Voir la fiche complète du film : La Baie Sanglante (Mario Bava - 1971)

La Baie Sanglante

Avant "Halloween" et "Vendredi 13", Mario Bava posait les premières bases du slasher-movie. Une ambiance particulière et quelques passages sanglants du plus bel effet...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de La Baie Sanglante
8

Après le suicide d’une richissime vieille dame, propriétaire d’une superbe baie, plusieurs personnes vont s’intéresser à cette fameuse baie. Certains n’hésiteront pas à aller jusqu’au meurtre pour s’approprier la baie…

Mario Bava est un grand réalisateur qui a beaucoup officié dans le cinéma fantastique et d’épouvante. En témoigne des œuvres impérissables comme Les Trois Visages de la Peur, Le Masque du Démon, Le Corps et le Fouet ou Baron Blood. La Baie Sanglante fait partie des derniers films de Mario Bava et, au même titre que les films cités précédemment, il demeure un film remarquable sur de nombreux points. Malgré un scénario à tiroir qui ne livrera, même à la fin du métrage (assez particulière), pas toutes ses clés, le spectateur se retrouve pris entre les divers protagonistes de l’histoire, à rechercher le but et les motivations de chacun. Il est aussi le témoin de meurtres particulièrement corsés (dont certains inspirèrent beaucoup ceux des Vendredi 13 comme le meurtre du couple en train de faire l’amour, transpercer par une lance) fleuretant avec le gore par moment (voir la sévère décapitation d’un des protagonistes). Des effets sanglants signés Carlo Rambaldi, qui a participé à des films comme Chair Pour Frankenstein, Du Sang Pour Dracula, Les Frissons de l’Angoisse, Alien, E.T., Conan le Destructeur ou encore Dune.

Certains considèrent le film de Bava comme un des premiers "slashers" (avant donc le Halloween de Carpenter). Il y a certes des correspondances avec ce « sous-genre » du cinéma d’horreur, comme les meurtres à l’arme blanche et la vision subjective du meurtrier. Le film de Bava est un film d’horreur qui met en avant, à la manière d’un Argento quelques années plus tard, une horreur très graphique et surtout un désir d’instaurer une ambiance. Que ce soit au niveau de la musique (signée par Stelvio Cipriani), des décors, de la photographie ou des angles de caméra, Bava travaille beaucoup à une certaine « mise en condition » du spectateur. Et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est réussie.

En conclusion, un très bon film d’horreur qui en laissera sans doute quelques-uns perplexes (surtout lors du final) mais qui reste toujours aussi efficace plus de trente ans après sa sortie.

Autres critiques

The Mother
**Attention, cette chronique contient quelques spoilers.** Une mère de famille, qui vient d'accoucher de son quatrième enfant, se retrouve régulièrement seule avec ses petits lorsque son mari, routier, part travailler. Un soir, elle apparaît très fatiguée et en proie à une violente crise de nerfs. S'inspirant vaguement d'un fait divers survenu au Texas, The Mother évoque un trouble...
Clownhouse
Alors que les années 1980 touchent à leur fin, le cinéma d’horreur est particulièrement hanté par les boogeymans et autres psychopathes issus des slashers. Sous-genre en perte de vitesse à l’époque, ce dernier reste la principale base de travail de Clownhouse , même s’il n’officie pas vraiment dans ce style. Comme son titre l’indique, le premier métrage de Victor...
Last of the Living
Quand on s’attaque à un thème aussi exploité que les morts-vivants ou la comédie de zombies en l’occurrence, il faut avoir un minimum d’idées et un scénario potable pour se lancer dans l’aventure. Faire un film sans imagination et surtout sans apporter un petit quelque chose au genre, c’est un peu comme suivre le troupeau de moutons qui saute de la falaise. Autrement...
Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes
Cette critique contient quelques spoilers Après trois Détour Mortel qui semblaient avoir épuisé le filon jusqu'à l'os, on ne s'attendait pas à voir revenir nos psychopathes congénitaux pour une quatrième aventure. Il faut dire qu'après un premier opus très réussi, une suite un peu deçà et un troisième opus sympathique mais flirtant parfois avec les limites du grotesque, on pouvait se demander...
Bait 3D
Il est difficile de se renouveler quand on parle de requins au cinéma sans en faire un film d'horreur moisi. Les productions Asylum sont là pour en attester avec leurs pléthores de films aux squales pixélisés ou ayant subi des mutations dégueulasses. Néanmoins, tous ces films de requins que l'on trouve médiocres ne le seraient peut-être pas si Les Dents de la Mer n'avait pas existé...