmes stéréotypes (la délurée, la vierge innocente, le copain boulet, etc...), la volonté des producteurs étant que "en tant que spectateur, on se sent moins con que les héros !!"
Rajoutez à cela une paire de seins tous les quarts d'heure, un meurtre environ toutes les dix minutes ainsi qu'une scène-choc finale et vous obtiendrez le Vendredi 13 idéal !

Le fort rapport au sexe des Vendredi 13 est également expliqué: Jason est mort alors que ses moniteurs faisaient l'amour, les filles délurées sont souvent les premières à mourir et comme le dit l'un des intervenants: "Jason adore tuer ses victimes quand elles sont excitées sexuellement. Il les baise avec sa machette." Rien de très positif donc. On entend même dans une interview qu'à l'époque "Jason était le meilleur des contraceptifs". Je vous laisserai le soin de juger le fond de cette morale sous-jacente.


Un masque de hockey légendaire...

L'explication des effets spéciaux est également très intéressante. Des effets parfois très simples donnaient un résultat étonnant et on apprend que certaines erreurs sont à l'origine de scènes parmi les plus marquantes de la série: le mythique égorgement de Kevin Bacon a ainsi été en partie improvisé.
Bon nombre d'anecdotes sont passionnantes à écouter et rendent compte des difficultés liées à un tournage. On a même droit à un acteur qui raconte qu'il était stone sur le plateau afin de mieux coller à son personnage!

Mais on ne peut parler des Vendredi 13 sans évoquer la censure drastique dont a été victime l'entièreté de la saga. Les membres du comité avaient laissé passer le premier opus sans coupes franches et ils se sont vengés sur les séquelles, avec parfois des conséquences désastreuses. Ainsi une scène de meurtre où Jason "pénètre" une fille avec sa machette a dû être retournée. Mais selon le réalisateur John Carl Buechler, c'est Vendredi 13 - Chapitre 7 : Un Nouveau Défi qui en a le plus fait les frais, la plupart des meurtres ayant dû être écourtés au montage!

On évoque même très brièvement la série TV Vendredi 13, laquelle n'a rien à voir avec la saga en dehors du nom.

Bref, le documentaire ne surprendra peut-être pas les fans acharnés de la saga mais il apprendra pas mal de choses aux néophytes.


Une victime parmi tant d'autres...

Ce film n'a qu'un défaut: c'est qu'il est très consensuel. Jamais il ne parle des défauts de la saga ainsi que de la médiocrité de certains épisodes, seulement des petites erreurs qui font les délices des fans comme les problèmes de continuité. L'avantage c'est que ça donne très envie de revoir l'entièreté de la saga. De ce point de vue, ce documentaire est plus un long métrage promotionnel qu'un vrai reportage sur l'envers du décor. Tout le monde se congratule et se lance des fleurs excepté pour Jason va en enfer, qui subit les foudres de tous les intervenants.
Par contre c'est assez amusant de les entendre se "disputer" pour s'attribuer la paternité du masque de hockey, chacun y allant de sa version des faits.


Kane Hodder, pour beaucoup LE Jason...

A noter que pour les amateurs qui arriveraient à se procurer l'édition mémoriale 2 DVD, le disque bonus est aussi intéressant sinon plus que le documentaire en lui-même avec notamment les interviews complètes des réalisateurs. Et le tout en VOSTFR s'il vous plait. Tom Mcloughlin avoue ainsi qu'il n'avait pas très envie, au début, de réaliser le sixième volet de la saga. Heureusement qu'il a changé d'avis!

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire tant ce double dvd est riche mais le mieux que je puisse vous conseiller est: si vous êtes fans, ruez-vous dessus, vous ne serez pas déçus!

7/10 pour le documentaire et 9/10 pour les bonus. Donc une moyenne de 8/10.
 

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Haunter
En dépit des années et de plusieurs échecs commerciaux, Vincenzo Natali demeure un réalisateur à part, fidèle à ses principes, car au lieu de tomber dans la facilité et le commercial à l'instar de bon nombre de ses collègues, il continue sans relâche à se creuser la tête pour trouver LE concept fort capable de fournir un film original, quitte à déstabiliser le public. Le mémorable Cube et ses...
In the flesh
Alors que le mastodonte The walking dead monopolise l’attention avec ses légions de morts-vivants, le Royaume-Uni fait fi de ce succès presque indécent pour nous proposer sa vision de l’apocalypse Z. Conscient de ne pouvoir rivaliser avec son concurrent direct, In the flesh ne joue pas dans la surenchère ou sur le même terrain que son homologue américain. Difficile d’innover avec un thème aussi...
The Jungle
La première chose qui m'est venu à l'esprit après avoir vu l'image finale de The Jungle a été : mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir raconter sur ce film ? Car si je devais résumer en un mot ce que j'en ai pensé, je dirais nul. Ou chiant. Ou affreux, c'est au choix. Ce résultat est d'autant plus surprenant que le réalisateur et scénariste du film n'est autre que l'Australien Andrew Traucki ,...
Il Gatto Dal Viso d'Uomo
Tandis que la ville est la proie de meurtres sanglants commis par un mystérieux tueur masqué surnommé "Il Gatto" (le chat), un homme solitaire et désabusé rencontre une auto-stoppeuse avec qui il passe la nuit. Depuis quelques années, le giallo renaît de ses cendres. De manière paradoxale, ce retour en force de ce sous-genre cinématographique bien particulier a lieu en dehors de l'Italie. En...
Space Battleship : L'Ultime Espoir
En France, Leiji Matsumoto est synonyme d' Albator et des dérivés de son univers. Normal, tant les aventures du corsaire de l'espace ont marqué une génération. C'est cependant loin d'être la seule œuvre majeure de M. Matsumoto et j'en veux pour preuve l'épopée du Yamato qui compte de nombreux films et séries. Cette saga, injustement méconnue chez nous, mérite pourtant le détour et le film de...