Voir la fiche complète du film : Impact : Opération Chaos (Mike Rohl - 2008)

Impact : Opération Chaos

Impact, mini-série télévisée catastrophe de près de trois heures, des idées qui ne demandent qu’à être exploitées, des personnages attachants à défaut d’être foncièrement originaux, mais surtout une immense déception au vu de ce que nous offre une deuxième partie catastrophique (au sens propre du terme) et hautement improbable. Comme quoi, la première impression n’est pas forcément la bonne. On se rend vite compte des limites de cette production aux pudibonderies patriotiques où le sacrifice d’une minorité sauvera l’humanité. Depuis Armageddon, on aurait pu croire que ce genre de procédé n’avait plus lieu d’être. Apparemment, ce n’est nullement le cas.
Publié le 14 Janvier 2011 par Dante_1984Voir la fiche de Impact : Opération Chaos
6
Catastrophe naturelle

Lors d’une collision avec un météore, l’orbite de la Lune se rapproche de la Terre tout en décrivant une forme elliptique. Les phénomènes les plus improbables se manifestent bientôt, mais le monde ignore qu’il ne s’agit que de simples prémices à un danger plus important : la collision de la Lune avec la Terre.

Nombre de films catastrophes reprennent le thème du météore annihilateur avec plus ou moins de succès. Depuis près de quinze ans, les productions s’enchaînent à un rythme régulier. Des blockbusters spectaculaires (Deep impact, Armageddon…) aux productions plus modestes – la plupart du temps des mini-séries ou des téléfilms (Astéroïde, La météorite du siècle…). L’histoire demeure sensiblement la même à un détail prêt : les effets spéciaux, destinés à mettre en avant les moyens disponibles pour l’équipe du film. En cela, Impact fait partie de la seconde catégorie, c’est-à-dire les projets modestes qui tentent de masquer leur lacune par une mise en scène davantage accentuée sur le non perceptible et les théories scientifiques qui en découlent plutôt que sur la grandiloquence de la catastrophe et ses conséquences sur notre planète.


Les ordinateurs perdent le Nord et la boussole également.

Mini-série télévisée divisée en deux parties, le film de Mike Rohl possède néanmoins certains aspects suffisamment intéressants pour ne pas faire l’impasse sur celui-ci, du moins dans un premier temps. La principale idée intéressante réside dans les fluctuations de la Lune qui provoque sur Terre des catastrophes sans précédent. On pourrait y déceler quelques similitudes avec Collision fatale (de Terry Cunningham), mais Impact parvient à capter notre attention via des moments pour le moins incongrus entre deux théories de scientifiques complètement dépassés par les évènements. Ainsi, l’on voit s’envoler des personnes, des voitures et même un train ! C’est surprenant, pas trop mal fait compte tenu du budget limité alloué au film et surtout amusant à contempler.


Le nouveau visage de la Lune.

Etant donné que le film s’étale sur prêt de trois heures, l’intrigue prend le temps de se mettre en place à sa convenance. On évite des écueils maladroits ou quelques propos incohérents concernant l’aspect scientifique via un enrobage dense et fourni, même si, il faut le reconnaître, des longueurs pointent à l’horizon. La caractérisation des personnages se veut également fouillée. Ce n’est pas forcément novateur, mais chaque protagoniste possède suffisamment de personnalité pour ne pas les discréditer aux yeux du spectateur. En cela, c’est déjà un atout non négligeable compte tenu des énormités qu’il nous a déjà été donné de contempler (Destruction solaire, Quantum apocalypse…).


Une catastrophe ridicule compte tenu de ce qui attend notre bonne vieille Terre.

