Voir la fiche complète du film : La Baie Sanglante (Mario Bava - 1971)

La Baie Sanglante

Avant "Halloween" et "Vendredi 13", Mario Bava posait les premières bases du slasher-movie. Une ambiance particulière et quelques passages sanglants du plus bel effet...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de La Baie Sanglante
8

Après le suicide d’une richissime vieille dame, propriétaire d’une superbe baie, plusieurs personnes vont s’intéresser à cette fameuse baie. Certains n’hésiteront pas à aller jusqu’au meurtre pour s’approprier la baie…

Mario Bava est un grand réalisateur qui a beaucoup officié dans le cinéma fantastique et d’épouvante. En témoigne des œuvres impérissables comme Les Trois Visages de la Peur, Le Masque du Démon, Le Corps et le Fouet ou Baron Blood. La Baie Sanglante fait partie des derniers films de Mario Bava et, au même titre que les films cités précédemment, il demeure un film remarquable sur de nombreux points. Malgré un scénario à tiroir qui ne livrera, même à la fin du métrage (assez particulière), pas toutes ses clés, le spectateur se retrouve pris entre les divers protagonistes de l’histoire, à rechercher le but et les motivations de chacun. Il est aussi le témoin de meurtres particulièrement corsés (dont certains inspirèrent beaucoup ceux des Vendredi 13 comme le meurtre du couple en train de faire l’amour, transpercer par une lance) fleuretant avec le gore par moment (voir la sévère décapitation d’un des protagonistes). Des effets sanglants signés Carlo Rambaldi, qui a participé à des films comme Chair Pour Frankenstein, Du Sang Pour Dracula, Les Frissons de l’Angoisse, Alien, E.T., Conan le Destructeur ou encore Dune.

Certains considèrent le film de Bava comme un des premiers "slashers" (avant donc le Halloween de Carpenter). Il y a certes des correspondances avec ce « sous-genre » du cinéma d’horreur, comme les meurtres à l’arme blanche et la vision subjective du meurtrier. Le film de Bava est un film d’horreur qui met en avant, à la manière d’un Argento quelques années plus tard, une horreur très graphique et surtout un désir d’instaurer une ambiance. Que ce soit au niveau de la musique (signée par Stelvio Cipriani), des décors, de la photographie ou des angles de caméra, Bava travaille beaucoup à une certaine « mise en condition » du spectateur. Et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est réussie.

En conclusion, un très bon film d’horreur qui en laissera sans doute quelques-uns perplexes (surtout lors du final) mais qui reste toujours aussi efficace plus de trente ans après sa sortie.

Autres critiques

American Nightmare
Les dystopies ont toujours été un pilier de la science-fiction. Grâce à des univers aussi dissemblables qu'inquiétants, l'on s'immerge dans des sociétés totalitaires où les « citoyens » sont victimes de lois abusives, d'un régime répressif ou d'un cataclysme majeur. Le regain d'intérêt pour ce sous-genre s'est confirmé récemment avec le succès de la saga Hunger games . Alors que cette dernière...
Making Off
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Cédric Dupuis rêve depuis des années de devenir réalisateur. Sur un coup de tête, il décide de se lancer dans la mise en scène du plus terrifiant film d'horreur de tous les temps, au grand dam de sa petite amie et de ses camarades, peu enthousiastes à l'idée de joueur les acteurs. C'est ainsi que débute un tournage de plus en plus chaotique...
Masters of Horror 23 - Le Chat Noir
L'écrivain Edgar Poe tente, tant bien que mal, de subvenir aux besoins de son épouse, la jeune Virginia, gravement malade, en publiant ses poèmes et contes. Mais les ennuis s'accumulent suite à la présence toujours plus envahissante du chat du couple, Pluton. S'inspirant rarement de nouvelles ou de romans, la série Masters Of Horror faisait ici exception en adaptant, pour l'un des épisodes de la...
Mr. Brooks
Homme d'affaires reconnu, mari et père de famille apprécié, Earl Brooks cache en fait un sombre passé. Un soir, il sort et tue un couple, renouant avec ses démons. Peu évoqués au cinéma par le passé (même si Norman Bates avait jeté les bases de cet être moderne monstrueux dans la sage culte des Psychose (1960), avant que Thomas Hewitt, alias Leatherface, lui offre un visage moins humain que celui...
Hinamizawa: Le village maudit
Tout comme les remakes et autres reboots, les films-live sont une manne providentielle pour les producteurs avides de bénéfices faciles en misant sur une histoire qui a déjà fait ses preuves dans un passé plus ou moins lointain. Le souci ? Comme trop souvent, le processus d'adaptation connaît quelques hauts et beaucoup de bas. Qu'il s'agisse de bandes dessinées, de jeux vidéo, de comics ou, en l...