Une première partie qui se conclue sous les meilleurs auspices grâce à quelques petites trouvailles insolites disséminées çà et là dans son intrigue. Tout se passait pour le mieux quand surgit cette seconde partie, bien moins séduisante que la précédente. En effet, on retombe dans les redites du film catastrophe avec un aspect scientifique qui s’amenuise au profit d’énormités avancées afin d’endiguer la menace qui pèse sur la Terre. Alors que jusqu’à présent Impact s'était efforcé de créer un récit prenant et structuré, on a l’impression que les scénaristes se sont reposés sur leurs lauriers pour tenter de se rapprocher des codes du genre pour mieux coller aux attentes des spectateurs peu regardants sur la qualité de la marchandise. Une pléthore de bons sentiments et de sacrifices patriotiques sont alors inévitables face à un cataclysme inéluctable, du moins en apparence. Une grossière erreur qui entache véritablement le résultat final.


Il n’aura pas fallu attendre le futur pour observer des voitures volantes !

Malheureusement, les bons à-priori de départ s’évanouissent assez rapidement. Plus que des longueurs et un scénario prévisible, c’est véritablement tout les efforts entrepris qui sombrent dans le conventionnel. Si le cinéaste avait eu la judicieuse idée de persévérer dans des débuts prometteurs et légèrement inventif, Impact se serait révéler un téléfilm surprenant et ô combien plaisant à regarder. Force est de constater que les voix mercantiles et puériles de producteurs peu scrupuleux prennent le pas sur les concepts purement artistiques ; même si, on en conviendra, ce n’est pas l’unique raison de cette déconvenue.


Et maintenant… Que vais-je faire ?

Bref, s’il n’y a avait pas eu cette seconde partie, bien moins réussit que la première, nul doute qu’Impact aurait pu sortir son épingle du jeu. Malheureusement, il faut se rendre à l’évidence que la suite des évènements est bien moins réjouissante pour le spectateur au vu de ce qui avait été amorcé précédemment. On retiendra un début prometteur, une première partie de très bon aloi, mais une déconvenue de premier ordre lorsque que la seconde partie débute. Sympathique de prime abord, il en ressort une certaine frustration au vu de ce qui avait été entrepris dès le départ.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Quiet Ones
Dans les années 70, Joseph Coupland, professeur renommé à l'université d'Oxford, essaie de soigner la jeune Jane Harper, orpheline suicidaire qui prétend être possédée par une certaine Evey. De retour aux affaires depuis près de dix ans, la cultissime firme Hammer s'attaquait ici au found footage, sous-genre horrifique à la mode depuis le Projet Blair Witch . A Oxford, passionné par la...
The Cellar
**Attention, cette critiques contient quelques spoilers.** Quatre jeunes étudiants profitent de quelques jours de vacances pour aller se reposer à la campagne. Ils louent à une vieille dame excentrique un chalet isolé, le temps d'un week-end. Récompensé au Festival Insomnifest 2008 , The Cellar fait partie de cette colonie de films d'épouvante scandinaves qui investit depuis quelques années notre...
Bad Kids go to Hell
Le slasher est un genre qui fut répandu durant les années 2000, largement remis au goût du jour grâce au Scream de Wes Craven et décliné sous plusieurs emballages : Souviens-Toi l'été Dernier , Urban Legend , Cherry Falls ... Malgré des meurtres différents, des lieux différents, des mobiles différents, tous ces films semblaient semblables. Ce genre, qui plaisait fortement aux adolescents de l'...
Night of the dead
Il est des films que l'on aimerait n'avoir jamais vu... et pour cause. Les habitués du site le savent : je ne tiens pas particulèrement le réalisateur allemand Uwe Boll en haute estime. Et pourtant, celui-ci est un bleu en matière de mauvais films à coté de ce nouveau roi des tâcherons, de ce nouvel empereur du mauvais goût et de l'incompétence, j'ai nommé Eric Forsberg . Que...
La Morte-Vivante
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Chargés de se débarrasser de futs toxiques, trois hommes réveillent une jeune femme morte depuis deux ans, dans les catacombes d'un château. Unique cinéaste français pouvant se targuer d'être resté fidèle durant toute sa carrière au cinéma fantastique, dès la fin des années 60, Jean Rollin s'attaquait dès le début des années 80...